Il est difficile d'imaginer, en arpentant les rues vides de cette ville balayée par les vents de sable du désert, qu'elle était autrefois une ville portuaire florissante. Et pourtant, Aralsk était, durant l'époque soviétique, le principal centre de transit du coton : produit en Ouzbékistan et au Turkménistan, il arrivait à Aralsk chargé sur de gros bateaux qui traversaient la mer d'Aral, avant d'être acheminé par train jusqu'en Russie. Mais depuis le début des années 1970, Aralsk n'est plus une ville portuaire. Victime de la culture du coton, la mer d'Aral a depuis lors reculé de plusieurs dizaines de kilomètres. Au début des années 2000, Aralsk se trouvait à plus de 100 km du rivage, tout comme Moynaq, le port ouzbek au sud de la mer d'Aral. Des initiatives locales ont permis la construction d'une première digue, effondrée lors d'une tempête. Mais avant sa disparition, les résultats encourageant ont poussé le gouvernement et la Banque mondiale à soutenir les efforts de la population et à construire en 2005 une nouvelle digue, plus solide, qui permet au niveau de l'eau de remonter. Elle remonte même plus rapidement que prévu et les flots ont reconquis depuis près du tiers de la surface perdue par la mer.

Plus important encore, c'est la vie qui est revenue, et les poissons comme les oiseaux y redeviennent abondants. Il faudra encore beaucoup de temps à Aralsk pour redevenir un port, si tant est qu'il le redevienne un jour, comme l'a promis, peut-être un peu hâtivement, le président Nazarbayev. En attendant, les grues ont rouillé sur place, et les carcasses de bateaux prises dans le sable sont les seuls témoins de la prospérité passée de la ville. L'ambiance y est pourtant moins morne qu'à Moynaq, presque entièrement désertée par sa population, alors que Aralsk a su maintenir un semblant d'activité permettant à la ville de conserver un hôtel et quelques restaurants, et un minimum de travail pour la population. Par ailleurs, la prise de conscience écologique de la population et le soutien du gouvernement ont créé autour du projet de renaissance de la mer d'Aral un véritable engouement qui se ressent dans l'ambiance de la ville. Parallèlement, les décors désolés du passé industriel et maritime d'Aralsk sont évidemment un trésor photogénique que de nombreux voyageurs viennent immortaliser. Prenez tout de même un peu de temps pour vous intéresser à la population locale et à son histoire.

À voir / À faire à ARALSK

Comment partir à ARALSK ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à ARALSK

Photos d'ARALSK

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

KAZAKHSTAN

Guide KAZAKHSTAN

KAZAKHSTAN 2019/2020

15.95 €
2019-02-27
216 pages
Ailleurs sur le web
Avis