C'est la plus vaste des îles du Ponant (83 km²) et aussi l'une des plus hautes, s'élevant jusqu'à 71 m au-dessus de la mer à 14 km au large de Quiberon. Tous les paysages y sont réunis : champs fertiles, landes arides, falaises et côte déchiquetées de la façade atlantique avec les fameuses aiguilles de Port-Coton et l'étonnante grotte de l'Apothicairerie, plages de sable fin et doré face au continent. Sous la douceur de son climat, se côtoient figuiers, lauriers, mimosas, palmiers et camélias. Pas étonnant que de grands noms soient venus la caresser de leurs mots, de leurs pinceaux et de leur musique. Prévert, Claude Monet, Courbet, Matisse, Vasarely, Flaubert, Proust, Derain, Colette, Sarah Bernhardt... sont venus puiser de sa beauté pour nourrir inspiration et rêverie.

 

Terre appréciée d'artistes célèbres, elle vit depuis principalement du tourisme. Quatre communes constituent le canton de Belle-Île. Autour de ces quatre bourgs, se regroupent plus de cent villages dont certains ne comptent que quelques maisons. Si vous ne devez passer qu'un seul jour sur ce petit paradis, une excursion en autocar vous permettra d'en apprécier les principaux sites historiques et paysages emblématiques (se renseigner auprès de l'office de tourisme). Sinon, vous pourrez acheter vos produits frais tous les matins sur le marché de Palais (toute l'année) ou le dimanche matin à Locmaria et dans les exploitations agricoles du " circuit des Saveurs ". Demandez à déguster les tomates, les fraises et les melons de Belle-Île, vous serez surpris par leur qualité.

 

Le Palais et la citadelle Vauban

" Capitale " aussi bien d'un point de vue administratif qu'économique, le Palais se trouve être la commune la moins étendue et la plus " peuplée " avec environ 2 580 habitants. Son port est la porte principale pour les liaisons avec le continent. Le Palais offre au visiteur un patrimoine historique militaire unique en France, avec son enceinte urbaine fortifiée dans laquelle on aime flâner. La ville est fourmillante l'été avec les arrivées des bateaux et on se plaît à flâner sur le marché local du matin.

Fortifiée par Vauban, le " Cuirassé de l'Atlantique " surplombe le port de Palais. Ce remarquable ensemble architectural militaire, récemment rénové, conserve encore des traces du château fort des ducs de Gondi et de Retz que les modifications apportées jusqu'au XIXe siècle n'ont pas effacées. L'édification de l'enceinte urbaine ne fut en effet réalisée qu'entre 1802 et 1877. Cet ensemble de remparts, fossés et bastions constitue un témoignage unique et intact de l'architecture militaire du XIXe et un lieu de promenade à la fois agréable et enrichissant. Propriété privée depuis 1960, elle abrite un musée qui raconte la passionnante histoire de Belle-Ile, de ses hommes illustres et des artistes qui l'aimèrent. On y découvre ainsi la vie quotidienne, celle des marins et des pêcheurs. Des expositions temporaires y sont organisées. Abritées dans la Citadelle, les collections variées font revivre les grandes heures de Belle-Île : sa riche histoire, le quotidien des Bellilois d'autrefois et le souvenir des générations d'artistes qui y trouvèrent l'inspiration à la suite de Claude Monet ou de Sarah Bernhardt.

 

Bangor et ses rochers

Fondée par des moines venus d'outre-Manche vers le VIe siècle, Bangor est le bourg intérieur de l'île. Ses maisons blanches et basses se blottissent autour de l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul qui a remplacé une ancienne chapelle romane. Elle possède aussi le territoire le plus sauvage de l'île et le plus exposé aux vents du sud-ouest. Les rochers aux formes spectaculaires sont légion. À commencer par les incontournables Aiguilles de Port-Coton, sans doute le site le plus célèbre de l'île. De nombreux peintres ont été fascinés par la beauté de ces roches dentelées. On compte d'ailleurs parmi eux Claude Monet, qui a réalisé plus de 30 toiles et dessins autour des Aiguilles de Port-Coton. Le nom de Port-Coton vient de l'écume qui, fouettée par gros temps, forme de gros flocons mousseux comparables à du coton.

Pour la baignade, les jolies plages de Herlin, Kérel ou Donnant trouvent refuge sur la côte rocheuse. Nichée en contrebas des falaises, Donnant est superbe et imposante. Cette plage de sable fin doré, qui régale le regard d'un paysage exceptionnel, est en période estivale un paradis rapidement pris d'assaut. On ne vient pas ici pour le calme mais pour le spectacle de ses vagues, qui en font un lieu privilégié pour les amateurs de surf et de body-board.

Enfin, on ne pourra pas manquer le phare de Goulphar, dont les plans ont été réalisés par Augustin Fresnel. Sa tour mesure 53 mètres. Après avoir gravi ses 213 marches de granit suivies d'un escalier de fer, on accède à la lanterne. Par temps clair, la vue panoramique sur l'île et le continent, de Lorient au Croisic, est tout simplement magnifique. Il est l'un des phares les plus puissants de France.

 

Locmaria, falaises et sports nautiques 

Point culminant de l'île, cette commune fondée en 1070 compte aujourd'hui 872 habitants répartis en 33 villages. Locmaria se distingue des autres communes par son agriculture plus développée, son habitat dense, ses hameaux importants et son absence quasi totale d'activités maritimes. Sa côte douce et sauvage offre les falaises les plus hautes de l'île ainsi que les belles et grandes plages de Port-Andro, Samzun et des Grands Sables. Avec ses 2 km de sable fin, c'est la plus longue plage de Belle-Île. Comme toutes les plages de la côte intérieure, elle est bien abritée des vents dominants. Son exposition lui confère un ensoleillement tout au long de la journée et l'on y découvre de nombreux coquillages. Surveillée en juillet et août, elle convient parfaitement aux sports nautiques. Il faudra aussi aller jeter un coup d'oeil à l'église Notre-Dame-de-Locmaria. C'est le plus ancien édifice religieux de Belle-Île. Elle offre un choeur du XVIIe siècle et un clocher en poivrière du XVIIIe. Une légende raconte que des pirates hollandais ayant cassé leur mât avait coupé un arbre devant l'église. Notre-Dame déforma le tronc qui fut rendu inutilisable. Aussi de nombreux pèlerins venaient remercier autrefois Notre-Dame-de-Bois-Tors.

 

Sauzon, petit port pastel

Cet adorable petit port qui offre un paysage tout en pastel, deuxième commune de l'île, a longtemps eu la pêche comme activité principale. Sauzon accueillit les premières conserveries de poissons dès 1843, mais aujourd'hui, bien qu'il subsiste toujours quelques pêcheurs principalement aux casiers (homards, langoustes, araignées...), son activité portuaire s'est tournée vers la plaisance. Cette commune présente des paysages étonnants ainsi que des centres d'intérêts immanquables comme la Pointe des Poulains. Avec les Aiguilles de Port-Coton, il est le site le plus visité de Belle-Île, un incontournable dont la superbe n'est pas usurpée. Chaque année, pas moins de 150 000 visiteurs viennent admirer des paysages d'une beauté à vous couper le souffle. Dominée par un phare automatisé et autonome grâce à la présence de panneaux solaires, la Pointe des Poulains offre un panorama unique et exceptionnel. Par beau temps, l'on peut apercevoir Groix, Lorient, et toute la baie de Quiberon. On vient aussi à Sauzon pour le sentier côtier, la propriété de Sarah Bernhardt, les menhirs Jean et Jeanne ou la réserve ornithologique de Koh Kastell. Située sur la côte sauvage de Belle-Île, cette réserve, créée en 1962, abrite l'une des plus belles colonies d'oiseaux marins de la région. Son entrée est protégée par des buttes qui assurent la fonction de remparts. On peut y admirer plusieurs colonies de mouettes tridactyles, de goélands bruns, de goélands argentés, de cormorans huppés et d'huîtriers-pies.

Dans le coin, on peut aussi admirer la grotte de l'apothicaire. Parmi les nombreuses grottes qui ponctuent la côte de Belle-Île, celle-ci est sans doute la plus célèbre... et la plus belle. Elle doit son nom aux cormorans qui autrefois s'y abritaient, posés sur les encorbellements intérieurs de la roche comme des bocaux sur les étagères d'une pharmacie. Par les dangers qu'il présente, l'accès à la grotte de l'Apothicairerie est interdit mais le panorama qui est offert par son site sur la côte sauvage et la lande est unique.

 

Infos futées

 

Quand ? Dès l'arrivée des beaux jours.

 

S'y rendre. Direction Quiberon, puis, au départ de la gare maritime, deux navires et en plus une vedette l'été, assurent toute l'année la liaison Belle-Île - Quiberon en 45 minutes.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Réservez vos billets de trains, bus, covoiturage - Réservez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

COMPAGNIE OCÉANE - Plus d'informations sur le site

 

Utile. Pour préparer au mieux son escapade.

OFFICE DE TOURISME DE BELLE-ÎLE-EN-MER - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Obtenir un devis d'une agence locale pour un voyage sur mesure - Demander

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez