Résultats Galerie d'art, lieu d'exposition, fondation, centre culturel à BINGERVILLE

MUSÉE CHARLES COMBES

L'avis du Petit Futé sur MUSÉE CHARLES COMBES

Plaque millesim 2020

Du nom de Charles-Alphonse Combes, dit « Maître », peintre, sculpteur et écrivain français né en 1891 à Paris et décédé en 1968 en Côte d'Ivoire. Grand amoureux du pays, où il était arrivé en 1925, il adopta la nationalité ivoirienne dès l'indépendance. Les œuvres qu'il a léguées à la postérité décorent aujourd'hui encore de nombreux bâtiments publics de la capitale économique (Assemblée nationale, Chambre de commerce, Bloc ministériel, etc.). En 1937, il ouvre un atelier privé d'arts appliqués, puis enseigne ensuite au sein de l'École nationale d'arts appliqués de Bingerville, créée en 1958. La structure est devenue le CTAA en 1994 – Centre technique des Arts Appliqués –, où l'on enseigne aujourd'hui une dizaine de spécialités parmi lesquelles la sculpture, le batik, la céramique, le vitrail, la mosaïque, le staff, le textile et la communication.
L'ancien atelier de l'artiste abrite désormais en son sein le musée Charles Combes, inauguré en hommage à l'artiste en 1975. Construite en 1905, l'adorable petite bâtisse aux murs roses et volets verts où résida le maître (la « maison rose » a aussi servi de dortoir aux premiers pensionnaires de l'école au nombre desquels Dogo Yao Célestin, ancien directeur des Beaux-Arts, ou encore le peintre Samir Stenka) renferme entre ses murs 91 œuvres – principalement des bustes sculptés réalisés par les élèves du Centre de formation d'après les dessins de Combes – nous familiarisant avec les différents peuples, canons de beauté et traditions de Côte d'Ivoire et, plus insolite, l'antique moto qu'utilisait Combes pour se déplacer. L'ensemble de ces œuvres, fortement imprégnées du style du Maître, a été réalisé entre 1937 et 1968 et sculpté dans du bois (une espèce connue sous le nom de tali, plus communément appelée « bois de fer » et réputée pour sa densité et sa résistance), de la pierre reconstituée (ciment) et du plâtre.
Parmi les pièces maîtresses de cette exposition permanente tombant dans un triste oubli : « Le Guerrier mourant » et « Le Cri du Nègre ». La première, co-réalisée par trois élèves du Maître et dédiée aux victimes des deux conflits mondiaux, fut offerte par Combes au Président Houphouët-Boigny en 1962 et attire encore de temps à autre quelques membres de la famille au musée. La seconde quant à elle, est la seule œuvre réalisée en mains propres par Combes. Sculptée dans le ciment, elle se veut évocatrice des souffrances et des humiliations subies au fil des siècles par le peuple noir. Un musée peu connu malheureusement peu entretenu qui mérite un détour d'une demi-journée.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Trouvez un hôtel
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
  • Voyage sur mesure
Sur place
  • Assurance Voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Activités & visites
Partager sur

Contactez-nous

Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez 2 week-end de prestige aux portes de la Normandie !

2 séjours pour 2 personnes avec l'Office de Tourisme Terres de Seine ! (2 gagnants)

Une escapade zen et reposante...

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Êtes vous sur de vouloir dépublier votre avis ?

    Oui, je suis sur

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !