Fantastique, chaotique, grandiose, vertigineuse, spectaculaire, Santo Antão est l'île des superlatifs et le paradis des randonneurs. Elle est d'une incroyable beauté, avec des montagnes imposantes et des vallées profondes, le plus souvent verdoyantes. Le reboisement y a été important, facilité par un climat favorable et des pluies régulières. Avec ses 779 km² de superficie, elle arrive en seconde position par sa taille derrière Santiago. Sa longueur maximale est de 43 km contre 24 km de large. C'est une île très montagneuse avec ses trois pics qui culminent à plus de 1 800 m, alignés du sud-est au nord-ouest, formant ainsi une chaîne qui sépare l'île en deux versants, l'un au sud et l'autre au nord. Ce dernier est le plus découpé, présentant des pics escarpés alternés de vallées profondes. Le Tope Coroa, du haut de ses 1 979 m, est le plus élevé, suivi du Gudo de Cavaleiros, 1 811 m. Cette île surprend par son contraste, mélange de végétation et de terres arides. Le nord, humide, est pourvu de plantations et de cultures, c'est la zone verte, alors que le sud reste très sec. Le centre est très frais car il se trouve sur les hauteurs. Son sous-sol est riche en pouzzolane, matière première qui sert à fabriquer du ciment.

C'est l'île la plus arrosée de l'archipel et elle possède de nombreuses variétés d'espèces florales et végétales ainsi que des sources que le gouvernement envisage d'exploiter afin de modérer l'importation d'eau de l'étranger. Ici, et surtout dans la partie orientale de l'île, on trouve des cours d'eau actifs toute l'année, ce qui est rare dans l'archipel du Cap-Vert.

Vous aimerez vous promener au milieu des fougères géantes et des plantations de canne à sucre et de bananiers ; ou encore de sillonner les sentiers tortueux à bord des fameuses juvitas, ces charrettes de bois recouvertes de tissu. L'activité est essentiellement rurale et les moindres parcelles arables sont exploitées.

La découverte de Santo Antão remonte au XVe siècle, lorsqu'en 1462, Diogo Gomes y accoste, mais le peuplement ne débute qu'au XVIe. L'île, bien que disposant d'eau et d'un excellent climat, ne permet pas un développement rapide car les réseaux de communication sont difficiles à établir à cause de la montagne et des mouillages peu sûrs.

Au XIXe siècle commence la construction des routes et, vers 1960, les travaux pour la création du port de Porto Novo afin d'acheminer plus rapidement les récoltes vers Mindelo. De nos jours, cette activité persiste et se développe avec l'aménagement de nouvelles routes et la considérable amélioration des réseaux de communication. La pêche se pratique à Tarrafal, Porto Novo et Janela mais ce n'est pas l'activité principale, car les habitants sont de tradition paysanne. Le tourisme y progresse depuis quelques années, aidé par la Coopération luxembourgeoise, et de nouveaux hôtels viennent combler le retard en infrastructures hôtelières.

Il existe beaucoup d'endroits encore vierges avec des paysages grandioses, de profondes ribeiras, des ruisseaux, des versants rocheux vertigineux, des pics et des sommets noyés dans les nuages.

Les plages sont rares car la côte est plutôt rocheuse et montagneuse et en rend l'accès difficile. Celles de Praia Formosa à l'est, et de Tarrafal à l'Ouest sont splendides.

Vous débarquez au port de Porto Novo qui est bien abrité du vent. De là, vous emprunterez un aluguer qui vous mènera au nord, de l'autre côté de l'île, par la nouvelle route côtière qui passe par Janela. Certains aluguers prennent parfois l'ancienne route pavée tortueuse construite à la main pierre par pierre qui passe à travers la montagne. On la surnomme Estrada Corda, la route de la corde, car elle chevauche les cimes des montagnes et serpente au-dessus des précipices avec des gouffres de plus de 1 000 m de chaque côté, traversant l'île telle une corde jetée dans la nature, d'un bout à l'autre de Santo Antão. C'est l'une des plus belles routes du pays.

Pendant les premières minutes du trajet, vous vous demandez vraiment s'il existe une végétation sur cette terre. Peu à peu apparaissent les premiers sapins, d'abord par dizaines, puis par centaines. Les nuages s'accumulent, vous entrez dans le brouillard et vous ouvrez votre sac pour y prendre un gilet car la fraîcheur est bien là. Vous serez émerveillé par la beauté de cette forêt de pins, de cèdres, de mimosas à l'odeur de bonbon et d'eucalyptus. C'est une splendeur jusqu'à Ribeira Grande dans un paysage unique.

Au Nord, de l'autre côté de l'île et de la chaîne de montagnes, les vallées se multiplient et se confondent dans une verdure de plus en plus présente. A chaque tournant de la route, à chaque descente, vous apercevrez, accrochés aux flancs des montagnes, plein de maisons de pierre. On se demande comment elles tiennent sur ces pentes et surtout comment les paysans s'y sont pris pour les construire.

Si vous décidez de séjourner dans l'île, le mieux est de dormir à Ponta do Sol, du moins les premières nuits. Le cadre est plus sympathique qu'à Ribeira Grande et la vie de village plus agréable et plus calme. C'est aussi là que vous pourrez organiser le mieux vos trekkings. Néanmoins, depuis l'ouverture du Pedracin village et de quelques pensions à Paúl, il est aussi fort agréable de s'arrêter de dormir dans la vallée de Ribeira ou à Paúl, village un peu plus sauvage que Ponta do Sol. Si vous allez sur Santo Antão entre août et novembre, soyez prudent, c'est la saison des pluies. Elles sont assez fréquentes et fortes, ce qui explique la très grande végétation existant sur son versant nord. Mieux vaut alors vous équiper contre la pluie avant de partir en randonnée. Pour les plus prudents d'entre vous, vous pouvez également vous adjoindre les services d'un guide pour éviter de passer par des endroits présentant trop de risques (boues, éboulements, glissements).

Vers l'Ouest, la route carrossable monte à plus de 1 500 m en une succession de lacets empierrés sur environ 10 km. Ensuite, ce sont des pistes à peine praticables qui serpentent dans des paysages grandioses, lunaires, minéraux, percés d'immenses précipices, souvent au-dessus d'une mer de nuages. Terrain de randonnée de grande qualité pour les aficionados de la discipline. La redescente vers la côte est aussi tortueuse que vertigineuse. Mais l'Ouest recèle quelques oasis côtières qui sont parmi plus beaux secrets de l'île. Ces petits paradis sont certes difficiles à atteindre, ils surtout sont difficiles à quitter.

Enfin, c'est à Santo Antão que le grogue, eau-de-vie cap-verdienne faite à partir de canne à sucre broyée et distillée, trouve son origine. Passer par Santo Antão sans y goûter serait un péché et est quasiment impossible. Vous en trouverez un peu partout le long des ribeiras (n'hésitez pas à emporter avec vous une bouteille vide pour la remplir contre quelques escudos) mais quelques spécialistes vous proposeront les meilleures bouteilles.

L'île produit aussi des punchs nature et fruités. C'est très bon et cela se boit facilement mais prenez garde aux effets secondaires : ils se manifestent lentement. Les locaux se feront alors un plaisir de vous ramener allongé à l'arrière d'une juvita. Méfiez-vous des contrefaçons de vieux grogue, assez difficile à trouver. Dans les coopératives de Vila das Pombas et à Porto Novo vous pourrez acheter confitures et grogue artisanaux.

Autrefois accessible en avion, Santo Antão ne l'est plus depuis 2003, année qui a vu la fermeture de l'aérodrome de Ponta do Sol (en 1999, le crash d'un avion de la TACV a fait 18 morts). Tout comme à Brava, la ligne a été jugée trop peu rentable et les conditions de décollage et d'atterrissage trop peu sûres.

Les lieux incontournables de Santo Antão

Organiser son voyage à Santo Antão

Photos de Santo Antão

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

CAP-VERT

Guide CAP-VERT

CAP-VERT 2018/2019

15.95 €
2017-10-25
336 pages
Ailleurs sur le web
Avis