Guide du Kirghizistan : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Voyagistes
Réceptifs
Sites comparateurs et enchères
Agences de voyage
Partir seul
En avion

Du côté des grandes compagnies, le prix moyen d'un aller-retour Paris-Bichkek varie de 600 à 800 €. C'est ce que vous trouverez avec Turkish Airlines, Aeroflot ou Lufthansa.

Depuis 2014, Pegasus Airlines Asia, filiale low cost de la Turkish, dessert Bichkek depuis Paris via Istanbul aux alentours de 500 €. De quoi tirer enfin les prix des autres compagnies vers le bas !

À noter que la variation de prix dépend de la compagnie empruntée mais, surtout, du délai de réservation. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Pensez à acheter vos billets six mois avant le départ !

Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs
En bus
Location de voitures

Vous ne pourrez pas louer de véhicule et le conduire vous-même au Kirghizistan. Il vous faudra systématiquement louer une voiture avec chauffeur. Les prix dépendent fortement de ceux du pétrole, mais aussi de votre temps de trajet et des zones que vous souhaitez explorer (certaines nécessitent un 4x4, bien plus onéreux). Vous pouvez conduire votre propre véhicule si vous arrivez d'un pays voisin, après avoir rempli toutes les formalités nécessaires à la frontière.

Séjourner
Se loger

Si l'offre hôtelière dans la capitale s'est grandement améliorée et diversifiée ces dernières années, le reste du pays, mis à part Karakol, deuxième destination touristique kirghize, a une offre d'hébergement classique limitée, et nous vous recommandons d'effectuer des réservations suffisamment à l'avance si vous partez en été. Une alternative consiste à loger chez l'habitant, où l'offre est bien plus importante dans tout le pays. L'organisme CBT (Community Based Travel) gère un grand nombre de maisons d'hôtes classées en trois catégories de confort. Dans tous les cas, ne vous attendez pas à du 5-étoiles, mais les logements sont toujours bien tenus et c'est l'occasion d'aller au contact des populations locales pour enrichir le voyage. De nombreux tour-opérateurs disposent également de campements de yourtes installées en été dans différents endroits du pays (Song Kul, Tash Rabat...) pour expérimenter la vie nomade. Dans les hôtels, il vous faudra systématiquement présenter votre passeport. Il n'y a plus d'enregistrement obligatoire auprès des services de l'immigration, de sorte que vous pouvez choisir, si l'opportunité se présente, de loger chez les personnes qui vous offriraient l'hospitalité.

Les prix. Les prix varient en fonction du confort : à moins de 700 soms (10 € environ), renoncez à l'air conditionné, à la télévision et aux salles de bains privatives dans la chambre. Ce tarif correspond soit aux chambres modestes chez l'habitant, soit à quelques vieilles reliques hôtelières soviétiques où vous aurez aussi à oublier le petit-déjeuner !

A partir de 1 100 soms, les chambres chez l'habitant sont plus correctement équipées et vous disposerez d'une salle de bains et de toilettes dans la maison. A Bichkek et dans les quelques hôtels privés existant dans le pays, vous trouverez des chambres doubles correctes à partir de 2 000 soms, mais il vous faudra débourser au moins le double pour loger dans un hôtel tout confort.

Se déplacer
Avion

Le nombre de lignes intérieures est limité par la vétusté des infrastructures aéroportuaires et des appareils qui les desservent. Toutes les compagnies aériennes kirghizes sont sur liste noire, mise à part Pegasus Asie, filiale low cost créée en 2013 par Turkish Airlines et qui effectue des vols internationaux au départ de Bichkek et Osh. Les principaux aéroports du pays sont l'aéroport international Manas à Bichkek, l'aéroport Issyk Kul à proximité de Cholpon-Ata (sans tour de contrôle, il n'accueille les vols que dans la journée), et l'aéroport de Osh. Kazarman accueille encore un vol par semaine selon les conditions météo. La principale ligne intérieure relie Osh à Bichkek.

Bus

Bus. Le bus est un moyen de transport économique à l'intérieur du pays, mais les vénérables moteurs ne sont pas toujours capables de franchir les cols en altitude ou de sillonner les montagnes. Si vous sortez des routes principales, il vous faudra opter pour les minibus ou les voitures particulières faisant office de taxis partagés.

Minibus. Ils sillonnent tout le pays, embarquant 10 à 12 passagers en général. C'est un moyen plus rapide de se déplacer que le bus et plus économique que la voiture. Les minibus sont en général fiables, sauf dans les parties les plus reculées du pays où l'on sent que les moteurs n'ont pas dû voir de pièces de rechange depuis l'indépendance...

Taxis partagés. Ils se réunissent en général à proximité des gares routières ou des bazars et embarquent toujours quatre passagers qui se divisent la somme demandée par le chauffeur pour rejoindre la destination. Un moyen rapide et plus confortable de voyager, surtout appréciable pour les longs trajets.

Train

Votre seule expérience du train kirghiz se fera éventuellement sur la ligne Moscou-Bichkek. Dans le pays même, seule la ligne Bichkek-Balakchy est restée en service, mais la lenteur des trains et le délai d'attente sont tels que même les vieux bus soviétiques leur sont préférables...

Taxi

Les déplacements en ville sont assurés par les taxis et les marchroutka, des minibus qui desservent les rues principales et relient telle localité aux villages environnants. Il n'est pas toujours facile de se repérer dans les numéros, et les destinations ne sont pas toujours inscrites sur le pare-brise - ou alors en russe. Demandez toujours confirmation de la destination au chauffeur. Il n'existe que très peu de taxis officiels, mais nous vous conseillons, pour les trajets nocturnes ou bien vers les gares et les aéroports, de le réserver via votre hôtel.

Deux-roues

Le vélo peut être un bon moyen pour voyager en toute liberté, à condition d'avoir les mollets solides, car au Kirghizistan on ne plaisante pas avec les dénivelés. De plus en plus de touristes se livrent à l'exercice, mais le pays ne propose pas encore un vaste choix de magasins d'équipement, de réparation, de location ou de pièces détachées. Si vous prévoyez une expédition au Kirghizistan en deux-roues, emportez une solide boîte à outils et les principales pièces de rechange nécessaires. L'exercice devenant de plus en plus populaire, c'est via les tours-opérateurs réceptifs spécialisés comme Ultimate Adventures ou Ak Sai que vous trouverez la meilleure assistance ou la possibilité de louer des vélos. Quelques parcours commencent à se mettre en place, avec un avantage certain : les routes sont plutôt correctes pour rouler, et les voitures sont rares !

Adresses Futées du Kirghizistan

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis