Figure de proue du Golfe d'Ajaccio, la Pointe de la Parata et son prolongement en mer constitué par les Îles Sanguinaires forment une guirlande rocheuse que de nombreux visiteurs viennent admirer. Son paysage littoral, adossé à la montagne, est souligné par des édifices marins bâtis entre les XVIe et XIXe siècles. Les acteurs locaux et les habitants sont engagés pour préserver leur patrimoine et cette mobilisation a permis au site d'être labellisé Grand Site de France.

 

Un paysage sauvage

Protégées dès 1935, les îles Sanguinaires ont ensuite fait l'objet d'un classement en 1974. Ce classement fondé sur la " sauvage beauté " du site reconnaît les qualités paysagères, environnementales et patrimoniales des îles. Il s'est étendu à la Pointe de la Parata en 1995. Le Grand Site de France se découvre principalement par voie terrestre via la route départementale 111, dénommée " route des Sanguinaires ". Cette route touristique de grande notoriété datant de la fin du XIXe siècle commence au centre-ville d'Ajaccio. La pointe de la Parata, quant à elle, est composée de deux collines, réunies par un isthme. Coiffées d'un maquis brossé par les vents, la Parata mire au large Mezu Mare, l'île la plus vaste de l'archipel composé également d'Isola di Porri, isoloto et Isola di Cala d'Alga. Les 38 hectares de l'île de Mezu Mare sont inhabités et il s'en dégage une ambiance singulière, baignée d'un silence minéral percé de temps à autre par les cris des goélands. On s'étonne même de retrouver des traces humaines (tour, sémaphore...).

Le nom " Sanguinaires " fait écho à diverses légendes. Certains l'attribuent à la couleur rouge sanguin des roches au coucher de soleil ou bien à la robe rougeâtre de la végétation comme celle de feuilles des frankénies... Néanmoins l'hypothèse la plus probable viendrait de sa situation géographique. Les îles Sanguinaires marquent la frontière entre le golfe d'Ajaccio et le golfe de Sagone. Sur une carte de la fin du XVIe siècle, un géographe a désigné ce chapelet d'îles sous le nom Sagonares insulae, signifiant " les îles qui annoncent Sagone ".

 

Les hommes en ces terres

Mezu Mare comme la pointe de la Parata, portent des vestiges témoignant des activités humaines depuis le XVIe siècle. Au sommet de la colline de la Parata veille une des plus anciennes tours génoises de l'île, érigée en 1550-1551. Elle fait partie d'un ensemble de 90 tours destinées à défendre les côtes. Si un gardien d'une tour pressentait un danger, il allumait un feu pour prévenir les tours les plus proches qui elles-mêmes donnaient l'alerte aux suivantes.

Le site a connu des occupations militaires successives, notamment à partir de la Seconde Guerre mondiale.

Mezu Mare apparaît au chapitre de l'histoire maritime au XIXe siècle, jusqu'alors elle était la simple propriété de la famille Ponte. Les descendants de cette famille cultivaient ces terres en vignobles et vergers quand en 1802, un décret de Bonaparte y imposa la construction d'un lazaret dont on peut encore voir les vestiges.

Non loin de ces ruines culmine le phare de l'île, mis en service en 1844. Célébré par Alphonse Daudet dans ses écrits, le phare a la particularité d'être crénelé. L'île compte également un sémaphore. Depuis sa terrasse, on peut observer la mystérieuse tour carrée de Castellucciu.

 

Faune et flore, une biodiversité exceptionnelle

La pointe de la Parata et les îles Sanguinaires font partie, au même titre que l'ensemble du golfe d'Ajaccio, du réseau européen Natura 2000. Espace naturel remarquable, le site bénéficie de protections liées à la biodiversité : Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF de catégorie 1), Zone de Protection Spéciale au titre de la directive " oiseaux " (ZPS) et Zone Spéciale de Conservation au titre de la directive " habitats " (ZSC).

Les paysages sauvages du Grand Site de France abritent une faune variée qui se compose d'espèces protégées de reptiles comme la couleuvre verte et jaune, le phyllodactyle d'Europe (de la famille des geckos) et le lézard thyrénéen. Seul un mammifère est recensé sur Mezu Mare, il s'agit du rat noir. Dernière famille d'animaux observée, les oiseaux, qu'ils soient de passage comme le héron cendré ou le balbuzard pêcheur ou bien qu'ils y nichent comme le cormoran huppé de Méditerranée et le goéland leucophée. Dans le cadre de la gestion de la zone Natura 2000, le Syndicat mixte du Grand Site, en lien avec la Communauté d'agglomération du Pays Ajaccien, s'est donné pour objectif la protection d'habitats qui permet d'assurer la survie et la reproduction des oiseaux. C'est dans cette optique que sont organisées des opérations de comptage des oiseaux marins.

 

Une végétation adaptée aux rudes conditions climatiques

Le vent, les embruns et la sécheresse estivale façonnent le paysage et les espèces s'organisent. Pour lutter contre le vent, les plantes évoluent en port rampant, les branches couchées au sol, ou en port en coussin, autrement dit regroupées en boules compactes. L'été, pour survivre au manque d'eau, elles développent des dispositifs pour récupérer un maximum d'eau.

Au large, les îles Sanguinaires constituent une inestimable réserve. Mezu Mare abrite deux espèces endémiques remarquables : l'arum mange-mouche et la nananthée minuscule. Mezu Mare compte d'autres espèces importantes au niveau patrimonial corse telles que l'évax arrondi et l'iris fétide. On retrouve aussi les fameuses griffes de sorcières, des plantes rampantes.

 

Un site vivant entre terre et mer

Lieu de balade et de sorties, la pointe de la Parata est un site très apprécié des Ajacciens et il est prisé par les passionnés de botanique ou d'archéologie.

La colline et la presqu'île de la Parata sont traversées par le Sentier des senteurs. Cette promenade offre une expérience sensorielle étonnante. D'abord, le regard s'émerveille d'un tableau saisissant où contrastent l'entrelacs d'arbustes farouches et l'ardeur de vagues qui se brisent sur la roche. L'oreille est constamment bercée par le roulement du ressac parfois incisé par le cri aigu des oiseaux. Et tout au long du chemin, on est transporté par les parfums aromatiques du maquis.

La baie d'Ajaccio est fréquentée depuis la haute Antiquité par des navires. Les marins privilégiaient souvent l'abri des Sanguinaires pour les protéger. Malgré ces précautions, quelques malchanceux périrent en mer. À la fin des années 1980, on découvrit des épaves et leurs cargaisons.

Le réseau de vigilance constitué par les tours génoises a décliné au XVIIIe siècle et les tours furent totalement abandonnées un siècle plus tard. Alors on modernisa les postes de guet d'abord au moyen de vigies remplacées ensuite par des sémaphores. Propriétés de la Marine nationale, ces tours de contrôle assurent une surveillance continue des activités maritimes.

 

Un site à découvrir et ressentir

La proximité avec la ville invite les citadins et visiteurs de passage à profiter de ce cadre somptueux pour pratiquer diverses activités sur terre et en mer. Dès son arrivée sur le site, le visiteur est accueilli par la Maison du Grand Site ouverte toute l'année, 7 jours sur 7.

Voilà donc un lieu privilégié pour les activités en plein air. Outre la promenade jusqu'à la tour de la Parata et les balades à vélo, trois circuits de randonnées sont accessibles : le petit sentier des Senteurs, le sentier des Crêtes qui suit le littoral jusqu'au centre-ville et le sentier des Douaniers qui conduit jusqu'à la plage du Petit et du Grand Capo. En suivant ce chemin, on découvre un joli site d'escalade avec 9 voies. Côté mer, les lieux se prêtent naturellement à la plaisance, à la pêche à la ligne et à la plongée sous-marine. Sont également proposées des excursions pour découvrir l'archipel des Îles Sanguinaires dont certaines à bord de bateaux hybrides, combinant énergie thermique et électrique.

Le Grand Site de France est aussi une école de sensibilisation, il fait appel au sens et sa découverte permet de sensibiliser les visiteurs à la fragilité des lieux. Liliane Lambinet, animatrice pédagogique au CPIE d'Ajaccio, a participé à la création d'un Rallye Nature sur la pointe de la Parata. Le Grand Site se prête aussi à des actions conjuguant activités de plein air et préservation de l'environnement avec le " Recycla Raid ". L'événement allie activité sportive et collecte de déchets le long du littoral à pied, en kayak ou dans l'eau pour les apnéistes.

 

Dans les coulisses d'un Grand Site de France

La pointe de la Parata - Îles Sanguinaires a été labellisé Grand Site de France en 2017. Décerné par le ministre en charge de l'Environnement pour une durée de 6 ans renouvelable, ce label reconnaît une gestion responsable qui vise avant tout à préserver ces grands paysages, leur histoire, leurs valeurs et tout ce qui forge leurs singularités.

Face aux flux de visiteurs toujours plus importants engendrant des dégradations, plusieurs actions ont été menées depuis 20 ans. Diverses interventions ont permis de redonner une cohérence au site à commencer par une réflexion sur les cheminements de l'isthme et de la presqu'île, fortement endommagés par les piétinements. L'entrée et l'accès au site ont entièrement été repensés pour organiser des conditions d'accueil optimales tout en maîtrisant sa fréquentation.

Le Grand Site de France est géré par un Syndicat mixte depuis 2016. Cet organisme réunit dans un même projet l'ensemble des collectivités locales concernées : la ville d'Ajaccio, la Collectivité de Corse et la Communauté d'agglomération du Pays Ajaccien.

Le site de la Pointe de la Patata et des Îles Sanguinaires fait partie du Réseau des Grand Sites de France, créé en 2000. Le Réseau des Grands Sites de France fédère 46 Grands Sites au sein desquels 18 sont labellisés Grand Site de France.

 

Infos futées

GRAND SITE ÎLES SANGUINAIRES ET POINTE DE LA PARATA - Plus d'informations sur le site

GRAND SITE DE FRANCE - Plus d'informations sur le site