Entouré de deux géants, la Chine et la Russie, le territoire du Kazakhstan, pays de la steppe par excellence, est le neuvième plus vaste au monde. Ses habitants, traditionnellement nomades, se sont vu contraints à la sédentarité sous la domination soviétique, ce qui a eu pour effet de profondément modifier l'aspect des campagnes et des villes kazakhes, offrant aujourd'hui au voyageur un visage multiple et contrasté. Aux côtés des Kazakhs et des Russes majoritaires, c'est en effet une véritable mosaïque de peuples qui prospèrent entre montagnes et steppes, entre déserts et littoraux : Ouïghours, Dungans, Tatars, Ukrainiens, Allemands, Coréens...Ce n'est pas encore tout à fait l'Asie, mais ce n'est déjà plus la Russie... Le guide touristique du Kazakhstan offre quelques salutaires lignes de directions pour s'orienter au coeur de cet immense contrée. On commencera sans doute le voyage par Astana, futuriste capitale à l'architecture exubérante trônant au beau milieu de la steppe, qui semble être la seule, avec Almaty, l'ancienne capitale, a réellement avoir une allure de ville. C'est au prix de centaines de kilomètres de voyage que l'on gagnera les autres points-clé du Kazakhstan : de l'architecture timouride à Turkestan aux visions désolantes d'Aralsk, l'ancien port sur la mer d'Aral, ou encore, de l'autre côté du pays, les paysages sauvages et préservés des monts Altaï. A Aktau, à Semey, à Karaganda on découvrira les plages " à la russe " de la mer Caspienne, les anciens goulags, les maisons des grands auteurs russes exilés dans la steppe... Қазақстанға қош келдіңіздер !

Les lieux incontournables du Kazakhstan

Quand partir au Kazakhstan ?

Quand partir au Kazakhstan ? Les meilleures conditions climatiques sont réunies en été, surtout si l'on envisage de faire de la montagne, dans l'Altaï notamment. Dans l'extrême sud du pays, la chaleur peut être écrasante en été, et il faut alors privilégier le printemps et l'automne. Soulignons ici que de manière générale, les conditions climatiques de la steppe kazakhe sont difficiles en hiver. Le climat d'Astana est particulièrement rude, et ce n'est pas un hasard si la ville a été baptisée " tombe blanche " à un moment de son histoire. Les hivers sont très longs et très froids : les températures flirtent généralement avec les - 20 °C, rendus encore plus pénibles par les forts vents qui balaient la steppe à cette période. En été, la ville est écrasée de chaleur, et pas un arbre ne vient ombrager les rues de cette capitale bâtie au milieu des steppes. En bref, mieux vaut viser les intersaisons pour explorer les rues d'Astana.Quand partir au Kazakhstan ? A condition d'éviter l'extrême-sud du pays, la meilleure période pour partir au Kazakhstan est très certainement l'été.

Comment partir au Kazakhstan ? Nos conseils & astuces

Les voyagistes sont encore relativement rares à proposer des circuits élaborés au Kazakhstan. Néanmoins, nombre d'entre eux ont de nombreux contacts dans les républiques voisines, Ouzbékistan et Kirghizistan, où le tourisme est plus développé, et peuvent tracer pour vous un itinéraire sur mesure en fonction de vos envies et de votre budget.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

On pourra se rendre à Astana ou à Almaty directement en avion, mais sachez que depuis l'Europe de l'ouest, des trains rallient Moscou. La voie la plus classique relie ensuite Moscou à Astana ou Almaty en 2 jours. Le train reste un moyen économique et romantique d'effectuer le voyage, les rencontres sont assurées et l'ambiance est souvent chaleureuse. Pensez à emporter quelques provisions. Concernant le logement, il est conseillé de réserver votre chambre à l'avance dans les deux grandes villes kazakhes.

Si vous en avez les moyens, l'avion est une bonne option pour brûler les étapes compte tenu des longues distances à parcourir et de la mauvaise desserte routière ou ferroviaire de certaines localités (Air Astana). Le réseau de bus est particulièrement dense au Kazakhstan, et toutes les villes et localités ou presque sont desservies. Bien que lents, ils arrivent toujours à bon port. Les trains sont un peu moins chers que les bus, mais guère plus rapides. Les aventuriers du code de la route opteront pour la voiture.

Les circuits touristiques au Kazakhstan

Un mois en Asie centrale

Voici une suggestion d'itinéraire avec arrivée à Ourguentch et retour depuis Tachkent, en Ouzbékistan. Il suppose que vous ayez sur votre passeport un visa ouzbek multiples entrées, un visa turkmène d...

Premiers pas au Kazakhstan

Avec une superficie de près de 5 fois la France, il est impossible de faire le tour du Kazakhstan en si peu de temps. C'est pourquoi on se concentrera sur les deux grandes villes du pays avant de part...

Photos du Kazakhstan

Découvrir le Kazakhstan

Les plus du Kazakhstan

Ville d'Astana.
Ville d'Astana.
Un monde entre deux mondes

Au Kazakhstan, vous êtes déjà en Asie centrale, mais vous n'avez pas encore vraiment quitté la Russie. Les steppes sont kazakhes, les villes sont russes. Une occasion unique de se promener entre deux mondes, deux univers, deux cultures. La transition se fera en douceur, les Russes habitant majoritairement dans le nord, mais aussi dans la région d'Almaty, et les Kazakhs étant très présents dans la steppe. C'est d'ailleurs la raison qui a poussé le président Nazarbaev à déplacer la capitale vers le nord. Parmi les cinq ex-Républiques socialistes soviétiques d'Asie centrale, le Kazakhstan est certainement celle qui a conservé les liens les plus étroits avec Moscou et le grand frère russe. La langue russe est d'ailleurs toujours l'une des deux langues officielles. Dans les villes, même si toutes ont retrouvé leur nom kazakh (Semipalatinsk est redevenue Semey, Oust-Kamenogorsk est redevenue Öskemen...), la présence russe est toujours extrêmement forte et certains quartiers vous sembleront plus proches de Moscou ou Saint-Pétersbourg que de l'idée que l'on se fait habituellement des territoires nomades.

Hors des sentiers battus

D'une manière générale, au Kazakhstan, dès que vous vous serez éloigné de plus de 10 km d'une gare ferroviaire ou routière, vous serez hors des sentiers battus. Le pays, du point de vue touristique, en est à l'état embryonnaire et si des hordes d'hommes d'affaires sillonnent déjà la région pour ses richesses en gaz et en pétrole, d'innombrables trésors touristiques restent difficilement accessibles. Dans la région d'Aktau, de nombreuses forteresses et mosquées souterraines attendent encore leurs archéologues. Dans les monts Altaï, on ne recense guère plus de 200 visiteurs par an, l'essentiel de cette population étant composée de chercheurs ou passionnés d'oiseaux. A cela s'ajoutent les régions longtemps restées interdites comme Semey, en raison des essais nucléaires, Baïkonour pour les lancements de fusées ou Karaganda, pour les goulags. Autant d'escales où vous serez parmi les premiers Occidentaux à poser le pied, ce qui enrichira tout séjour d'un sentiment de découverte unique en son genre. La contrepartie sera de vous armer de patience pour y parvenir : les infrastructures sont balbutiantes et les touristes n'ont que peu d'aide à attendre des agences locales hormis pour ce qui est de la réservation de billets.

Amoureux de la steppe...

Voilà votre paradis sur terre. La steppe couvre 82 % des 2,7 millions de kilomètres carrés du Kazakhstan. Quand on sait que la densité moyenne du pays est de 6 habitants au km2, les amateurs de solitude et de vastes espaces infinis n'auront pas de mal à se décider à partir. En train, il est possible de traverser le pays en trois jours sans voir une seule personne par la fenêtre hors des petits villages étapes. Pour en profiter pleinement et en faire un petit bout à pied, il vous faudra néanmoins une organisation solide ou l'appui d'une agence locale fiable, car aucune infrastructure touristique ne s'est encore développée dans ce qui constitue la très nette majorité du pays.

La mer

Si l'Asie centrale est la région la plus enclavée au monde et la plus éloignée de toute mer libre, le Kazakhstan, lui, a deux mers sur ses frontières. L'une, la mer d'Aral, qu'il partage avec l'Ouzbékistan, tend à renaître de ses cendres mais, même au rythme actuel, il lui faudra de nombreuses années pour retrouver le niveau qui était le sien dans les années 1960, si tant est qu'elle y parvienne un jour. Oubliez le tourisme balnéaire dans la région d'Aralsk. En revanche, le maillot de bain sera de mise pour aller faire trempette dans la mer Caspienne, sur les quelques plages, autour d'Aktau, qui commencent à s'organiser avec hôtels, chaises longues et parasols. Surtout agréable en été, quand le thermomètre grimpe vers les 50°C !

Les vestiges de la guerre froide

Les férus d'histoire s'en donneront à coeur joie au Kazakhstan avec les nombreux sites qu'il est possible de visiter (moyennant une organisation au cordeau et de bons contacts sur place) et qui chacun constituent des témoignages uniques de la guerre froide et du développement de l'URSS : le cosmodrome de Baïkonour pour la course vers les étoiles, le quadrilatère de Semipalatinsk pour la course aux armements, Aralsk pour la disparition de la mer d'Aral, Karaganda pour les goulags... De nombreuses agences ont saisi que les drames qui avaient frappé ces régions pouvaient aujourd'hui constituer un atout majeur de développement dans le domaine touristique et, s'il reste difficile, tant sur la plan de l'organisation que sur celui de la sécurité, d'organiser des excursions à Baïkonour ou Kourchatov, c'est néanmoins possible et, bien évidemment, passionnant.

Ailleurs sur le web
xiti
Avis