Guide des Cyclades : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Spécialistes
Généralistes
Réceptifs
Sites comparateurs
Partir seul
En avion

Le prix moyen d'un aller-retour Paris-Athènes (haute saison/basse saison) varie entre 150 et 400 euros. Depuis Athènes, vous pourrez gagner l'île de votre choix en bateau (référez-vous à la rubrique " Transports " de chaque île). A noter que la variation de prix dépend de la compagnie empruntée mais surtout, du délai de réservation. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Pensez à acheter vos billets six mois avant le départ !

Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
En bateau
<p>Vue de Thira depuis la mer.</p>

Vue de Thira depuis la mer.

Location de voitures
Se loger

Il existe en Grèce 3 saisons  : la basse saison de mi-avril à fin mai et de fin septembre à fin octobre, la moyenne saison en juin et septembre, la haute saison en juillet et août. Les prix peuvent varier du simple au double, voire au triple sur certaines îles entre la basse et la haute saison. Vous l'aurez compris, non seulement vous trouverez bien plus facilement un hébergement en basse saison, mais en plus il sera bien moins cher. Notez toutefois que tous les prix sont généralement négociables. En haute saison, en revanche, les chambres sont souvent rares et vous serez heureux d'en trouver une. A cette période, il est fortement conseillé de réserver.

La Grèce accueille chaque année près de 20 millions de touristes, une fréquentation qui constitue l'une des principales devises du pays. L'infrastructure touristique est par conséquent présente dans tout le pays et vous n'aurez aucun mal à trouver un hébergement qui correspond à votre budget.

Les prix sont contrôlés par l'office national du tourisme (EOT) en fonction de la catégorie de l'hôtel. Ainsi, un excellent hôtel qui ne propose pas de télévision dans ses chambres sera dans la catégorie C alors qu'un autre établissement, sale et bruyant, pourrait se trouver dans la catégorie B. Ne vous fiez donc pas aveuglément à ces catégories, n'attendez pas non plus le même confort d'un 4-étoiles grec que d'un homologue français. Ce guide ne mentionne donc pas les catégories, mais décrit uniquement la qualité et le prix des établissements.

Hôtels

En attendant une classification par étoile, il existe encore six catégories d'hôtels en Grèce  : L (luxe) et A, B, C, D, E. Ces catégories ne sont qu'indicatives de l'équipement de l'hôtel, non de sa qualité. Si les tarifs et les saisons doivent être affichés à l'intérieur des chambres, ne vous y fiez pas et n'hésitez surtout pas à négocier.

Chambres d'hôtes

Dans les îles, plutôt que de loger chez l'habitant, vous trouverez des domatias, sur la propriété de l'habitant mais indépendantes. De la simple chambre au complexe de studios indépendants en passant par une série d'appartements, les caractéristiques des locations chez l'habitant sont très variées.
Généralement ouverts d'avril à octobre, ces types de logement présentent une solution plus économique, à mi-chemin entre le camping et la chambre d'hôtel. Le touriste dispose de sa propre chambre avec ou sans salle de bains, avec ou sans kitchenette, mais toujours à des prix raisonnables.
Les propriétaires viennent souvent vous les proposer aux arrêts de bus ou à la descente des ferries. Soyez vigilant, comparez les prix, faites-vous préciser exactement l'emplacement de la domatia et si possible, regardez des photos. Mais rassurez-vous, de manière générale, les chambres sont propres et fonctionnelles, même si quelques rares loueurs sont de véritables escrocs. Ainsi, ne payez jamais plus d'une nuit à l'avance et n'hésitez pas à partir si cela ne vous plaît pas. Reste que cette solution vous permettra parfois de nouer des contacts avec des locaux.

Auberges de jeunesse

Il existe peu d'auberges de jeunesse sur les îles et elles font rarement partie de l'International Youth Hostel Federation et n'en respectent donc pas forcément les standards. Néanmoins, elles restent souvent le moyen le plus économique pour passer la nuit et elles n'imposent pas de couvre-feu. Pour les jeunes, elles sont également un des lieux de contact privilégiés avec des homologues étrangers.

Campings

Le camping est une pratique assez bien développée en Grèce. A priori, le camping sauvage est interdit sur les îles grecques, mais cette règle générale ne s'applique pas partout. En réalité, chaque île décide de tolérer ou non les campeurs sur ses plages en été. Lorsqu'il est accepté, le camping sauvage est malgré tout restreint à certaines zones et plages. Dans les Cyclades, le camping sauvage ou free camping est possible à Syros, Folegandros, Anafi ou encore dans les Petites Cyclades. Sinon, la plupart des îles disposent d'au moins un camping payant. A noter : au moins d'août, les Grecs prennent leurs vacances. Depuis la crise, les jeunes Grecs notamment ont redécouvert les joies du camping donc les places sont limitées et certaines plages sont transformées en camping géant.

Tourisme rural - Agritourisme

Le tourisme rural est inexistant sur les îles grecques. On commence juste à voir émerger des établissements avec une sensibilité écologique.

Se déplacer
Avion

La compagnie Olympic Air, après fusion avec Aegean Airlines, assure des liaisons régulières entre les principales villes du pays. C'est un excellent moyen de parcourir les îles bien que plus onéreux (sauf à réserver très longtemps à l'avance).
Sachez que tout le trafic aérien intérieur est organisé autour d'Athènes et que, par conséquent, les liaisons transversales sont plus compliquées. Mais il existe aussi des compagnies locales qui couvrent certaines régions.

Bateau

Quelques grandes compagnies de ferry se retrouvent partout sur le territoire national. Les principales pour les Cyclades sont Blue Star Ferries, Sea Jets et Skopelitis. Les horaires sont à peu près respectés et, souvent, vous avez la possibilité d'embarquer aussi votre voiture.
Les fréquences des départs indiquées dans ce guide sont susceptibles d'avoir changé et ne sont là que pour vous donner une idée de la densité du trafic maritime en direction de votre destination. Il est donc préférable de se renseigner au préalable sur les horaires, les prix et la durée du trajet.

Bus

La compagnie nationale de bus se nomme KTEL. Son réseau est assez étendu sur tout le territoire grec et ses prix sont raisonnables. Méfiez-vous tout de même des horaires et de la fréquence des bus. Nous vous conseillons de demander toujours confirmation des horaires auprès de personnes compétentes et de vérifier la destination du bus auprès de son chauffeur.

Voiture

La voiture est un des moyens de locomotion les plus efficaces pour découvrir les îles. Cependant, nous vous recommandons la plus grande prudence au volant, tant les Grecs sont inventifs en matière d'interprétation du code de la route. Lorsqu'une voiture a décidé de vous doubler, il est recommandé de vous rabattre sur la bande d'arrêt d'urgence afin de la laisser passer. Les lignes au milieu de la route ne servent à rien, mais sachez pour votre culture générale que deux lignes blanches signifient l'interdiction de dépasser... Par ailleurs, sachez que les indications pour les directions sont quasiment systématiquement mal placées : soit trop tard après l'embranchement, soit bien trop tôt ! Si vous demandez votre chemin, on vous dira tout le temps : rien de plus simple, il n'y a qu'une seule route. Et s'il y a en effet peu de routes sur les îles, c'est un étonnement permanent que de voir à quel point elles sont mal indiquées...

Taxi

Sur les îles, et suite à des abus réguliers, les tarifs pratiqués par les taxis sont forfaitaires et établis tous les ans par l'administration nationale. Ce qui signifie que tout trajet correspond à un tarif pré-établi et fixe. Certaines îles n'ont pas de chauffeurs de taxi, d'autres en ont plusieurs mais en haute saison, ils sont toujours en pénurie. Résultat : il faut prendre son mal en patience et attendre son tour au café pendant parfois 1 heure. Le covoiturage est régulièrement pratiqué.

Deux-roues

Sur quasiment toutes les îles, on pourra louer des motos ou des scooters et vivre le mythe de la liberté au volant. Cependant, ce n'est pas toujours très rentable, car les prix ne sont pas toujours très intéressants par rapport à une voiture premier prix. Dans tous les cas, n'imitez pas les locaux et beaucoup de touristes, et portez le casque... et sur la tête ! Les routes ne sont pas forcément bien entretenues, le vent souffle fort sur les îles et un accident est vite arrivé : sans casque, l'assurance ne vous prend pas en charge. Beaucoup de loueurs n'insistent pas sur le port du casque, demandez donc expressément d'en avoir un.

Information importante : le permis B classique français intègre la conduite de scooters jusqu'à (mais sans inclure) les scooters 125 CC. Pourtant cet élément n'est pas valable en Grèce et beaucoup de loueurs refuseront de vous donner un scooter même 50 CC si vous n'avez pas un permis moto/scooter spécial. Certains loueurs font l'impasse, mais c'est de plus en plus difficile. Là encore, en cas d'accident, l'assurance grecque pourrait ne pas vous couvrir. La législation nationale est assez floue à ce sujet, mais un nombre grandissant de loueurs ne veulent plus prendre le risque.

Adresses Futées des Cyclades

Où ?
Quoi ?
Avis