Minorque : un paradis pour les gourmets entre terre et mer

Recommandé

Une gastronomie méditerranéene de caractère, issue de l'aussi fertile qu'insolite rencontre des cultures catalanes, arabes, francaises et anglaises, voilà une des définitions possibles de la sereine Minorque. Si de nos jours la fusion a la vent en poupe dans les diverses cuisines du monde - quelques très bonnes adresses d'inspiration italienne, japonaise et indiennes émaillent d'ailleurs les villes et littoraux de l'île -, les recettes centenaires et le savoir-faire menorquí demeurent, pour notre plus grand plaisir, la norme. Pour se mettre en appétit, citons quelques plats - mondialement connus - comme la Caldereta de Llagosta (soupe de riz à la langouste), et dont l'existence est manifestement une raison suffisante pour que les marins sillonant la MareNostrum fassent escale dans les ports de l'île. La mayonnaise est originaire de l'île elle aussi. Oui. La mayonnaise ! Lorsque les Français conquièrent Minorque en 1756, le cuisinier du maréchal alors en charge des troupes a l'audacieuses idée de supprimer l'ail à la recette du typique all-i-oli, et baptise cette nouvelle sauce "mahonnaise" en hommage à la ville de Maó, actuelle capitale de l'île. Cette simple anecdote en dit long sur la culture culinaire de l'île : des influences historiques et des traditions profondément ancrées, des produits frais et locaux et un élan naturel pour l'inventivité et l'experimentation. Aujourd'hui, Minorque plus que n'importe quelles îles des Baléares est une authentique destination gastronomique, une mosaïque de saveurs, abordable pour tour les budgets, mais aussi à n'importe quelle période de l'année. Nouez-donc votre serviette autour du coup, voulez-vous ? Et suivez nous pour une exquise mise-en-bouche.

Une journée-gourmette à Minorque

Le soleil se lève à peine que déjà aux quatres coins de l'île les troquets de Maó, Ciutadella, Alaior ou de Fornells s'ébrouent paresseusement au son du tintement des cafetières. Visiteurs et locaux se croisent autour d'un tallat (ou cortado, café noisette) accompagné d'une ensaimada (pâtisserie sucrée la plus fameuse de Minorque) ou d'un solide entrepà (ou bocadillo) de sobrassada, pendant que pêcheurs et paysans à la peau tannée perpetuent la tradition du ginet, surnom affectif du très bon gin local (héritage britannique). La tradition veut d'ailleurs qu'on le mélange avec de la limonade-maison lors des festivites populaires de village. A Ciutadella, la cathédrale Santa Maria sonne les douze coups de midi, de concert avec l'église du même nom à Maó. Le signal est donné : c'est l'heure de s'attabler pour un picoteo ou un repas plus consistant. On optera pour la terrasse de l'un des bars de centre-ville ou peut-être pour la pergola ombragée d'un chiringuito de la côté sud, avant de jeter un oeil au menu. Produits de mer comme de terre abondent : sèpia amb pèsols (seiche aux petits pouis), pop amb ceba (poulpe à l'oignon), caragols amb "cranca" (escargots farcis avec crabes, une recette unique et excellente), "trunyelles de be" (intestins d'agneau tressés, toute l'essence de la tradition rurale minorquine concentrée dans une assiette !) ou encore les sensationelles aubergines farcies a la menorquina, une recette typiquement estivale et on ne peut plus adaptée à la saison. Il existe à Minorque une coutume qui a plutôt bien traversé les âges : celle de la collation de milieu d'après-midi, que l'on nomme ici "fer sa bereneta". Ici encore, terrasses de bistrot et autres bars de plage se prêtent parfaitement à l'heure du goûter. Les becs sucrés pencheront volontiers pour un assortiment "dolç", pâte d'amande et cabell d'àngel - à l'indiscutable ascendance arabe -, pendant que les amateurs de saveurs salées jetterons leur dévolu sur une tartine ou un substantiel sandwich garni de l'aussi antique qu'emblématique fromage Queso Mahón-Menorca et de quelques fines tranches de charcuterie de l'île.
Puis vient l'heure magique du crepuscule. Après avoir, face à un splendide coucher de soleil, siroter un cocktail de gin ou un verre de vin de Ferreries, Es Mercadal, Es Migjorn Gran, Sant Lluís ou Es Castell - aux arômes à la fois masculins et enjôleurs -, le principale difficulté à laquelle le visiteur devra faire face est celle du choix du restaurant. En effet, Minorque, en plus de jouir d'une fantastique quantité de produits de qualité, est peuplée de fins gourmets pour qui se rendre au restaurant est une activité à part entière, ou plutôt, une pleine expérience sensorielle. Les adresses sont aussi nombreuses qu'éblouissantes tant par le décor que par l'atmosphère : tantôt chic et épurées, tantôt plus populaires et décontractées, dans un port, au creux d'une maison de campagne du coeur de l'île ou bien à-même la plage, les possibilités sont vastes. Et ça, c'est sans parler du menu. De la gastronomie classique éxécutée dans le plus grand respect des recettes du terroir jusqu'à sa version la plus contemporaine (les chefs ne manquent ici ni de flair ni d'intrépidité), les influences du monde méditérannéens sont bien réelles, tout comme elles sont en perpetuelles mutation. Un repas léger et sain, une délicate séance de dégustation... ou peut-être un festin ? Il n'y a qu'à choisir, puis se laisser porter.

Des plats et des produits uniques

La pâtisserie est un élément essentiel de la culture culinaire minorquine, fruit de l'influence des cultures arabes, francaises, anglaises et catalanes. La recette de ces biscuits et gateaux sucrés-salés s'est précieusement transmise de génération en génération par les habitants de l'île, au point de devenir, pour certaines, de véritables symboles de Minorque. Citons ici les célèbres flaons i formatjades, sortes de beignets (composés de farine et de graisse de porc), que l'on remplit de garnitures variées (viande, poisson, fromage); les crespells, préparés de la même manière mais présentés sous forme de fleur et cette fois-ci garnis de sobresada ou de figat (confiture de figue de l'île); les pastissets (version miniature du précédent) ou encore les cocas, elles aussi se déclinant sous de multiples formes. Toutes ces douceurs se déclinent de bien des manières, répondant au calendrier des fêtes patronales qui ponctuent le cour de l'année. Côté salé, les carnivores devraient trouver leur bonheur à Minorque, et la fraiche saison est une période tout indiquée pour y faire quelques découvertes culinaires inespérées. On y célébre en effet l'arrivée de l'hiver avec les annuelles porquetjades, c'est à dire le moment ou les porcs sont tués avant d'être transformés en de délicieuses salaisons, génériquement appelées embotits : sobrassada, carn-i-xulla, camot et botifarrons. La variété autant que la finesse de ces préparations aux origines multicentenaires mettra plus d'un palais francais à l'épreuve autant qu'ils les raviront. Last but not least, le fromage de Minorque vient clore cette gourmande triologie. Les verts pâturages de l'intérieur de l'île, flanqués de tranquilles maisons blanches et parcourus par des troupeaux de vaches non moins paisibles ne sont pas là pour rien. Les archéologues estiment que la consomation de fromage sur l'île remonte, au bas-mot, à l'an 417 ! C'est dire si la relation des locaux aux produits lactés est ancienne. La fabrication du Queso Mahón a pris de l'ampleur au fil du temps et au XVIII° siècle, des bateaux entiers se dédiant alors au seul commerce de ce fromage, principalement en Méditerranée occidentale. Aujourd'hui, il est une des richesses gastronomique de l'île, plebiscité sur place comme dans le reste de l'Europe, et se déguste selon trois formules : sec, semi-sec et curat. Un incontournable.  

 

Festivités : une culture culinaire bien vivante

Apprécier un bon plat est une chose. Le savourer dans un cadre aussi superbe que l'embouchure du port de Maó ou de Ciutadella, le cadre verdoyant d'une masia en vieilles pierres environnée de vallées bucoliques, ou encore sur la terrasse d'une crique confidentielle en est une autre. Mais célébrer la gastronomie comme le fait Minorque saison après saison, voilà qui démontre l'attachement des habitants aux bonnes choses de la vie. L'année commence sur les chapeaux de roues avec en février les Journées Gastronomiques du Poisson, à l'occasion desquelles les restaurants participants donnent le meilleur d'eux-même pour épater les gourmands amateurs de saveurs iodées ; le festival Menorca al Plato (Minorque dans l'Assiette) se tient pendant 10 jours au mois de juin et permet de gouter à toute un panel de spécialités îliennes midi et soir à prix réduits ; en décembre arrive la célébration dite d'Els Dimecres es dia de Brou ("Le Mercredi, c'est jour de Brou") et met à l'honneur le Brou ou Bullit, un succulent râgout de poisson bien chaud, parfaitement adapté au frais climat hivernal. L'Oliaga est un autre plat chaud typique - à base de produits potagers et qui se déguste principalement en été - et qu'on aura l'occasion de goûter lors de l'estival évènement Ruta del Oliaiga. 
Si un pays se connait par ses saveurs, Minorque a très certainement quelquechose - dans ses terres comme dans ses eaux - qui fricote avec le nectar et l'ambroisie. Quelquechose comme un petit paradis pour les gourmets.

 

Pour plus d'infos concernant aux établissements, recettes et les évènements gastronomiques de l'île, consulter le site de l'Asociación menorquina de cafeterías, bares y restaurantes : www.gastronomiamenorca.es ou par email info@gastronomiamenorca.es

A découvrir également sur Facebook, Twitter ou Youtube

Ailleurs sur le Web
A propos de l'auteur

Les dernières Actus

Minorque : une mosaïque d'act...

Perle discrète à l'envoûtante beauté, l'île la plus méconnue de l'archipel des Baléares, ancrée dans la ...
Lire l'article

Bonne action et gastronomie a...

Comme chaque année, le concours de tortillas organisé par l'Association des voisins de Cala'n Blanes s'est tenu dans ...
Lire l'article
Vidéo de voyage
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté

Guide BALÉARES / IBIZA-MINORQUE-MAJORQUE-FORMENTERA