Guide de Mauritanie : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Spécialistes
Généralistes
Réceptifs
Sites comparateurs

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservation ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Partir seul
En avion

Prix moyen d'un vol Paris-Nouakchott : 800 €. A noter que la variation de prix dépend de la compagnie empruntée mais, surtout, du délai de réservation. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Pensez à acheter vos billets six mois avant le départ !

Principales compagnies desservant la destination

Des vols réguliers d'Air France relient Paris à Nouakchott cinq fois par semaine, et un vol charter relie Paris à Atar et Nouakchott le dimanche, d'octobre à avril. On peut également prendre des vols directs depuis Casablanca, Tunis, Alger, Dakar, Bamako, Banjul et Abidjan. Depuis 2010, la compagnie Mauritania Airlines, née des cendres de Mauritania Airways, dessert les lignes intérieures (Nouadhibou et Zouerate) ainsi que des destinations en Afrique de l'Ouest et du centre, ainsi que vers le Maroc, la Tunisie et les Canaries, seule destination européenne. La flotte est composée de 6 avions, Boeing 737 et Embraer.

Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
Location de voitures
Se loger

Il n'y a pratiquement pas d'établissement hôtelier de gamme moyenne en Mauritanie. Vous trouverez des hôtels avec chambres climatisées et tout le confort, disponibles à partir d'environ 1 000 MRU, ou vous logerez dans des auberges rustiques mais propres pour 300 MRU. Des particuliers représentent le secteur informel de la profession et proposent des possibilités d'hébergement, rarement moins onéreuses que les auberges et souvent moins confortables. Si vous ne faites pas que passer dans une ville, vous y ferez certainement des connaissances qui, tôt ou tard, vous trouveront un logement donnant ainsi tout son sens à ce que l'on appelle l'hospitalité mauritanienne. Il est prudent d'avoir avec soi un sac à viande lorsque l'on ne fréquente pas les hôtels de luxe. Au sud de la route de l'Espoir et dans toute la région du fleuve, prévoyez une moustiquaire et des répulsifs contre les moustiques, surtout en période d'hivernage  ; la combinaison de ces deux protections étant une excellente idée. En Mauritanie la nuit tombe vite, n'oubliez pas de vous équiper d'une torche, car l'électricité n'est pas présente dans l'intégralité du pays. Se nourrir n'est pas un problème. Partout dans le pays, vous trouvez des gargotes où vous pouvez manger un plat de pâtes ou de riz pour 100 MRU. Pour diversifier un peu votre régime alimentaire, les restaurants fréquentés par les Mauritaniens disposent de plats de viande et d'omelettes au prix de 100 MRU ou 200 MRU. Des restaurants plus huppés servent une excellente cuisine internationale qui peut atteindre 4 00 MRU pour un repas complet.
Il est intéressant de noter que la majorité de ces restaurants et certains hôtels, qui disposent d'un service de restauration, proposent une cuisine certes un peu onéreuse, mais dont le prix est largement justifié par la quantité et la qualité des mets proposés.

Hôtels

Il existe de nombreux hôtels à Nouakchott et Nouadhibou. En dehors des quelques hôtels de luxe (mais pas de chaîne internationale présente), certains petits hôtels surprennent agréablement par leur standing, pas toujours si éloigné des standards européens. En dehors des deux principales villes du pays, vous ne trouverez plus beaucoup d'hôtels, mais une quantité d'auberges de niveaux de confort différents.

Chambres d'hôtes

Les chambres d'hôtes offrent souvent le meilleur rapport confort/prix et vous permettent de loger directement chez l'habitant, ce qui permet plus d'authenticité et plus d'échange avec vos hôtes.

Auberges de jeunesse

Les auberges constituent la majorité des offres d'hébergement en Mauritanie. Elles offrent souvent plusieurs types d'hébergement, en chambre ou sous tente, et s'adaptent ainsi à la plupart des budgets et des exigences de confort. Ce sont des lieux très conviviaux où l'on se raconte ses journées et ses petites aventures autour d'un verre de thé. Le confort est souvent spartiate.

Campings

Les campings sont relativement peu nombreux en Mauritanie. Ils ne présentent souvent pas d'intérêt financier par rapport aux auberges, mais quelques-uns sont situés au bord de l'océan et séduisent par un cadre exceptionnel.

Se déplacer

La Mauritanie possède une diversité de moyens de transport très importante, allant du dromadaire à l'avion. Les routes goudronnées, soit environ 2 750 km, sont ici appelées "  le goudron  ", par opposition aux autres axes constitués de pistes non revêtues de bitume.

Marche à pied. La meilleure façon de découvrir Nouakchott est de parcourir la ville à pied, à condition d'observer quelques règles simples. Premièrement, lorsqu'on traverse une rue, toujours anticiper sur ce que les automobilistes peuvent faire, car les changements brusques de direction sans clignotant sont fréquents. Deuxièmement, si une voiture klaxonne derrière vous, rangez-vous le plus vite possible sur le bas-côté. Troisièmement, évitez de vous promener dans Nouakchott après une averse, les rues sont pleines de boue et les flaques d'eau, nombreuses.

Le trekking est beaucoup pratiqué dans la région de l'Adrar et ponctuellement dans la région du Tagant et dans le parc national du banc d'Arguin, mais pas par les Mauritaniens, qui rient beaucoup en voyant ces Blancs transpirer sous le soleil sans être obligé de se donner tout ce mal.

Charrette. Vous faites comme vous voulez, mais nous ne vous recommandons pas spécialement de vous déplacer sur une charrette tirée par un âne. D'abord, l'absence d'amortisseurs répercute intégralement et directement à une partie charnue de votre anatomie l'intégralité des secousses de la route empruntée, pour être clair, ça fait très mal aux fesses ! Ensuite, à moins d'avoir un âne ayant des relations dans le milieu du sport cycliste professionnel, votre employeur devra vous accorder beaucoup plus qu'une année sabbatique si vous souhaitez aller de Nouakchott à Néma. Eh oui, les ânes trottinent eux, à l'eau claire ou plutôt au foin clair !

Dromadaire. S'aventurer dans le désert à dos de dromadaire sur les traces des nomades fait certainement partie des choses que tout amoureux du Sahara rêve de réaliser. Tout le monde n'ayant ni la sagesse ni l'expérience de Théodore Monod, il convient de s'entourer d'une équipe de professionnels pour partir en méharée. Le choix et la longueur des itinéraires doivent être minutieusement préparés, tout comme l'approvisionnement en eau et en nourriture. En fait, lors d'une méharée, vous passez au moins autant de temps à marcher à côté du dromadaire que juché sur son dos, car la démarche caractéristique de la bête provoque des louvoiements du corps qui peuvent vous lasser. Ne comptez pas effectuer plus d'une vingtaine de kilomètres par jour lors d'une méharée.

Avion

A l'heure actuelle, il n'est possible de prendre des vols intérieurs en Mauritanie que pour Nouadhibou (plusieurs vols par semaine) et Zouérate.

Bateau

Pirogue. Outre le franchissement du fleuve Sénégal à Rosso pour passer la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, vous pouvez être amené à utiliser ce moyen de transport pour votre agrément. Que ce soit à Rosso, Bogué ou Kaédi, les villageois sont ravis de vous emmener faire un petit tour de pirogue sur le fleuve Sénégal pour quelques centaines d'ouguiyas.

Lanche. Les pêcheurs imraguen utilisent cette barque à fond plat pour se déplacer dans le parc national du banc d'Arguin. Originaire des îles Canaries, elle leur permet de se mouvoir, sans trop de difficultés, dans les eaux peu profondes où abondent les mulets. Une journée de pêche en leur compagnie est l'occasion de scènes de vie authentiques dont vous vous souviendrez longtemps. La location quotidienne d'une lanche canarienne revient à 3 000 MRU pour un maximum de sept personnes, guide en plus : 500 MRU, équipage compris.

Bus

Depuis peu, de grands bus confortables desservent Nouadhibou au départ de Nouakchott. Il est également possible de rejoindre Atar à bord de minibus climatisés, confortables, rapides, et de bonne facture !

Pour les déplacements dans la capitale, il suffit de se poster au bord de la route et une voiture s'arrêtera, sans qu'on sache si c'est un taxi patenté ou non, vu qu'il n'y a aucun signe de reconnaissance. Tarifs à partir de 20 MRU, en fonction de l'occupation du véhicule.

Train

La ligne de chemin de fer entre Zouérate et Nouadhibou permet d'acheminer le minerai de fer extrait dans la Kediet ej-Jill vers le port de la capitale économique du pays, d'où il sera chargé sur des minéraliers à destination des pays industrialisés. Ce train du désert était considéré comme le plus long (220 wagons pour une longueur de 2 km), le plus lourd (22 000 tonnes, 100 tonnes par wagon), et le plus lent du monde (15 à 18 heures pour faire les 650 km entre Zouérate et Nouadhibou). Seul ce dernier point reste valable, car depuis quelques années, c'est un train australien qui est devenu le plus long et plus lourd du monde. Les Mauritaniens utilisent souvent ce mode de transport. Ils empruntent les wagons de minerai vides dans le sens Nouadhibou-Zouérate ou pleins dans l'autre sens, ou bien les wagons de queue réservés aux voyageurs. Deux niveaux de confort ou plutôt d'inconfort ! A réserver aux intrépides, aux inconscients ou aux grands consommateurs de Temesta... Le voyage est gratuit dans le premier cas et fort peu onéreux dans l'autre, entre 100 MRU et 300 MRU par personne pour l'itinéraire Nouadhibou-Choûm. Il y a trois trains par jour, mais un seul dispose de wagons de voyageurs. Le train fait quelques haltes, notamment à Choûm où des taxis-brousse vous attendent pour rejoindre Atar par la route, plus quelques autres arrêts à des endroits où la voie se dédouble. En effet, les trains circulent dans les deux sens, mais comme il n'existe qu'une seule voie, il a fallu aménager deux voies à certains points précis pour permettre le croisement de deux convois ; ce qui peut occasionner une attente très variable pour attendre le train qui vient en face, d'où le flou relatif au temps de trajet. Si on est motorisé, il est possible de charger son véhicule sur le train. Depuis quelques années, un autorail à deux étages, avec vue panoramique et climatisation, effectue des navettes entre Zouérate et Nouadhibou. Il transporte des touristes visitant la région en circuits organisés, et s'arrête notamment à Ben Amira, entre Choûm et Nouadhibou, où se trouve le plus gros monolithe d'Afrique, et à l'oasis de Châr, entre Choûm et Zouérate.

Voyage entre Nouadhibou et Zouérate

Si vous avez décidé d'effectuer le trajet entre Nouadhibou et Zouérate en empruntant un des wagons réservés aux voyageurs du train minéralier, vous allez avoir l'occasion de voyager dans les conditions des Mauritaniens. Un wagon est constitué d'une vielle rame, type Corail, aux siéges défoncés et à la propreté aléatoire, le second wagon est un ersatz de bétaillère à côté duquel le Corail est grand luxe. Dans un cas comme dans l'autre, les places sont chères et mieux vaut savoir jouer des coudes  ! Le récit ci-dessous correspond à la rame type bétaillère.
"  Au départ de Nouadhibou, une nouvelle gare en dur a remplacé la petite cabane, constituée de bois et de tôles, où vous prenez votre billet. Une fois ce précieux sésame en poche, commence une attente qui est, dira-t‑on, variable. Les horaires annoncés sont soumis aux aléas de retards provoqués par plusieurs causes  : déraillements, pannes, ensablements des voies, etc. 
Une fois le train arrivé, il faut se diriger vers le dernier wagon, les autres étant réservés au transport du minerai, même si certains Mauritaniens les empruntent. Si votre témérité vous incite à les imiter, que ce soit juché sur les wagons, auquel cas, le danger d'en tomber est incessant avec les conséquences que vous pouvez facilement imaginer, ou au fond des wagons avec un panorama plutôt restreint, vous arriverez à destination recouvert d'une épaisseur de minerai de fer impressionnante. Pour pénétrer dans le wagon de voyageurs, imaginez plus d'une centaine de personnes se précipitant pour franchir une porte large d'un mètre, car à l'intérieur, les places assises sont rares et très convoitées. Le trajet s'effectue au début, assis pour les plus rapides, et debout pour la grande majorité. Au bout de quelques heures, la fatigue commençant à se faire sentir, il faut gagner sa place pour s'asseoir, allonger les jambes et, pour les plus chanceux, s'allonger à même le wagon en espérant que cette position vous amène à un repos très aléatoire. C'est un véritable capharnaüm, où se mêlent hommes, femmes, enfants, animaux et bagages.
Tout cela se passe dans la plus grande convivialité, et rares sont les altercations entre les voyageurs malgré ces conditions très rudimentaires. Le voyage est rythmé par l'omniprésente cérémonie du thé et le passage de vendeurs de nourriture qui, bien que très agiles, vous marchent dessus tôt ou tard. Les haltes, consécutives à l'arrêt du train sur une double voie pour attendre le convoi arrivant en sens inverse et permettre le croisement des deux trains, puisque le trafic s'effectue dans les deux sens sur une voie unique, sont des occasions bienvenues pour aller respirer un peu d'air pur dehors et se dégourdir les membres. Si le voyage s'effectue de jour, et que vous avez la chance d'être près d'un vasistas, le paysage qui se déroulera devant vos yeux vous fascinera par sa beauté et sa diversité.
Ce trajet, de plus d'une quinzaine d'heures, bien que très inconfortable, vous permettra de nouer de chaleureux contacts avec les autres voyageurs. A Nouadhibou, Choûm et Zouérate, des taxis-brousse vous attendent à l'arrivée du train. Il serait bien étonnant que vous en empruntiez un sans avoir à vos côtés un Mauritanien qui vous invite chez lui ou un voyageur qui vous donne l'adresse d'un parent à qui il vous demande d'aller rendre visite.  "

Voiture

Il est indispensable de louer un 4X4 pour visiter les centres d'intérêt du pays, à moins d'être motorisé ou de voyager par les transports collectifs qu'utilisent les Mauritaniens. Concernant les loueurs de véhicules, 90 % d'entre eux se trouvent à Nouakchott et c'est un peu la jungle pour s'y retrouver : beaucoup d'entre eux ne possèdent pas de véhicules et ne se mettent en quête d'une voiture que lorsqu'ils ont trouvé un client. Un peu de jugeote et beaucoup de patience vous permettront néanmoins de vous en sortir. La location quotidienne d'un 4X4 revient environ à 3 500 MRU avec chauffeur, carburant non compris.

Code de la route. L'interprétation que les Mauritaniens se font du code de la route est quelquefois déroutante. Cette remarque n'est d'ailleurs pas spécifique à la Mauritanie, elle est valable dans la plupart des pays africains. D'autre part, l'état de certains axes routiers devrait vous inciter à la plus élémentaire prudence. C'est pourquoi, si vous louez une voiture, nous vous recommandons de vous assurer également les services d'un chauffeur. La circulation n'est pas très dense en Mauritanie, même à Nouakchott ; il n'empêche que se faufiler à travers les rues de la capitale nécessite une certaine habitude. Il faut croire que les Mauritaniens sont d'excellents conducteurs, car les accrochages sont extrêmement rares. En brousse, il convient de faire très attention aux animaux qui peuvent traverser devant votre véhicule à tout instant. La traversée des villages requiert la plus grande vigilance, car les enfants, pas toujours habitués au trafic, se soucient peu des voitures. La conduite tout terrain, quant à elle, est réservée aux personnes expérimentées, car dans le désert les pièges sont nombreux. Les secteurs de regs cassants, où votre véhicule est soumis à rude épreuve, succèdent aux immenses étendues de sable. Si vous vous plantez dans les dunes de l'erg Ouarâne, ne comptez pas vous en sortir aussi facilement que si vous étiez à la dune du Pilat !

Carburant. Vous trouverez de l'essence et du gasoil dans toutes les villes importantes de Mauritanie. Si vous partez en brousse, prévoyez assez large, il peut être nécessaire, sur certains itinéraires, d'emporter des bidons en réserve et n'oubliez pas que la conduite tout terrain, surtout sur sable mou, est particulièrement gourmande en carburant. En novembre 2018, le litre d'essence coûtait 42 MRU (38 MRU pour le gasoil) à Nouakchott. Plus on s'éloigne de la capitale, plus il est cher.

Taxi

Si vous n'aimez pas marcher, c'est une excellente façon de vous déplacer à Nouadhibou et surtout à Nouakchott. Les autres villes du pays n'étant pas très grandes, il est facile de les découvrir à pied. Si vous ne trouvez pas de taxi, c'est vraiment que vous le faites exprès. Ils sillonnent les rues en klaxonnant dès qu'ils arrivent à la hauteur d'un piéton, surtout s'il est blanc, et ralentissent dans l'attente d'un signe de sa part.

Taxi-brousse. Voilà le moyen de transport qui va vous permettre de circuler presque partout en Mauritanie. Les taxis-brousse coûtent entre 100 MRU et 500 MRU pour 100 km. Une liste détaillée des tarifs pratiqués serait aussi inutile qu'exhaustive. Les prix varient en fonction de nombreux critères : état de la route ou de la piste, véhicule utilisé (break ou 4X4 pick-up), type de place occupée, celle à côté du chauffeur étant plus confortable et donc plus onéreuse que celles situées à l'arrière.

Camions. Pour légèrement moins cher, vous pouvez rejoindre les principales villes de Mauritanie, certaines même très excentrées, en camion. Les voyages en camion sont l'occasion de traverser des paysages magnifiques qu'on a le temps d'apprécier compte tenu de l'allure du véhicule. Toutefois, ce genre d'expédition, non dénué de risques, ne doit être envisagé que par des personnes dotées d'une excellente résistance, tant physique que morale. Ce sont de vieux, très vieux camions, souvent de fabrication allemande, et qui roulent encore uniquement parce que dans ce pays, on ne jette rien.

Deux-roues

Motocyclette. Ce moyen de locomotion est pratiquement inexistant dans le pays. Cette absence explique certainement en partie que l'air de Nouakchott est respirable, contrairement à certaines capitales africaines. Les motocyclettes, fréquemment mal réglées, dégagent en effet souvent d'énormes panaches de fumées qui polluent considérablement l'atmosphère. Pour le moment, Nouakchott y échappe.

Vélo. Il y a pratiquement autant de vélos que de motocyclettes en Mauritanie, c'est-à‑dire très peu. Il faut reconnaître que circuler à bicyclette dans Nouakchott n'est pas de tout repos et présente certains risques. Les nombreux kilomètres qui séparent les principales villes du pays et l'état des routes qui favorise les crevaisons n'incitent pas les Mauritaniens à utiliser ce moyen de transport.

Auto-stop

Pratique peu répandue en Mauritanie. De toute façon, la majorité des véhicules est surchargée. Votre seule chance est qu'un chauffeur de véhicule privé revienne d'une destination où il a conduit son patron, auquel cas il peut accepter de vous prendre contre une rémunération sensiblement équivalente au prix déboursé pour le même trajet effectué en taxi-brousse. C'est une bonne affaire pour le chauffeur, à qui vous avez donné un peu d'argent de poche, mais aussi pour vous qui voyagez pour le même prix qu'en taxi-brousse, mais dans des conditions de confort toutes autres.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Mauritanie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia !

Envie de prendre l'air ? Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia .