De prime abord, la " Perle de l'Atlantique ", 625 600 habitants, envahie par la foule pendant les beaux jours, peut présenter un aspect rebutant, surtout si l'on se cantonne à déambuler dans le centre-ville hérissée de hauts immeubles et sa rue piétonne San Martín, prise d'assaut par la masse des badauds. Sous Perón, avec l'émergence de la classe moyenne et l'implantation des centrales des grands syndicats du pays dans la ville balnéaire, Mar del Plata est passée de station chic, où la haute bourgeoisie de Buenos Aires se faisait construire des villas luxueuses et arpentait le remblai en tenue d'apparat, à la capitale du tourisme populaire. Du surnom snob de " Biarritz argentine ", on est passé à " la Feliz ", cité joyeuse pour les 3 millions de personnes qui viennent y passer l'été en famille ou entre amis. Les classes sociales les plus fortunées ont alors commencé à émigrer vers Punta del Este, en Uruguay, beaucoup plus classe. Les luxueuses villas ont disparu pour la plupart. Une visite au musée historique municipal Roberto T. Barili (Villa Mitre) donnera un bon aperçu de l'âge d'or passé de la ville.

L'été, Buenos Aires se vide et la vie bat son plein sur la côte. Pour satisfaire la demande de loisirs de ces millions de vacanciers, les spectacles, théâtres, concerts, animations se délocalisent entre décembre et mars. D'aucuns apprécieront cette activité débordante, cette succession de stars en vacances, de paillettes et de fêtes.

Mais si la foule et le brouhaha du centre-ville donnent envie de fuir, des quartiers résidentiels plus éloignés, construits de jolies maisons fleuries, s'avèrent plus tranquilles. Mar del Plata, qui a vu naître Astor Piazzolla, l'un des plus grands compositeurs de tango, est une ville à la vie sociale et culturelle active tout au long de l'année.

Concernant les plages, attrait principal de la ville, force est de constater que l'Argentine n'est pas le Brésil, ni même l'Uruguay... le sable n'est pas si blanc et la mer pas bien chaude. En pleine saison, il sera difficile de se faire une place au soleil, chaque centimètre carré est colonisé par la fourmilière humaine des vacanciers. Pour l'anecdote, la version espagnole du tube Les Playboys, de Jacques Dutronc, se passe à Mar del Plata !

Histoire

Au milieu du XIXe siècle, il n'y a rien d'autre ici qu'un petit port et son saladero, destiné à exporter de la viande en salaison vers le Brésil désireux d'alimenter en protéines l'importante main-d'oeuvre de ses plantations. Mais cette industrie périclite et le propriétaire, Patricio Peralta Ramos, décide de convertir ces terres agricoles en lots de terrains à bâtir. Le 10 février 1874 commence donc à surgir un village, d'abord appelé Puerto de la Laguna de los Padres (du nom de l'estancia jésuite qui s'était installée non loin de là en 1746) qui deviendra par la suite Puerto Balcarce, puis Mar del Plata. En 1877, Pedro Luro arrive dans ce village et assurera la prospérité de ce recoin perdu de la Pampa. Grand propriétaire terrien de la province, entrepreneur et constructeur de petits ports, il est l'une des plus grandes fortunes de Buenos Aires. Au début des années 1880, les deux compères Peralta Ramos et Luro sentent le filon et veulent créer une petite station balnéaire pour l'élite sociale de la capitale, qui sera rapidement dotée d'une banque, du télégraphe et même du train en 1886. Les vacanciers commencent à arriver, les hôtels se développent, un tramway à cheval apparaît. C'est le troisième fils de don Pedro Luro qui concevra l'idée du complexe Bristol, avec déjà un hôtel de luxe, un théâtre et un casino. A la même époque, des remblais en bois se construisent le long de la côte et un golf est créé. Près de la plage Bristol, les architectes en vogue rivalisent de style français ou anglais pour édifier des chalets et villas luxueuses.

En 1907, le village devient officiellement ville et reçoit le doux surnom de " Biarritz argentine ". Commence alors son véritable âge d'or. Un grand nombre d'édifices publics et privés sont élevés, dont le Club Mar del Plata et la majestueuse Rambla Bristol en 1913, dite " Rambla afrancesada " pour ses coupoles qui rappellent la rue de Rivoli à Paris. Des cinémas s'installent, la belle époque dure jusqu'en 1920.

Puis, avec l'avènement de la classe moyenne et de la voiture, la ville doit procéder à de nombreux travaux d'agrandissement. La Rambla afrancesada tombe pour céder la place au complexe Bristol-Casino-Hotel Provincial. Les aménagements de Playa Grande et du parc San Martín déplacent les élégants plus au sud de la ville. Les lignes de bus régulières se multiplient en déversant dans la cité balnéaire un flot de touristes toujours plus nombreux. La loi de propriété horizontale de 1948 va profondément défigurer la ville, les jolies villas cédant la place à de hautes barres d'immeubles de logement. De nombreux visiteurs décident de s'établir définitivement sous ce climat agréable. La ville n'a depuis lors cessé de se peupler et se développer, grâce au tourisme, mais aussi aux industries de pêcherie, d'agroalimentaire et de textile.

À voir / À faire à MAR DEL PLATA

Organiser son voyage à MAR DEL PLATA

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Traversée Maritime
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de MAR DEL PLATA

ARGENTINE

Guide ARGENTINE

ARGENTINE 2021/2022

14.95 €
2021-01-13
552 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia !

Envie de prendre l'air ? Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia .