Et si l'été prochain on laissait la voiture au garage. Si on ne prenait pas l'avion, mais qu'on enfourchait le vélo pour aller faire le tour de l'Europe. Cela vous semble un peu démesuré ? Eh bien, pas du tout ! et cette façon de découvrir le vieux continent séduit même de plus en plus de personnes. Passer par des chemins insoupçonnés, prendre le temps de regarder autour de soi et de s'arrêter pour une visite, une pause gourmande, une baignade, tout cela est possible à vélo. Alors pour les voyageurs à l'âme écolo, voici quelques précieux conseils pour bien préparer votre road trip à vélo en Europe. 

S'assurer de partir bien équipé 

La première chose à laquelle il convient de penser est le choix du vélo. Afin de ne pas rencontrer de pépins mécaniques et que celui qui pédale ne se fatigue pas trop vite, il est préférable de choisir un vélo confortable et robuste. Le VTT est une très bonne option puisqu'il permet de rouler sur les routes classiques comme sur les chemins plus sinueux, grâce à des pneus conçus pour. Il faut veiller à ce que la selle soit confortable et les pédales solides. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi opter pour un vélo électrique. En effet, il rend la circulation sur certaines routes plus simples, dans les côtes notamment. Il faut s'assurer de trouver des points où rechercher la batterie, mais c'est une option à sérieusement étudier. Pour le matériel à emporter, attention à ne pas trop s'encombrer et à bien partir avec le minimum. Pour les longs voyages, les sacoches sont une bonne alternative, 20 litres à l'arrière, 10 litres à l'avant et une petite sacoche sur le guidon pour le téléphone et les petits ustensiles utiles et le tour est joué. Parmi les autres petits détails du vélo qui font la différence, il faut prévoir des garde-boue, des poignets ergonomiques, un rétroviseur, un porte-carte et un porte-bidon pour maintenir la gourde et s'hydrater facilement régulièrement. Côté vestimentaire, il faut des vêtements légers, dans lesquels on se sent bien et bien imperméables. Il ne faut pas négliger ce détail, au point de prévoir également des couvre-chaussures waterproof. N'oublions pas les quelques outils qui peuvent dépanner en cas d'incident et également la pharmacie, on n'est jamais à l'abri d'une chute et de quelques égratignures à soigner. À quelques jours du grand départ, surtout il ne faut pas manger gras, plutôt des féculents. En cours de voyage, privilégiez les repas légers et équilibrés qui facilitent la reprise de la route et il est bien d'avoir sur soi des fruits secs, du sucre et du chocolat pour prévenir le manque d'énergie. 

Définir l'itinéraire idéal, en fonction de ses envies

Cette étape est fondamentale, car l'Europe, c'est vaste. Alors certes on ne peut évidemment pas traverser l'ensemble des pays, mais avec du temps et de l'énergie à revendre, on peut aisément s'assurer d'en traverser au moins 6 ou 7. En naviguant sur internet, il est assez simple de trouver des itinéraires qui ont déjà été définis et surtout déjà réalisés par de nombreux cyclistes. Il est possible de partir de pays où la météo est moyenne lors des beaux jours et de terminer son voyage sur de sublimes plages, dans des contrées ensoleillées une large partie de l'année. On pense à l'itinéraire qui part de Londres et qui nous conduit jusqu'à Brindisi en Italie. On peut également partir de Norvège et aller jusqu'à Malte ou au Portugal. En partance depuis la France, un itinéraire se démarque particulièrement, il s'agit de l'EuroVelo6. Au départ de Nantes, il relie l'Atlantique à la mer Noire. Cette route longue de 3653 kilomètres permet de traverser 10 pays, de longer la Loire, le Rhin et le Danube et de s'arrêter dans des sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO parmi lesquels les villes de Vienne et de Regensburg en Allemagne. Il ne faut pas hésiter à bien chercher, à noter son itinéraire sur une carte, on peut ensuite partir l'esprit léger, la plupart des itinéraires sont balisés et sécurisés. Bonne route !