ARK, FORTERESSE DE L'ÉMIR

Plaque millesim 2018

Cette colline artificielle d’une vingtaine de mètres de hauteur fut la résidence des seigneurs de Boukhara. Vingt mètres de hauteur, dont beaucoup sont dus à l’empilement des ruines de palais et de citadelles détruits et reconstruits au même emplacement, au gré des conquêtes et des pillages de la cité. Les plus anciennes fondations retrouvées sur le site datent de plus de 2 500 ans, mais la partie visible aujourd’hui est du XVIIIe siècle. Selon la légende rapportée par un historien boukhare du XVIe siècle, le fondateur de Boukhara serait le prince Siyavush-ibn Keivakus. Le jeune prince, fuyant son père, traversa le Jeihun (Amou Daria) et se réfugia auprès d’Afrosyab, le roi légendaire, fondateur de Samarkand. Il fut accueilli avec bienveillance et se maria avec la fille d’Afrosyab. Siyavush construisit une citadelle sur ses nouvelles terres, mais entra en conflit avec son beau-père et celui-ci le fit assassiner quelques années plus tard. On enterra son corps au pied de son palais, près de la porte est, et longtemps les habitants de Boukhara vénérèrent sa tombe. Au VIIIe siècle, la cité zoroastrienne fut envahie par les conquérants arabes, la citadelle détruite, et une mosquée y fut élevée en 713, à la place du temple du feu. Reconstruite par les Samanides, puis par les Karakhanides, elle fut chaque fois détruite successivement par les Kara-Kitaï et les Korezmshah puis, au XIIIe siècle, par les Mongols, qui, fidèles à leur réputation, n’y laissèrent que des cendres. Au XVIe siècle, les Chaybanides entreprirent la construction d’une citadelle digne de leurs ambitions en élevant une colline artificielle de 800 m de diamètre et de 20 m de hauteur, mais elle ne résista pas aux attaques de Nadir Shah. Le palais que l’on peut aujourd’hui visiter date des khanats ouzbeks du XVIIIe et du début du XXe siècle. A cette époque, l’Ark était une ville dans la ville habitée par plus de 3 000 personnes. L’ensemble comprenait des jardins, des bâtiments administratifs, des étables, des dépôts, le Trésor, l’armurerie, des écuries, des prisons, une mosquée, des mausolées, des échoppes de joailliers et la résidence de l’émir, de ses femmes, des membres de sa famille et des esclaves attachés à leur service. Il ne reste malheureusement aujourd’hui que 20 % de ces constructions. En effet, en septembre 1920, l’armée bolchevique, commandée par le général Mikhail Frounze, tira au canon sur la citadelle. Un incendie se déclara, alors que l’émir Alim Khan s’enfuyait. On suppose qu’il pourrait l’avoir lui-même déclenché avant de prendre la fuite. La visite commence par la porte ouest construite en 1740 par Nadir Shah. La porte monumentale est flanquée de deux tourelles. Quand Armin Vambery séjourna à Boukhara en 1863, il qualifia l’Ark de « repaire de la tyrannie » et frémit à la pensée des Occidentaux qui y étaient alors enfermés. La porte était entourée de quatorze canons de bronze ouvragé, trophée de la campagne victorieuse de l’émir contre le khanat de Kokand. Elle était aussi ornée d’une horloge – disparue – à l’histoire peu banale. Giovanni Orlandi, l’horloger italien qui l’avait fabriquée, avait été kidnappé par des marchands d’esclaves à Orenbourg, au milieu du XIXe siècle. L’Italien sauva sa tête en promettant à l’émir de lui construire une machine à mesurer le temps. L’émir était capricieux et ne se lassait pas des merveilles de la technologie européenne, mais l’horloger était croyant, obstiné, aimait le vin et refusait de se convertir à l’islam, ce qui lui fut fatal. Il fut le dernier Européen à avoir la tête coupée. La terrasse couverte au-dessus de l’arche de la porte était destinée à l’émir et à la famille princière, qui s’y trouvaient aux premières loges pour assister aux fêtes et aux exécutions publiques ayant lieu sur la place du Registan. Sous le portail, seul vestige du XIXe siècle, un couloir voûté est percé de douze sombres niches, étroites prisons insalubres où étaient enfermés les ennemis personnels de l’émir. Une des niches accueillait une lanterne qui brûlait en permanence, pour célébrer la mémoire de Siyavush. C’est par ce couloir que les visiteurs entrent dans l’Ark où les vendeurs de souvenirs ont remplacé les prisonniers. La plupart des bâtiments comme les appartements du koushbegi ou le kori khana ont été transformés en musée : musées d’Histoire, d’Archéologie et de Numismatique.

Le korunishkhana ou salle du trône. La vaste cour entourée d’iwan date du XVIIe siècle. Presque entièrement détruite lors de l’incendie de 1920, elle a été restaurée. Dans l’iwan du fond de la cour se trouve le trône de l’émir en marbre gravé, réalisé par des artisans de Nourata en 1669. Lors du couronnement et des manifestations officielles, le sol était recouvert de tapis. Dans l’agorakhana, ou pavillon musical, un orchestre ponctuait les différents événements de la journée, et les traditionnels makom accompagnaient les sorties de l’émir et toutes les manifestations officielles qui se déroulaient sur la grande place. La partie ouest de la forteresse offre un splendide point de vue sur les monuments de Boukhara, en particulier Poy Kalon. Vous pouvez également monter à la tour d’acier face à la forteresse, de l’autre côté du boulevard (40 000 soums). Vous y aurez une vue dominante sur le centre historique de Boukhara. Au coucher du soleil, les lumières rasantes illuminent les murailles de la forteresse.

Je gagne 100 foxies
Partagez ce bon plan

Adresse et contacts :
ARK, FORTERESSE DE L'ÉMIR

  Boukhara
Ouzbékistan
Voir sur la carte

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement AirBnB
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Avis des membres sur ARK, FORTERESSE DE L'ÉMIR

Note générale : 4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
3 avis
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2017
intéressant à visiter même si le lieu fait plutôt référence à la violence dans toute son histoire
pas de droit d'entrée véritable, juste un droit photo
une anecdote : la prison est située sous la cour des écuries et les prisonniers (qui se trouvaient dans de petites cellules à barreaux donnant dans le couloir d'accès à la forteresse donc à la vue de tous) recevaient directement dans les cellules le produit du nettoyage de cette cour des écuries
Avis déposé le 03/06/2018 
HAS
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2017
Accessible depuis la place du Registan par une rampe aménagé dans les murailles épaisse, ce fort possède en son sein des bâtiments et aménagements intéressants à visiter. Les petits musées aménagés dans les édifices historiques permettent de mieux comprendre l histoire et les coutumes de ce pays
Avis déposé le 23/02/2018 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2017
de très belle fortifications, imposantes, l'intérieur de la citadelle est intéressant
Avis déposé le 30/10/2017 
Je gagne 100 foxies

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !
    Jeu concours

    Les jeux concours du moment

    Remportez un week-end pour 4 personnes dans la Marne !

    Un séjour exceptionnel pour 4 personnes dans la Marne, en Champagne avec l'Agence de Développement Touristique de la Marne .