Après une période d'effervescence politique mais aussi d'instabilité et d'insécurité, le calme est revenu. Alors, pas de craintes à avoir, les Egyptiens sont toujours aussi bienveillants, désireux de faire connaître leur pays à tous ceux qui y viennent, pour sa richesse patrimoniale, ses eaux turquoise et son sable blanc, son chapelet d'oasis et ses montagnes bibliques. Si les sites d'exception sont nombreux à travers l'Egypte, le littoral de la mer Rouge est réputé pour ses exceptionnels fonds marins. Devenus l'endroit à la mode, les environs ont vu pousser comme des champignons de gros complexes et resorts qui accueillent tout au long de l'année des touristes venus de monde entier : Hurghada, il y a quelques décennies, n'était encore qu'un petit village de pêcheurs... Si faire la fête à Hurghada est incontournable, on trouve aussi d'autres coins plus paisibles. 

Hurghada, station balnéaire version resorts

Ancien port de pêche et de construction navale, appelé à une haute destinée touristique, grâce à la féerie de ses fonds marins, Hurghada (en arabe " El-Ghardaqa ") est aujourd'hui une des deux stations balnéaires les plus célèbres de la mer Rouge (avec Charm el-Cheikh) et la principale ville de la côte égyptienne. Elle s'étire sur une vingtaine de kilomètres en plusieurs quartiers, éloignés les uns des autres.

Le coeur historique, Dahar, a réussi à conserver un cachet traditionnel. A la nuit tombante, les vieux quartiers de la mosquée s'animent, tandis que se répand la lourde odeur de viande grillée et que résonnent les joyeuses humeurs du souk. Eclairés de lampes à gaz ou d'ampoules électriques qui ondulent sous le vent, les étals regorgent d'oranges, de bananes, de persil et de quelques variétés de légumes.

Mais les alentours sont un peu moins réjouissants. Le tourisme se concentre dans des complexes, appelés ici des resorts. Minuscule village de vacances, le resort accueille surtout des groupes de touristes ayant réservé leur séjour depuis leur pays d'origine, dans la plupart des cas l'Allemagne, l'Italie et la Russie. L'objectif est de proposer sur place tous les services possibles pour éviter de sortir. Restaurants, boutiques, guichets de banque, centre de plongée, piscine, plage privée et discothèque sont à la disposition du pensionnaire du resort, qui ne s'éloigne de sa chambre qu'à l'occasion des excursions organisées par le centre de plongée.

Mais, pour les amateurs des centres de vacances, Hurghada offre la possibilité d'un séjour all-inclusive rythmé par les sessions de plongée et les nuits de fête à rallonge.

Et, à seulement à 30 km au sud, on trouve Makadi Bay, l'une des nombreuses villes-resorts entièrement dédiées au tourisme et qui peut aisément prétendre au concours de la carte postale et du farniente.

El Gouna, le havre de beauté

Cette ville n'existait pas il y a vingt ans. Elle a été sortie de la lagune (ce que signifie son nom en arabe) par la volonté et l'investissement de la famille la plus riche d'Egypte, les Sawiris. Le complexe que vous voyez aujourd'hui est un havre de beauté comparé à Hurghada, voisine, dont l'urbanisme peut laisser perplexe.

El Gouna, c'est d'abord un petit village avec une place pavée autour de laquelle, sous des arcades de couleurs ocre, des boutiques chics sont installées. A la manière d'un escargot, le deuxième cercle est composé d'hôtels luxueux qui ont leur propre harmonie d'architecture et de couleurs. Un peu à l'extérieur, un golf d'herbe tendre nargue le soleil vaincu. On peut vivre en autarcie tout son séjour, abrité dans des complexes hôteliers.

La vie égyptienne s'est développée aux alentours, en respectant les lignes urbaines d'origine. Ecoles de langues étrangères, usines d'eau naturelle. El-Gouna a longtemps aussi accueilli l'usine de production des bières Saqqarah, avant de s'ouvrir au Caire.

Sahl Hasheesh, des kilomètres de plage de carte postale

A seulement 15 minutes de l'aéroport international d'Hurghada, Sahl Hasheesh est un immense complexe touristique privé qui fait face à la mer Rouge. Si la sécurité est évidemment de mise, Sahl Hasheesh possède également d'indéniables atouts pour les vacanciers. En effet, le village est situé sur une magnifique baie et possède près de 9 km de plage de carte postale. Ici, le farniente est roi : ceux qui se la coulent douce opteront pour le tiercé gagnant transats-sable doré-eau cristalline, alors que les plus courageux profiteront des nombreux sports nautiques : planche à voile, kayak, kitesurf, parachute ascensionnel, ski nautique et, surtout, snorkeling et plongée sous-marine. Car, comme dans toute la région, il ne faudra pas oublier de chausser ses palmes et d'enfiler son masque pour partir à la découverte des fonds sous-marins et des superbes récifs coralliens.

Très familial, le village propose également de nombreuses activités et clubs pour les plus petits. Pour les grands, on prendra du bon temps un cocktail à la main dans l'un des bars de plage ou l'on se fera dorloter au spa. Et, entre deux ploufs dans l'une des innombrables piscines, on sortira son sac de golf pour aller travailler son swing sur l'un des deux parcours 18-trous du complexe, plantés en plein milieu des montagnes et du désert...

Au coucher du soleil, pas le temps non plus de s'ennuyer ! Après s'être mis à table dans l'un des nombreux restaurants aux menus inspirés de cuisines du monde entier, direction les cafés branchés ou les discothèques du coin. A moins que vous préfériez déambuler entre les boutiques d'artisanat et de designers qui ont élu domicile à Sahl Hasheesh. De quoi conclure en beauté sa journée avant d'aller rejoindre les bras de Morphée dans l'une des 3 000 chambres 4 ou 5-étoiles du complexe. Bref, des vacances sous le signe du farniente !

Des spots encore méconnus

D'abord, on peut poser ses valises à El-Quseir. A 160 km du Nil, sa situation peut être appréciable pour conjuguer la culture et le farniente. A l'époque pharaonique, cette petite ville était un des grands ports de la mer Rouge. Les marchandises venant d'Arabie, d'Inde et d'Afrique de l'Est y étaient toutes débarquées. Le tourisme, pour le moment, ne l'a pas encore trop perturbée.

Marsa Alam est le dernier village le plus au sud de la côte égyptienne, sur la mer Rouge. Petit village de pêcheurs, l'endroit, très prisé par les plongeurs, attire de nombreux adeptes et des amateurs de plages. Encore inconnue du grand public il y a une quinzaine d'années, Marsa Alam est devenue une destination qui se veut plus élégante et confidentielle... Si elle demeure chic et belle, le nombre d'hôtels construits aujourd'hui ne laisse plus rien à l'esprit de " village privilégié ".

Enfin, à la pointe est du territoire égyptien, tout proche du Soudan, les réserves naturelles d'Elba s'étendent sur 35 600 km². Elles se déclinent en quatre zones : les forêts côtières de mangrove et les îles de la mer Rouge, la région d'Al Dénib, la région du mont Elba, la région d'Abrak. Elles comprennent vingt-deux îles, des récifs coralliens et conservent faune et flore de mangroves et de montagnes. On y trouve divers animaux : chèvres de montagne, sangliers, martres, loirs, mainates, chardonnerets, lagopèdes d'Ecosse, autruches... Les paysages splendides de ces réserves sont peu connus et surprennent les visiteurs.

 

Infos futées

 

Quand ? La haute saison débute en octobre et se termine en mars. La basse saison débute en avril et se termine en septembre.

 

S'y rendre. Pour profiter de la région, on atterrit à l'aéroport international de Hurghada.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

AUTORITÉ DU TOURISME ÉGYPTIEN - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Obtenir un devis d'une agence locale pour un voyage sur mesure - Demander

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez

Organiser un voyage en groupe - Demander un devis