Cousin méridional de la Finlande et le plus nordique des Pays Baltes, l'Estonie occupe une place à part dans la famille des pays de l'est de l'Europe. Cette charmante destination est la patrie d'un peuple finno-ougrien (et non pas balte) ; pour autant, elle offre à la perfection tous les agréments de la Baltique. Ses îles, notamment Saaremaa et Hiiumaa sont fantastiques, rurales et sauvages. La nature côtière est aussi parfaitement préservée dans le Parc National de Lahemaa, avec ses baies et ses plages rocheuses. Et dans le sud du pays, le lac Peipsi dégage une atmosphère romantique propice à la rêverie comme à l'observation des oiseaux... Les amateurs de tourisme urbains ne seront pas non plus en reste : Tallinn est une ville magnifique qui détient l'une des plus grandes cités médiévales fortifiées d'Europe. C'est aussi une ville des plus festives, emplies de bars et de cafés jeunes, originaux et créatifs. Les habitants de cette ville belle et agréable ont désormais le droit de se déplacer gratuitement dans les transports en commun : cette innovation est à l'image du pays, libéral, égalitaire et progressiste. Les autres villes du pays ne manquent pas de charme non plus, entre Tartu, la capitale de coeur de la nation estonienne, et Pärnu l'élégante station balnéaire. Et ceux qui auront envie de faire une petite incursion dans la partie russophone du pays, sur les traces d'une URSS encore proche, ne seront pas déçus par Narva, ville industrielle qui a beaucoup gardé de cette époque (presque) révolue...

Une capitale jeune et dynamique. La capitale estonienne est une destination de premier plan à bien des égards. D'abord, pour sa vieille ville qui allie charme, animation et richesse patrimoniale. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, c'est l'une des plus grandes vieilles villes fortifiées d'Europe - elle était la plus grande au Moyen Age. Elle est divisée en deux espaces bien distincts : la ville haute, ancienne cité des princes, sur la colline de Toompea. Calme et discrète, elle offre des panoramas magnifiques à différents endroits. La ville basse, autour de la place Raekoja, est tout aussi belle, mais emplie de boutiques, de cafés, de restaurants, et la nuit elle devient l'un des lieux les plus festifs du continent !

Du XIIIe au XXe siècle, les grands courants architecturaux ont forgé son visage. Ainsi que les différentes puissances qui ont dominé Tallinn dans son histoire : les Danois (Tallinn veut dire " ville danoise " en estonien), les Allemands qui l'ont peuplée en majorité jusqu'au XIXe siècle, les Suédois et les Russes. Le tout est un ensemble coloré, abondant de rues pavées, de bâtiments tous plus fins et élégants les uns que les autres... Un véritable festival ! Pour autant, le vieux Tallinn n'est pas muséifié. Tous ses établissements ont ouvert dans les 20 dernières années et sont tenus par des trentenaires ou quarantenaires qui, dans la veine nordique, ont su créer des décos originales, soignées, innovantes... et agréables ! Rien que pour ses vitrines et ses bars, Tallinn mérite une visite.

Quant à la ville moderne, au visage soviétique, elle contraste tellement avec la vieille ville qu'elle offre une visite également enrichissante ! Le patrimoine industriel de Tallinn a été parfaitement reconverti et les usines en brique abritent aujourd'hui centres commerciaux, bars, magasins de design et établissements divers. Ne manquez pas de visiter le quartier hipster de Kalamaja très prisé par les jeunes Tallinnois. C'est ici que cohabitent à merveille les petites maisons colorées en bois et des infrastructures industrielles dont l'usine de fabrication de pianos Estonia. Si vous ajoutez le port qui amène sans cesse de nombreux visiteurs de la Finlande voisine, venus faire la fête à un coût moindre, le quartier vert de Kadriorg, les plages de la Baltique à Pirita, quantité de musées et un progressisme déroutant, vous aurez compris que Tallinn est une ville hors pair, trop méconnue et qui pourrait fort vous faire succomber à ses charmes !

Histoire. Bien que la première mention écrite de Tallinn ne date que du XIIe siècle, il est évident que ce petit port idéalement situé existe depuis bien plus longtemps. Tout a commencé en 2 500 av. J.-C., lorsque les premières tribus finno-ougriennes sont venues s'installer dans la région. Aux alentours du XIe siècle, leurs descendants construisent sur la colline de Toompea une première forteresse en bois. Et, c'est en 1154 que la ville est pour la première fois citée par un géographe arabe du nom d'Al-Idrisi ; il porte alors Tallinn sur la mappemonde sous le nom de Kalevan.

Tallinn la danoise. Au début du XIIIe siècle, les premiers à convoiter la ville sont les Danois. Sous la conduite de leur roi Valdemar II et le prétexte de la christianisation, ils occupent la région dès 1219. Le nom actuel de Tallinn date de cette époque, et signifie littéralement en estonien " ville danoise ". A partir de 1227, les premiers chevaliers Teutoniques prennent Tallinn aux Danois. La forteresse de Toompea est reconstruite en pierre ; les marchands et les artisans s'installent au pied de la forteresse, formant ainsi la partie basse de la vieille ville, les seigneurs résidant sur la colline.

Tallinn l'allemande. Après que les Danois l'ont définitivement cédée aux Germains, moyennant finance, Tallinn devient jusqu'au XVIe siècle, l'une des bases principales du commerce hanséatique sur la route des comptoirs russes et l'une des villes les plus prospères d'Europe du Nord. Mais sa prospérité bat de l'aile tandis que les guerres entre ses puissants voisins s'amplifient. Au début du XVIe siècle, Tallinn subit les assauts russes d'Ivan le Terrible, puis devient suédoise de 1561 à 1710.

Tallinn la russe. Après une grave épidémie de peste qui décime sa population, la ville tombe finalement dans le giron de la Russie tsariste de Pierre le Grand, qui en fait le premier port commercial de l'empire. Mais Tallinn reste malgré les siècles allemande de coeur et sur les documents officialisant la capitulation suédoise, il est écrit en toutes lettres que l'allemand restera la langue officielle du commerce et des affaires. Reval, le nom allemand de Tallinn, viendrait du mot Revala qui en vieil estonien signifie " la fortifiée ". Une autre explication tendrait à rapprocher le nom de la ville des deux mots allemands Reh et Fall, la chute de la biche qui dans l'imagerie locale symbolise la fin de l'ère danoise.

Pierre le Grand saura user de la position stratégique de Tallinn, qui malgré ses airs de ville provinciale, était l'un des seuls ports de l'empire à être praticable été comme hiver. Il entreprend la construction du palais Kadriorg sur la côte à 3 km de la vieille ville. Il ordonna également la mise à bas de tous les immeubles et maisons en bois, trop facilement inflammables, et ce, afin d'assurer la protection de la ville, qui fêta bientôt ses 200 ans de paix et de prospérité. C'est sans doute de cette époque que date la magie architecturale de la vieille ville qui, d'après Gert Walter, donne tout son caractère à la capitale estonienne. L'inauguration de la ligne de chemin de fer Tallinn-Saint-Pétersbourg en 1870 marque toute l'importance de ce petit port. Port qui bien sûr a été élargi au fil des siècles afin de permettre le va-et-vient de marchandises et de bateaux de plus en plus volumineux. Mais c'est le début du XXe siècle qui apportera au pays des évènements déterminants pour son histoire future.

Tallinn la soviétique. Comme les autres Etats baltes, l'Estonie connaît dès la fin du XIXe un réveil national, et elle profite de la confusion de la fin de la Première Guerre mondiale pour déclarer son indépendance. Pendant plus de vingt ans, Tallinn sera la capitale et le centre du gouvernement d'un pays enfin libéré de toute tutelle extérieure. Mais en 1939, après le pacte Molotov-Ribbentrop signé entre les Allemands et les Soviétiques, l'Estonie et sa capitale perdent de nouveau leur autonomie au profit de l'URSS. Au total, au cours du XXe siècle, les Allemands et les Soviétiques occupèrent l'Estonie à tour de rôle sept fois, et le pays connut trois indépendances. Après la déclaration de guerre entre Hitler et Staline, la ville est occupée par les Allemands. Bombardée par les Russes en 1944, elle intègre l'URSS et devient le plus petit membre de l'Union des Républiques socialistes soviétiques. Les émigrants russes envoyés par Staline pour travailler dans les industries de transformation affluent dans le pays ; plus de 100 000 Estoniens sont déportés en Sibérie, d'autres trouvent refuge à l'Ouest.

Talinn l'estonienne. Les magasins vides aux ternes devantures ont cédé la place à d'innombrables commerces, bars et restaurants en tout genre dans les rues de la vieille ville. Les couleurs, les publicités, les rénovations ont effacé les décors tristes de la période soviétique. Les jeunes Estoniens aux téléphones portables et aux vêtements branchés ne sont plus rares, et une atmosphère d'intense activité règne à présent dans les rues. La métamorphose s'est produite à un rythme fulgurant. Il est commun de dire ici qu'en 15 ans d'indépendance le pays, comme ses deux voisins baltes, a gagné 50 ans de progrès et de modernisation ! En peu de temps, la capitale estonienne a pris les allures d'une grande ville d'Europe du Nord. Ces changements ont été favorisés par l'arrivée des investissements, notamment finlandais. Les grosses berlines allemandes et les imposants véhicules tout-terrain américains font légion dans les rues étroites de la capitale !

Mais qu'on ne s'y trompe pas. Même si l'Estonie est considérée comme l'une des républiques phares de l'ex-bloc soviétique du point de vue économique, et malgré les nouveautés de la vieille ville, les problèmes subsistent, notamment pour cette majorité de la population qui vit dans les banlieues autour du centre de Tallinn. Ces banlieues héritées du socialisme abritent aujourd'hui la minorité russe, qui se voit mise à l'écart du développement rapide du pays. L'Estonie devra compter sur une réconciliation avec son histoire pour améliorer le climat social encore très profondément scindé en deux, entre les Estoniens de souche (finalement peu nombreux) et les autres Russes, Biélorusses et Ukrainiens, nés en Estonie mais privés de tout droit civique et même dans certains cas de nationalité.

Une ville maritime. Pour un touriste français fraîchement débarqué, Tallinn ferait d'emblée figure d'un Saint-Malo des bords de la Baltique, avec sa vieille ville fortifiée qui domine le golfe de Finlande (Helsinki n'est qu'à 85 km). Son caractère maritime lui donne un aspect ouvert et aéré qui la distingue sensiblement des deux autres capitales baltes, situées à l'intérieur des terres. Sa position stratégique de port à la croisée des routes commerciales entre les villes européennes et la Russie a d'ailleurs été la raison des convoitises qu'elle a suscitées chez ses voisins au cours de l'histoire. Les Allemands, les Suédois et les Russes avaient bien cerné le caractère hautement stratégique de la ville. Sous l'Union soviétique, Tallinn comme Rīga comptait parmi les villes les plus importantes économiquement du territoire russe.

Mais contrairement à Rīga qui, au début du XXe siècle, a fait abattre la majorité de ses murailles au bénéfice d'une politique de construction d'immeubles d'habitation neufs, Tallinn moins riche à l'époque a dû conserver sa silhouette d'origine. Elle en tire aujourd'hui un grand bénéfice avec sa vieille ville médiévale, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, parfaitement organisée autour de la colline fortifiée de Toompea : c'est une des villes d'Europe qui a su le mieux conserver ses vestiges architecturaux du XIIIe au XVIe siècle.

Les lieux incontournables de TALLINN

Organiser son voyage à TALLINN

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Traversée Maritime
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de TALLINN

PAYS BALTES

Guide PAYS BALTES

PAYS BALTES 2019/2020

14.95 €
2019-02-13
432 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia !

Envie de prendre l'air ? Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia .