Ce superbe parc national (81 540 ha), le plus visité du pays, s'étend à l'ouest de Ranohira, dans la région de l'Ihorombe. On pourrait facilement y passer deux ou trois jours pour s'immerger dans cette nature exceptionnelle. Cependant les tarifs ont augmenté à mesure de la notoriété du lieu si bien qu'on se contente généralement d'y passer une journée bien complète, le strict minimum. Ainsi, on pourra admirer à loisir le soleil levant et les formidables embrasements du crépuscule sur un paysage presque lunaire... L'Isalo offre en effet des enchaînements de canyons, des pics de grès qui vont du rouge au rose, des grottes, des masses de granit sculptées par les vents et les eaux. Ailleurs, ce sont des plateaux creusés de cratères, des déserts de pierre et de silence, des escarpements abrupts... Dans ce paysage où tout semble mystère, le vent qui souffle entre les massifs calcaires est chargé de sens ; peut-être est-ce le murmure d'un ancêtre... En effet les roches de l'Isalo abritent des sépultures, tant Bara que Sakalava (qui y résidaient avant d'en être chassés, les guides sauront peut-être vous expliquer) faisant d'elle une terre sacrée. De nombreux lieux y sont fady et il faut les respecter : ne désignez par exemple rien en montrant du doigt. Sept espèces de lémuriens sont recensées dans le parc, dont 4 nocturnes et 3 diurnes. Lors de votre promenade, sans doute apercevrez-vous ainsi les catas, les sifakas, et les lémuriens bruns... peu farouches. Vous trouverez également dans le calme exceptionnel de ce lieu 86 espèces d'oiseaux (dont le drongo malgache, le merle de roche de Benson - Pseudocosyphus bensoni, une espèce endémique protégée, ou le corbeau pie), ainsi que des reptiles en tout genre (inoffensifs), de l'impressionnant lézard aux serpents (boa notamment) en passant par les grenouilles, dont le Boophis albilabris occidentalis, endémique (on peut l'observer près de la cascade des Nymphes).

La flore compte environ 1200 espèces et comprend aloès, épineux, palmiers rares comme le satrana qui résiste au feu (Bismarkia nobilis) ainsi qu'une plante grimpante spectaculaire appelée " le pied d'éléphant " (Pachypodium rosulatum).

A noter que 80 % de la forêt originelle ont été décimés par le feu en 2011 ; quelques rares espèces ont survécu en s'adaptant (espèces xérophiles), comme le Tapia ou le Heza (dont le bois vert est couramment utilisé comme bois de chauffe : il est parfaitement combustible, comme du bois mort). Le sabotse, une plante endémique, aurait donné son nom au massif.

Les lieux incontournables du PARC NATIONAL DE L'ISALO

Organiser son voyage au PARC NATIONAL DE L'ISALO

Photos du PARC NATIONAL DE L'ISALO

MADAGASCAR

Guide MADAGASCAR

MADAGASCAR 2018/2019

13.95 €
2018-01-24
648 pages
Avis