Avec une surface de quelque 500 000 ha, les dimensions du Grand Canyon sont gigantesques. Il s'étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead, sa profondeur moyenne est de 1 300 m (avec un maximum de plus de 2 000 m) et sa largeur varie de 5,5 à 30 km.

Le Grand Canyon a été sculpté par la puissance du Colorado, roulant avec violence une eau verdâtre et bourbeuse comme si son seul désir était d'arracher les 700 m de roche qui le séparent encore du niveau de la mer. Cette force de la nature prend sa source dans les montagnes Rocheuses et se jette dans le golfe de Californie après avoir parcouru plus de 2 300 km. Son débit moyen est de 650 m3/s. Cependant en période de crue, il peut augmenter de manière significative. Avant la construction des barrages, il pouvait atteindre 2 300 m3/s ! Une centaine de rapides se trouvent au fond du canyon. Plusieurs affluents se jettent dans le Colorado, dont Kanab Creek, Havasu Creek, Little Colorado et Paria River.

Cette grandiose et superbe faille est bordée par deux plateaux à peu près parallèles. Si North Rim et South Rim ne sont éloignées que de quelques kilomètres à vol d'oiseau, la distance est de 346 km par la route. Les deux se distinguent aussi nettement par leur climat, leur végétation et leur faune. La rive nord, plus haute de 300 m, est aussi plus sauvage. Les quelque 5 millions de visiteurs par an du parc sont en effet plus attirés par South Rim, davantage aménagée pour le tourisme.

Géologie

Les quelque 40 couches de roches différentes identifiées dans le Grand Canyon permettent de remonter le temps jusqu'à environ 1,7 milliard d'années, presque la moitié de l'histoire de la terre. Même si le débat sur l'âge réel du Grand Canyon fait encore rage, certains points semblent concordants pour tous.

Sous l'action des fortes pressions et des températures élevées du magma, les roches sédimentaires qui s'étaient lentement formées jusqu'à la fin du précambrien se sont métamorphisées. A la fin du protérozoïque, 4 000 m de sédiments et de lave s'accumulèrent dans une mer peu profonde. Soulevées, vers 725 millions d'années, ces roches devinrent une chaîne de montagnes, avant de subir un lent processus d'érosion et être de nouveau envahies par la mer à plusieurs reprises. On assista alors à la formation de nouvelles strates de grès, de calcaire et de shale. Entre 80 et 35 millions d'années, l'orogénie laramienne (nom donné au phénomène qui a donné naissance à la plupart des montagnes de l'ouest américain) provoqua la formation des montagnes Rocheuses mais aussi des déformations dans la région de l'actuel Grand Canyon. Il ne restait plus à l'érosion qu'à faire son oeuvre. Il y a 7 millions d'années, l'eau emporta peu à peu les sédiments, fossiles et débris de grès et de calcaire sur son passage. Lentement, le fleuve se fraya un chemin à travers les formations paléozoïques et précambriennes, creusant son lit dans la pierre jusqu'à former le canyon que nous connaissons aujourd'hui.

Histoire

L'altitude et les difficultés d'irrigation firent de cette région un territoire peu hospitalier. Toutefois, comme tout le sud-ouest des Etats-Unis actuels, elle était habitée par les Anasazi, qui y ont laissé de nombreux vestiges dont des pétroglyphes.

Les premiers hommes blancs à atteindre la région furent les conquistadors espagnols. Le capitaine Don Garcia Lopez de Cardenas découvrit le Grand Canyon lors d'une expédition en 1540, mais il rebroussa très vite chemin faute d'avoir trouvé un passage entre les deux rives de cette gorge profonde. Par la suite, des missionnaires se rendirent à leur tour sur place.

Il faut cependant attendre le milieu du XIXe pour que cette extraordinaire région sorte de l'ombre. La conquête de l'ouest mais aussi la croissance démographique incitent les Américains à cartographier le secteur. En 1869, John Wesley Powell est le premier à descendre le fleuve en bateau. Son expédition coûte la vie à trois de ses neuf hommes, ce qui ne l'empêche pas d'y revenir deux ans plus tard. Cette même année, une expédition terrestre se rend sur place prendre les premières photos. Photos, dessins, récits, le tout avec l'appui du sénateur Benjamin Harrison, éveillent l'intérêt des géologues et des fervents de la nature.

Au début du XXe siècle, la région commence à se développer. L'exploitation des gisements de cuivre, zinc et plomb de la falaise étant laborieuse, certains décident aussi de participer d'une autre façon à l'essor de la région. Le Grand Canyon est de plus en plus fréquenté, notamment par les chasseurs. Des pistes sont aménagées jusqu'au fleuve, un ranch touristique est fondé et, quelques années plus tard, le premier hôtel ouvre ses portes sur la rive sud, à Grandview Point. Cette même rive est bientôt rejointe par le chemin de fer. Tracté, selon la météo, par une motrice Diesel ou une machine vapeur, le train continue de nos jours à transporter les visiteurs, même si la plupart viennent en voiture.

Le Grand Canyon attirant des foules toujours plus considérables, le gouvernement décide, en 1919, de classer la région en parc national. Quelques années plus tard, les eaux du Colorado sont domptées par le barrage Hoover, en aval, puis, entre 1950 et 1960, par le barrage de Glen Canyon, en amont. Aujourd'hui, le Grand Canyon est l'un des sites les plus visités des Etats-Unis.

Climat

Les températures sont très différentes entre les deux rives (3 à 4 °C d'écart), mais également entre le haut et le fond du canyon (8 à 13 °C d'écart). En ce qui concerne les précipitations, elles sont en général deux fois plus importantes sur North Rim que sur South Rim. La partie ouest, hors du parc national, est désertique et appartient au désert Mojave. Elle est souvent soumise à des vents violents et à des tempêtes de sable.

Nature

Le parc du Grand Canyon présente une grande diversité d'écosystèmes même si depuis près d'un siècle le déboisement et les incendies ont fait reculer les forêts de la zone nord de façon inquiétante. On recense ainsi sur l'ensemble du parc plus de 350 espèces d'oiseaux, une centaine de mammifères, une cinquantaine de reptiles, une quinzaine de poissons, une dizaine d'amphibiens et des milliers d'espèces d'invertébrés.

South Rim. La végétation s'est adaptée à l'aridité de la rive sud ainsi qu'à son altitude. Ici poussent cactus, genévriers de l'Utah et pins pignons. Il en va de même pour la faune, parmi laquelle on trouve le crotale des prairies (Crotalus viridis), l'un des plus agressifs serpents à sonnettes. Mieux vaut rencontrer les sympathiques écureuils d'Abert ou ceux des rochers, le renard gris, le cerf hémione ou le mouflon canadien.

North Rim. Plus froide, plus humide et plus haute que la rive sud d'environ 300 m, elle accueille des forêts de conifères, principalement des pins ponderosas et des épicéas bleus. Ses mares attirent de nombreux amphibiens. On y découvre aussi le puma, le joli écureuil de Kaibab avec son ventre noir et sa queue blanche, l'épervier autour ou encore la chouette tachetée.

A l'intérieur des gorges et sur les rives de la Colorado River. Sur les parois exposées au sud et recevant donc plus de soleil, croît une végétation typique du désert de Sonora. Les parois exposées au nord sont colonisées par des plantes que l'on retrouve habituellement à des altitudes supérieures. Vous observerez certainement des faucons pèlerins et des faucons de prairies, de couleur sable et de la taille d'une corneille. Les aigles, quant à eux, pêchent sur les rives du Colorado et de ses affluents.

A l'ouest. La flore et la faune sont en grande partie similaires à celles de la South Rim.

Les lieux incontournables du GRAND CANYON NATIONAL PARK

Photos du GRAND CANYON NATIONAL PARK

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

ROCHEUSES AMÉRICAINES

Guide ROCHEUSES AMÉRICAINES

ROCHEUSES AMÉRICAINES 2018/2019

14.95 €
2018-03-28
408 pages
Ailleurs sur le web
Avis