Contrairement au Zemgale, tout proche de Rīga, le Latgale s'étend plus à l'intérieur des terres, au sud-est, aux confins de la Biélorussie et de la Russie, au bord de la frontière extérieure de l'Union européenne. C'est peut-être pourquoi cette région est moins fréquentée par les touristes.

Ce sont les Latgales, ou Lettes, un peuple indo-européen, qui ont donné son nom français à la Lettonie. Le Latgale est une région de hautes terres et une contrée de lacs. On l'appelle d'ailleurs " la région des lacs bleus ". Sa position aux frontières du monde slave n'a pas été sans influence sur la région. C'est par exemple à partir du Latgale qu'a été introduite la religion orthodoxe.

Après la domination des tribus latgales, la région est tombée, au XIIIe siècle, sous le joug des chevaliers germaniques. Au XVIe, c'est la Pologne qui en prend le contrôle pour 200 ans. Le Latgale gardera les traces de l'influence de la religion catholique dont elle est, encore aujourd'hui, le bastion en Lettonie (basilique d'Aglona). Elle sera ensuite terre russe intégrée à une autre province que la Livonie et la Courlande et, ainsi, ne profitera pas des réformes agricoles et industrielles de la fin du XIXe. Elle subit encore les conséquences de son histoire : c'est la région la plus pauvre et la moins peuplée (souvent moins de 10 hab./km2) de Lettonie. Son territoire est principalement couvert de forêts qui font l'objet d'une exploitation parfois anarchique. L'absence de liaisons routières efficaces l'enclave encore plus. C'est cependant un paradis pour les pêcheurs et chasseurs et autres amateurs d'une nature sauvage.

Le Latgale est la région la plus orientale de la Lettonie, au contact de la Russie et de la Biélorussie, au bord de la frontière extérieure de l'Union européenne. Majoritairement russophone, elle est aujourd'hui la région la plus défavorisée du pays et connaît un important retard de développement : le PIB par habitant (7 002 € en 2006) est, en moyenne ici, deux fois inférieur à la moyenne nationale et il n'a cessé de baisser depuis 1995, signe d'une régression économique. Le Latgale ne représente plus que 14 % de la population lettone et 7 % du PNB.

La région compte deux villes principales, Daugavpils (109 482 habitants), deuxième ville de Lettonie, et Rēzekne (40 500 habitants), un important carrefour ferroviaire. Ces deux villes, qui concentrent l'essentiel du tissu industriel régional, constituent des centres de développement potentiels.

La région possède une spécificité ethnique, linguistique et culturelle : majoritairement russophone, elle conserve un dialecte balte original, proche du letton et du lituanien, le latgalien.

Cette langue joue un rôle identitaire fort, mais de nombreuses personnes âgées latgaliennes de souche maîtrisent très imparfaitement le letton. Le Latgale compte également sur son territoire d'importantes minorités ethniques et linguistiques intégrées de longue date à la société lettone : Biélorusses, Polonais, Lituaniens. Des villes telles que Ludza, Krāslava et Daugavpils étaient les berceaux de la communauté juive de Lettonie avant 1939, laquelle y représentait environ un quart de la population. Les villes de Preiļi et Varakļāni étaient majoritairement juives. La quasi-totalité des juifs a été exterminée sous l'occupation nazie. Les Lettons de souche polonaise représentent 14 % et les Biélorusses 8 % de la population de Daugavpils aujourd'hui. Il existe une proximité culturelle avec les régions russes, biélorusses et lituaniennes de l'autre côté des frontières.

Site de la région : turisms.latgale.lv

Les lieux incontournables de Latgale

Organiser son voyage dans le Latgale

Photos de Latgale

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

PAYS BALTES

Guide PAYS BALTES

PAYS BALTES 2019/2020

14.95 €
2019-02-13
432 pages
Avis