A-t-on réellement besoin de présenter la merveilleuse Cusco, ville se situant dans un pays où la mention de son nom suffit à nous faire rêver ? Ancienne capitale des Incas surnommée le « nombril du monde », une infinité de richesses culturelles s’y offre aux promeneurs. Composée de vestiges incas et coloniaux, Cusco est aussi la ville idéale pour commencer l'une des randonnées les plus belles au monde : celle du Chemin de l’Inca qui mène aux Portes du soleil jusqu’au mythique Machu Picchu. Il est donc impensable de se rendre au Pérou sans séjourner à Cusco. Au programme, déambulez dans les rues pavées aux murs de pierres typiques de l’empire inca, côtoyez les locaux et leurs costumes traditionnels, et apprivoisez les montagnes, l’air frais de la haute altitude et la lumière du soleil caressant les édifices passés. Préparez-vous à pénétrer dans un royaume fait de légendes et de mystères.

©

Convento Santo Domingo et Qorikancha

Signifiant «quartier de l’or» en quechua, le mur de pierres noires nous semble ne former qu’un, tant les pierres sont polies et parfaitement assemblées. Il est pour beaucoup considéré comme le plus parfait de l’art inca. La beauté des temples du Soleil, de la Lune et de Vénus ne peut que nous transporter tant la sobriété architecturale est maîtrisée. Auparavant, l’intérieur de tous les temples était recouvert d’or et d’argent pour celui de la Lune. Cet ensemble d'édifices enchâssé dans le couvent est un véritable bijou architectural. La seule réserve à émettre est au sujet de l’église construite au-dessus de ces constructions… Les jardins, quant à eux, ont été dépouillés par les conquistadors qui ont arraché les sculptures d’or pour les fondre…

©

Museo Inka

Reposant sur les fondations de Huáscar, un palais inca, c’est le meilleur musée pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur la culture inca. Connu aussi sous le nom de Palacio del Almirante, le musée a une architecture typique des casonas coloniales de Cusco, comme en témoignent le double patio et la porte en pierre taillée. Didactique, on y trouve de nombreux tissus, des momies, des céramiques, ainsi que des peintures représentant l’histoire de la ville. C’est aussi ici que vous découvrirez la plus grande collection au monde de queros, verres en bois utilisés pendant les cérémonies incas. Une visite incontournable pour appréhender au mieux les sites archéologiques incas.

©

Plaza de Armas

Selon une ancienne légende, c’est au centre de cette place que le premier empereur inca à Cuzco, Manco Cápac, planta son bâton d’or afin d’indiquer où la future cité devait se construire. Entourée de magnifiques bâtiments comme la Cathedral et la Iglesia de la compaňia, cette place est l’un des plus beaux ensembles architecturaux du Pérou. La fête du Soleil y est célébrée et, comme dans l’ancien temps, les peuples de l’empire de Tahuàntinsuyo s’y rassemblent toujours. Cependant, ce lieu possède un sombre passé. On y écartela le dernier chef inca Tupac Amaru ainsi que sa femme, ses enfants, et tous ses partisans…

©

Calle Hatunrumiyoc

C’est dans cette rue que se trouvent les vestiges d’un pan de mur du palais du second empereur inca : Sinchi Roca. Constitué de pierres polygonales, on y trouve l’une des plus célèbres pierres taillées du monde : la « pierre aux douze angles ». Cette prouesse technique est une preuve de l’ingéniosité des architectes incas. D’ailleurs, le découpage de cette pierre atteint une telle précision qu’il est impossible d’y faufiler une aiguille entre les joints !

©

Raqchi

Avec ses murs rouges faits de pierre de lave, le site archéologique de Raqchi a de quoi surprendre. Situé à environ 3 500 m d’altitude, ce lieu a deux entrées qui conduisent au Chemin de L’Inca qui va au Machu Picchu. C’est le seul site inca à posséder des colonnes ! À l’intérieur, on peut découvrir un ensemble de fontaines nommées "le bain de l’Inca". Celui-ci recèle plusieurs mystères… En effet, on ne sait toujours pas pourquoi son fond est recouvert de pierres. Autre énigme : on ne sait pas d’où provient l’eau de source alimentant ces fontaines qui ne tarissent jamais. Cet or bleu a fait de Raqchi l’une des stations thermales les plus en vogue du Pérou, encore de nos jours.

©

La cathédrale

Il aura fallu un siècle pour finir de construire cette cathédrale commencée en 1564. La façade de style Renaissance, assez sobre, contraste avec l’intérieur qui est très riche de formes et de matières ! En son sein, on trouve 10 chapelles latérales et 3 nefs. Cette immensité est ponctuée en majorité de cèdres et de pas moins de 400 toiles. Un vrai musée ! Pendant votre visite, prenez le temps de contempler le chœur datant du XVIIe siècle, ses sièges en cèdre sont de véritables chefs-d’œuvre artistiques. Vos yeux seront forcément attirés par l’ostensoir d’or de 1,20 m de hauteur. Pas moins de 2000 pierres précieuses le décorent.

©

Église de la Compañía

Elevée par les Jésuites en 1576, le but de cette église était d’éclipser la cathédrale. Ce qui est presque réussi vu que cet édifice religieux est considéré comme l’un des bâtiments coloniaux les plus beaux des Amériques ! Sa façade, tout comme son intérieur, est une pure merveille. En effet, les deux clochers qui la surmontent lui donnent un air majestueux, tout comme sa coupole et son autel finement dorés. L’église abrite aussi de nombreux passages secrets, des escaliers dérobés et des cryptes cachées. Picturalement, l’église possède aussi de nombreuses toiles, dont l’une est la représentation du neveu d’Ignacio de Loyola, le fondateur de la Compagnie de Jésus et l’auteur des Exercices spirituels, avec une princesse inca.

©

Tombomachay

Les archéologues pensent que ce temple était voué au culte de l’eau. Les fontaines sont superbement superposées les unes sur les autres. Construite comme la plupart des monuments incas, en pierres taillées à la perfection, cette oasis nous paraît être un mirage tant l’environnement est aride. Vous y apercevrez des niches dans les murs où autrefois étaient placées des momies, pour le culte des morts, ou des idoles. Les rituels s’accompagnaient d’ablutions où l’eau servait à purifier. Cependant, les rituels incas s’accompagnaient souvent de sacrifices. Les victimes étaient en particulier les enfants à Tombomachay... De nombreux holocaustes furent aussi organisés en ce lieu.

©

Saqsaywamán

De cette forteresse qui protégée auparavant Cusco, vous aurez une vue panoramique sur la ville. Les trois niveaux des murailles correspondent aux trois mondes incas : le monde d’en haut, le monde des hommes et le monde d’en bas. Cet édifice fut créé à partir de pierres parfaitement ajustées les unes aux autres grâce à de nombreux angles. Celles-ci pouvaient peser jusqu’à 360 tonnes et atteindre 5 mètres de hauteur ! La structure est en zigzag et en forme de tête de puma, animal sacré pour les Incas. On peut apercevoir sur ce site une esplanade où était célébré l’Inti Raymi, la fête du Soleil, et une butte rocheuse où au sommet un Inca dirigeait la cérémonie. Historiquement, c’est ici que s’acheva la conquête du Pérou après la mort héroïque du capitaine inca Cahuide, qui préféra se jeter d’une tour que de se rendre aux conquistadors.

©