Ainsi nommé en l'honneur de la reine Henrietta-Marie de Bragance, femme de Charles II d'Angleterre, un peu moins peuplé que Brooklyn (2 359 000 habitants), beaucoup plus sûr que le Bronx, le Queens est par sa taille le plus grand borough de New York (un tiers de la superficie totale de la ville, soit cinq fois la taille d'une ville comme Rennes). C'est la quintessence du quartier dortoir. Si vous n'avez ni ami, ni petite amie, ni famille à visiter, comme disent les Américains, l'intérêt que vous éprouverez à découvrir cette énormité banlieusarde est pratiquement nul, à l'exception de quelques points de logistique touristique et de quelques quartiers ciblés. La diversité ethnique a également produit un revival de cuisines du monde. Vous en aurez d'ailleurs un aperçu en quittant Kennedy Airport puisque JFK et l'aéroport de La Guardia sont implantés dans le Queens. Ce borough abrite la plus grande communauté grecque à l'étranger (dans le quartier d'Astoria, M° N et W), la plus épouvantable prison de New York (Riker's Island, au large de La Guardia Airport), une partie de la mafia italienne, une grande communauté asiatique (55 % des habitants de Flushing), le plus grand stade de la Grosse Pomme (Shea Stadium), le plus grand complexe de tennis (Flushing Meadow), le premier et le plus grand musée américain consacré à l'histoire du cinéma (The Museum of the Moving Image).

Le Queens, qui fut le berceau du cinéma avant Hollywood, donnait aussi dans la musique : les pianos Steinway étaient fabriqués dans ses usines du bord de l'East River et les plus grands jazzmen y vivaient car ce borough peu dispendieux leur permettait de s'offrir (pour les têtes d'affiches) des petites maisons avec jardin. Beaucoup d'entre eux venant du sud des Etats-Unis prisaient l'espace et la verdure qu'ils pouvaient trouver dans le Queens (de Billie Holiday à Thelonious Monk en passant par John Coltrane ou Louis Armstrong).

Bien que des communautés d'Italiens, d'hindous, d'Argentins et de Colombiens lui apportent une animation particulière, le Queens reste le royaume des classes moyennes, avec des poches de richesse comme Forest Hills, Kew Gardens et Long Island City, récemment investies par les yuppies ; ces enclaves sont doublées de terrains de golf et de clubs d'équitation, préludes à Long Island. Sur Jamaica Avenue (dans le quartier de Jamaica, qui tire son nom non pas de l'île des Caraïbes, mais des Indiens Jameca qui y vivaient jadis), les férus de streetwear pourront assouvir leurs envies d'emplettes, à des tarifs 30 % moins cher qu'à Manhattan (M° Jamaica Center, lignes E, J, Z). Le mélange de communautés a fait du Queens le comté comportant le plus grand nombre de nationalités des Etats-Unis.

A noter : la vue sur Manhattan et le Chrysler Building depuis le Socrates Sculpture Park - encore assez méconnu, même des New-Yorkais ! -. Profitez de votre visite au PS1 pour y faire un tour à la tombée de la nuit, magique... Ce parc, ou plutôt cette belle esplanade au style néo-industriel, rassemble les habitants du Queens le 4 juillet pour admirer les feux d'artifices. En juillet et août, des séances de cinéma en plein air se tiennent chaque mercredi. Ne manquez pas le grand panneau vintage Pepsi-Cola, accroché face à Manhattan le long de la promenade. Pour y accéder : quartier de Long Island City, M° Vernon Boulevard/Jackson Avenue, ligne 7. Marchez sur deux blocks vers l'east River - www.licarts.org

À voir / À faire à QUEENS

Organiser son voyage à QUEENS

Photos de QUEENS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.90 €
2019-01-30
432 pages
Avis