Le Yémen est un bel exemple de l'application de la théorie des " six degrés de relation ", selon laquelle nous sommes tous liés au reste des êtres humains par, au plus, six intermédiaires. Rien n'était moins sûr que cela, de prime abord, dans ce pays qui a su protéger sa culture et ses traditions des tentations extérieures, et qui pouvait sembler, vu de loin, un peu un " village d'irréductibles ".

C'est néanmoins la culture de l'accueil et de la générosité, deux qualités héritées de cette tradition préservée, qui permet à ce pays et à ses habitants d'avoir acquis, de manière unanime parmi ses visiteurs, cette réputation de chaleur qui en fait, avec l'authenticité de ses modes de vie, une destination de voyage qui tranche, et qui séduit beaucoup.

Peuple de bâtisseurs connus pour leurs maisons hautes faites de pierre ou de pisé, les Yéménites ont souvent voyagé et ont construit des ponts affectifs avec une partie de l'Afrique vers l'ouest, et l'Inde et l'Indonésie vers l'est. Le pays a ainsi maintenu sa situation géographique d'extrémité de la péninsule arabique, jadis passage obligatoire de la route de l'encens.

Ce n'est donc pas un voyage comme les autres que ce pays du Moyen-Orient offre à qui veut tenter la découverte de ce grand territoire, fait de montagnes vertes et de déserts immenses, peuplé d'hommes et de femmes souvent très différents selon les régions, mais qui partagent une grande fierté, celle de leur pays, que tout Yéménite est toujours heureux de montrer à ceux qui en foulent la terre, et qui sont meurtris par tout acte qui serait fait contre leurs visiteurs.

Yann Le Razer

REMERCIEMENTS. Mes premières pensées vont à Mohammed Jamil Al Huraish, un Yéménite unique. J'associe aussi les amis rencontrés sur les routes du Yémen, notamment Rémy Audouin, Marylène Barret, Marc Deballon, Denis Douveneau, Gilles Gauthier, Jean-Claude Lauribe, Jérémy Roeygens, et bien sûr Jean-Guy Sarkis pour notre temps à musarder dans la vieille ville de Sanaa, et tous les autres, qui ont particulièrement donné un teint à cette première année passée dans ce pays.

Les lieux incontournables du Yémen

Comment partir au Yémen ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage au Yémen

Les circuits touristiques au Yémen

Une semaine à Sanaa et ses environs

Partez à la visite de Sanaa, capitale du Yémen. Il faut décompter deux jours de voyage si l'on prend Yéménia (Paris 9h - Sanaa 18h / Sanaa 1h - Paris 7h30) et peut-être trois jours avec des vols indir...

Yémen : l'Hadramaout en une semaine

Région orientale désertique du Yémen, l'Hadramaout est notamment réputée pour Shibam, ville à l'architecture époustouflante. Il faut décompter deux jours de voyage si l'on prend Yéménia (Paris 9h - Sa...

Photos du Yémen

Découvrir le Yémen

Les plus du Yémen

Un pays où la nature a encore l’avantage

Qu'il s'agisse des hauts plateaux montagneux du nord, des canyons multiples de l'Hadramaout, du désert du " quart vide ", des forêts aux alentours de Sanaa ou de Taizz, des teintes vert goutte d'eau de la mer Arabique et de l'océan Indien, de la côte volcanique de la région d'Aden, et bien entendu de l'exceptionnelle île de Socotra, le Yémen est un pays où la nature domine l'homme. Les espèces naturelles y sont nombreuses, et les amoureux de la géologie trouveront là un site exceptionnel très ancien.

Des sites classés au patrimoine mondial

Les montagnes du Yémen et leurs terrasses aménagées ne sont pas encore classées comme zone protégée, mais trois sites architecturaux le sont. Zabid (en 1996), ville de la Tihama, qui a servi de décor aux Mille et une nuits de Pasolini, est une ravissante ville à l'architecture enrichie de stucs et de chaux. Shibam (en 1982), la cité du désert dont les immeubles en pisé grattent le ciel oriental du pays, est une surprise pour les yeux. Sanaa (en 1986), magnifiquement restaurée et dallée de pierres du pays, offre un dédale citadin unique, au milieu des souks corporatistes.

Un climat ensoleillé toute l’année

Les saisons existent bien au Yémen, mais n'ont pas les mêmes manifestations que dans les contrées européennes. Même pendant les deux saisons des pluies, en avril et mai, puis en juillet et août, ce n'est qu'en fin d'après-midi que la pluie se déverse pendant une heure sur les montagnes de Sanaa ; pourtant, toute la journée, il aura fait beau et le soleil aura doré le pays d'un hâle uniforme. Le froid de l'hiver n'a d'existence qu'en février et en mars, et encore, il est très supportable.

Une population accueillante

La population yéménite, qui n'a jamais connu la colonisation, ne nourrit pas de complexe vis-à-vis des étrangers, et est très fière de l'accueil qu'elle peut donner à ses visiteurs. Il n'est pas rare, lors de promenades de plusieurs jours dans les montagnes, de passer la nuit à dormir sur les coussins des salons d'une maisonnée d'accueil et de partager le repas traditionnel. Les Yéménites, qui vivent dans un pays qu'ils considèrent comme le paradis sur terre, seront très heureux de vous faire partager leur passion.

Une destination abordable

Compte tenu de la distance entre le Yémen et l'Europe, cette destination de voyage est assez abordable et sur place, on trouve des hôtels assez bon marché, ainsi que des restaurants des plus économiques. Le principe du voyage organisé est sans doute le plus pratique, puisqu'il comprend aussi la location de voitures tout-terrain dotées d'un chauffeur expérimenté, solution la plus certaine pour aller à l'essentiel du voyage, et ne pas s'égarer sur les routes escarpées des montagnes.

Ailleurs sur le web
Avis