Au Mexique, la péninsule du Yucatán est bordée des eaux turquoise et émeraude des Caraïbes et du golfe du Mexique. La région abrite aussi de vastes réserves naturelles à la végétation exubérante, où vivent encore jaguars, toucans et singes en tout genre. Les anciens Mayas, qui vénéraient les cycles astronomiques et naturels, ont laissé de nombreuses traces de leur présence dans la région. Partout, en bordure de mer ou au beau milieu de la forêt, les cités précolombiennes se dressent, imposantes, témoins de la grandeur d’une civilisation qui survit aujourd’hui dans le cœur et à travers les rituels de ses descendants. Le plus célèbre étant celui de Tulum.

Une station balnéaire de plus en plus courue

Un sable blanc, fin et poudreux, une eau aussi transparente qu’un glaçon et une mer turquoise dominée par des ruines magiques font de cette ancienne cité préhispanique, située à 128 km au sud de Cancún, un endroit véritablement paradisiaque.

Jusque dans les années 1990, l'endroit était encore une sorte de petit paradis perdu où l'on trouvait à se loger dans des petites cabanes rustiques et authentiques sur la plage, le long de laquelle ne se trouvaient qu'ici et là quelques maisons. Aujourd'hui, la station balnéaire au concept écolo-chic et bohème reçoit quelque 2,5 millions de visiteurs par an et ce sont plus de cent hôtels et restaurants que l'on trouve le long de l'étroit chemin côtier ; en saison haute, parcourir ces 6 kilomètres peut prendre jusqu'à deux heures... Les hôtels qui s'y sont installés ne sont pas des constructions imposantes, mais souvent des petits hôtels plus intimistes au discours New Age et branché (beaucoup de New-Yorkais dans les environs !), qui ont bien souvent sans vergogne rogné sur la plage et la forêt : de nombreux efforts sont maintenant à faire de la part des autorités pour éviter que tout ceci ne se convertisse en un nouveau Playa del Carmen ou Cancún... Les prix y sont calqués sur les standards de consommation nord-américains mais sachez que se loger dans Tulum Pueblo (à 3 km de la mer) est bien plus accessible et pas désagréable : l'ambiance y est moins surfaite et on a de toute façon accès à la très belle plage El Paraiso. El Paraiso, c'est la bande de sable où il fait bon étendre sa petite serviette pour profiter de la mer des Caraïbes, en toute simplicité. Beach-clubs et restaurants sur la partie nord, en se dirigeant vers les ruines (qui, elles, donnent sur une autre petite plage, inaccessible à pied mais à la nage si vous êtes un nageur endurant).

Un paradis archéologique

Cité fortifiée dominant la mer, Tulum est vraiment un port magnifique, unique : c’est l’ensemble archéologique le plus imposant de la côte orientale : il surplombe les Caraïbes du haut des falaises sur lesquelles il repose. Le nom préhispanique de cette cité était Zama, qui signifie aube, nom logique puisque sa situation géographique permet chaque jour d’observer le lever du soleil. Tulum, nom qui lui fut donné alors que la cité était déjà en ruines, se traduit lui par « palissade », en référence aux trois des côtés du site qui sont entourés par des murailles, avec des tours de surveillance aux coins ; l'autre côté est, lui, ouvert sur une corniche qui domine la mer.

Tulum connaît son apogée au postclassique tardif (à partir des années 1200 et jusqu’à la Conquête), habitée alors par environ 8 000 habitants (dont 200 à 300 privilégiés intra-muros). Les activités commerciales s’entendaient à des régions lointaines : le long de la route de cabotage côtier qui reliait alors le Honduras jusqu’à l’Altiplano central en passant par la péninsule du Yucatán. La cité est représentative du style architectural maya « côte orientale », qui se distingue par ses édifices de petite taille, avec des toits plats. Tulum est l’une des rares villes mayas qui étaient encore habitées à l’arrivée des Espagnols.

Pour la visite, on pénètre sur le site par le côté ouest, où l'on tombe tout d'abord sur la Casa de Chultún. Juste en face se trouve le Palacio de los Frescos puis, en enfilade vers le nord, la Casa de las Columnas et la Casa de Halach Ulnic se font face ; juste après la Gran Plataforma se trouve la Casa Noreste, presque collée à la muraille. De là, vers la mer, on visite la Casa del Cenote de laquelle on accède au Templo de los Dioses Descendientes en croisant la Plataforma de los Caracoles ; il ouvre la voie au fameux Castillo, plus important édifice du site. La petite crique où se baigner se trouve en contrebas, dominée par le Templo del Dios Viento.

El Castillo, l’image d’Épinal

El Castillo, c’est la construction la plus imposante du site, et aussi l’une des plus connues, celles qui apparaît sur les cartes postales de la zone archéologique, pour son inégalable position face à la mer des Caraïbes. Cet édifice se compose d’un grand escalier qui mène à un temple dans lequel trois ouvertures ont été aménagées. Des sortes d’oratoires ont été annexés de chaque côté de l’escalier durant la dernière étape de construction. Ce bâtiment servait à la fois comme temple cérémonial et comme phare pour aider à l’orientation des bateaux dans leur passage de la barrière de corail.

Des cénotes légendaires

La région autour de Tulum compte de nombreux cénotes, ces célèbres piscines souterraines naturelles. Le long de la carretera Tulum-Boca Paila, en allant vers le sud en direction de Sian Ka'an, se trouvent les cenotes Encantado et Beh Ha. Aux alentours de Tulum, sur la route qui mène à Felipe Carrillo Puerto, il existe 2 cénotes : le Cenote Cristal et le Cenote Escondido, et en direction des ruines de Cobá, il en existe 3 autres : le Cenote Calavera, le Gran Cenote et le Cenote Carwash, ainsi appelé parce qu'il y a quelques années on y lavait les taxis (ce n'est heureusement plus le cas) ! Un bon moyen de transport pour faire le tour des cénotes, et plus économique que le taxi, est le scooter, ou à défaut le vélo, puisqu'il existe de très beaux cénotes à 4 km du centre de Tulum.

Le Cenote Escondido est une très bonne option pour nager. Il s'agit d'un cénote complètement ouvert, entouré d'arbres et de végétation. La transparence de l'eau est telle que l'on voit les poissons nager, comme si l'on était dans un aquarium. On peut aussi jouer à Tarzan et tenter un saut de 2 mètres depuis un promontoire rocheux qui surplombe le cénote.

Le Cenote Labna-Ha ne reçoit lui que 30 visiteurs par jour et il est donc conseillé de réserver sur la page web en amont. La visite consiste à pénétrer avec masque, tuba et lampe torche dans les rivières souterraines qui connectent ce très beau cénote couvert avec 45 autres cénotes de la région. Une expérience vraiment inoubliable !

Le Cenote Yaxchen est une petite merveille peu visitée, qui ressemble plus à un grand lac entouré de végétation luxuriante. On le visite pour en faire le tour avec masque et tuba et découvrir les poissons qui nagent dans ses eaux exceptionnellement claires. Un ou deux crocodiles y vivent sur ses berges mais on n’a pas de souvenirs qu'ils aient attaqué qui que ce soit ! Autour ont été installées des petites plates-formes en bois idéales pour un pique-nique au frais.

Le Gran Cenote est lui un superbe puits naturel où l'on se baigne dans une eau incroyablement pure. Ses eaux sont bleu turquoise et le cenote est ouvert à l'air libre ou recouvert de parois rocheuses, sous lesquelles on peut passer en faisant du snorkeling, sans avoir besoin d'être un nageur expérimenté. Également possibilité d'explorer les couloirs et les fonds du cénote, en plongeant avec bouteille, à condition d'être accompagné d'un instructeur certifié. L'endroit étant particulièrement visité, il est préférable de s'y rendre à l'ouverture.

 

Infos futées

 

Quand ?  La meilleure saison pour visiter la péninsule du Yucatán est sans aucun doute entre novembre et février. À cette époque, il fait chaud et beau, mais les températures restent tolérables pour se déplacer, alors que durant les mois les plus chauds de l’année – de mars à juin –, on sue à grosses gouttes. On peut aussi évidemment visiter la péninsule durant l’été, mais attendez-vous néanmoins à quelques averses. Il est aussi bon de se rappeler qu’en mars a lieu le spring break américain. À cette époque, les plages des Caraïbes, principalement Cancún et Playa del Carmen, sont envahies par des étudiants nord-américains déchaînés.

 

S'y rendre. La durée de vol entre Paris et Cancun est d'environ 11 heures 30.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son séjour.

OFFICE DE TOURISME DU YUCATAN - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions – Comparez

Obtenir un devis d'une agence locale pour un voyage sur mesure - Demander

Trouvez une activité culturelle ou sportive – Trouvez

Organiser un voyage en groupe - Demander un devis