Ville de plaine moderne mais agréable, Biskra est construite selon un plan en damier. Son développement en ville industrielle date de l'arrivée du chemin de fer au début du XXe siècle.

Histoire. La porte du Grand Sud au pied des Aurès dont elle ferme la marche, l'ancienne Vecera (" station ") romaine a d'abord été carthaginoise avant de devenir une énorme oasis de plus de 150 000 dattiers produisant la fameuse deglet nour, la plus appréciée des dattes. Au XIe siècle, le territoire des Zibans (pluriel de Zab, le nom des monts qui s'étendent entre Biskra et Bou-Saada) était hammadite, avant d'être envahi par les Hillaliens venus de l'est, chassés au XIIe siècle par les Almohades de Marrakech. Au XIVe siècle, l'oasis passe aux mains des Hafsides de Tunisie suivis par les Mérinides de Fès. Les Turcs s'en emparent au XVIe siècle et l'occupent jusqu'à ce que les Français dirigés par le duc d'Aumale s'y installent en 1849, après en avoir chassé Ahmed Bey, l'ancien bey de Constantine.

Biskra est une ville qui a beaucoup inspiré les artistes et les intellectuels. André Gide y a vécu quelques mois pendant lesquels il a commencé Les Nourritures terrestres. Le peintre Henri Matisse y trouva l'inspiration puisqu'il y peint sa célèbre toile Nu bleu (souvenir de Biskra, 1906). Le compositeur hongrois Belà Bartok séjourna en juin 1913 dans cette région pour collecter des chansons populaires algériennes à Biskra, Tolga, Sidi Okba et El Kantara.

A l'occasion de la belle exposition " Biskra, sortilèges d'une oasis " à l'Institut du Monde Arabe à Paris, du 23 septembre 2016 au 22 janvier 2017, on pouvait notamment écouter des extraits sonores de Belà Bartok et relire des textes d'André Gide.

À voir / À faire à BISKRA

Organiser son voyage à BISKRA

Photos de BISKRA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

ALGÉRIE

Guide ALGÉRIE

ALGÉRIE 2017/2018

17.95 €
2017-02-22
408 pages
Avis