Le lac Inle est, avec Bagan, un passage obligé lors d'un premier voyage en Birmanie. Si, par sa beauté, Bagan est souvent comparé au site d'Angkor, la région d'Inle est, quant à elle, remarquable pour son originalité. Inle n'est pas seulement un grand lac en altitude. Enserré dans une chaîne de montagnes, c'est aussi l'endroit qu'un roi jugea idéal pour y déplacer et y emprisonner tout un village qu'il avait défait. Les Intha, les " fils du lac ", sont les descendants de ce village. Ils ont su faire de leur geôle naturelle un art de vivre dont la particularité est reconnue dans toute la Birmanie. Les rameurs du pied et les jardins flottants intha attirent les touristes du monde entier.

Les origines

In signifie " lac " et le, " quatre " La légende locale raconte qu'à l'origine étaient quatre villages : Nyaung Tan, Nampan, Ywagee et Ywama, qui donnèrent le nom " In-le-ywa " au lac. Plus tard, on abandonna le " Ywa ".

Situation géographique

Le lac est situé au milieu de la grande dépression de la vallée Nyaung Shwe, entre deux rangées de montagnes traversant le sud de l'Etat shan, du nord au sud. Selon la légende, la vallée de Nyaung Shwe était, à l'origine, totalement immergée. Situé à 878 m au-dessus du niveau de la mer, long de 20 km, et d'une superficie de 158 km2, c'est le second plus grand lac de Birmanie, après le lac Indawgyi, dans le district de Myitkyina. Peu profond, il a 1,50 m à 2 m de profondeur en période sèche et jusqu'à 6 m pendant la période des pluies.

Population

La région du lac est habitée par environ 800 000 Intha, les " fils du lac ". On dit Intha pour les hommes et In-thu pour les femmes. Peuplade perdue au coeur des montagnes shan, les Intha compteraient parmi eux des descendants directs des Tibéto-Birmans. Ils font partie du groupe ethnique des Shan, mais passent pour être plus industrieux et plus aisés que ces derniers. Ainsi, au moment de la chute des cours du riz, ils avaient diversifié leurs productions avec des cultures maraîchères. D'où l'essor des jardins flottants, l'une des attractions touristiques du lac.

Costume

On distingue facilement les Intha par leur costume traditionnel encore porté par tous. Les hommes portent le pantalon traditionnel shan, simple pièce qui ressemble au bas du kimono du judoka, et la veste shan, chemise à col Mao. Ils se coiffent d'un turban noué au-dessus des oreilles. Les femmes portent le longyi birman et une chemise.

Histoire du peuplement intha

Les premières traces de ce peuple remontent au XIIe siècle. Les Intha seraient les descendants des habitants de Tavoy, ce carrefour des routes commerciales de la péninsule indochinoise, convoité à cette époque par le roi Alaungsithu. Ce dernier fit prisonniers les habitants de Tavoy et les punit de leur résistance en les asservissant dans quatre villages autour du lac Inle, au coeur d'une barrière naturelle montagneuse, un lieu de réclusion idéal. Les nombreux zedi et monastères que comptent les rives du lac leur sont dus. En effet, parmi leurs obligations, les Intha devaient entretenir ces monuments sacrés. Prisonniers des montagnes, après avoir cultivé les berges du lac, les Intha entreprirent de bâtir des habitations sur l'eau. Ils habitent encore aujourd'hui, dans leurs villages lacustres, de grandes maisons à deux étages sur pilotis. Les Intha sont aussi connus pour leur habileté dans l'art de la pêche, dont ils ont développé une technique originale qui les rend célèbres dans toute la Birmanie. Tout l'art réside dans le maniement de leur grand filet, tendu sur une armature de bambou, (proche de ceux utilisés à Queretaro, un autre lac en altitude, au Mexique cette fois) et adapté aux eaux peu profondes du lac. Debout à l'extrémité de sa barque, le pêcheur intha plaque d'abord, d'une main, le filet sur les algues où se cache le poisson, puis, de l'autre main, tel un torero en équilibre sur les pointes, il pique au hasard pour faire remonter le poisson, le cueillant à la surface dans la nacelle qu'il tient de l'autre main. Les produits de la pêche servent à la fabrication de la pâte ngapi, vendue dans tout l'Etat shan.

Autre produit de la pêche, inattendu celui-ci, le tourisme... Eh oui, les Intha sont d'abord connus pour leur façon de pagayer, unique, avec la jambe, laissant les deux mains libres pour manier la nacelle et la pique. En équilibre, debout, le corps légèrement incliné sur la gauche, chaque coup de rame est donné à l'aide de la main droite qui pousse la poignée alors que la jambe droite tire la rame. En novembre et décembre, on peut admirer leur technique sur le lac Kandawgyi, à Yangon, où a lieu le " Regata festival ". La région du lac est aussi riche pour son artisanat, du textile principalement. En particulier, les chemises shan, et les sacs shan portés sur l'épaule dans toute la Birmanie. Les cotons colorés et les soieries sont tissés par les " filles du lac ". Les plus belles pièces comptent jusqu'à une dizaine de fils de coton de différentes couleurs. Celles de facture plus simple sont tissées d'un seul fil, bariolé, qui dessinera ainsi artificiellement les motifs. Le village tisserand de Thalé, relié à l'île d'Ywama par un pont, est un des plus réputés. Vous y trouverez cotonnades colorées, sacs et chemises traditionnelles... Les forgerons dessineront devant vous, en une dizaine de minutes, la lame affilée d'un poignard, dans les flammes d'un four activé par un soufflet manuel. Enfin, les jardins flottants, ou kyunpaw, font du lac Inle le Xochimilco de la Birmanie !

Les jardins flottants

Ces jardins ne flottent que pendant la période des pluies, quand les eaux du lac sont gonflées par la fonte des neiges des glaciers. Certains jardins sont naturels alors que d'autres ont été aidés de la main intha. A l'origine, c'est l'accumulation, pendant des milliers d'années, d'herbes et de coraux, qui forma des masses dérivantes d'humus, qui se sont amalgamées sur environ un mètre d'épaisseur pour former des terrains flottants. Les Intha les ont découpés en larges bandes à l'aide de scies spéciales, les ont déplacés et les ont fixés ensuite à l'endroit voulu, à l'aide de piquets de bambou de 6 m de haut. Recouvert ensuite d'argile et de boue, le terrain était fin prêt à être cultivé. Certains jardins sont entièrement créés par les Intha, que l'on voit encore déplacer dans des barques des amas d'herbes et de branchages. Peuple industrieux et doté du sens du commerce, les Intha ont un niveau de vie supérieur au reste des Shan. Alors que les tracteurs sont rares dans les campagnes birmanes, on ne compte plus les longues pirogues à moteur, importées en contrebande de Thaïlande, qui soulèvent de grandes gerbes d'eau sur le lac.

Les lieux incontournables du LAC INLE

Organiser son voyage au LAC INLE

Photos du LAC INLE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

MYANMAR - BIRMANIE

Guide MYANMAR - BIRMANIE

MYANMAR - BIRMANIE 2018/2019

14.95 €
2018-07-13
408 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis