L'archipel des Vestmannaeyjar - qui compte 15 îles et une trentaine d'îlots - est situé à seulement 11 km de la côte sud. La plus grande de ces îles, Heimaey, est la seule à être habitée. S'y rendre permet d'apprécier, sur un espace réduit, un vrai petit concentré d'Islande : volcans, mer, falaises, oiseaux. Ce n'est pas une île déserte : une grande partie de son espace est occupée avec 4 142 habitants (une ville importante à l'échelle islandaise), et un port de pêche de première importance. Cela permet de sponsoriser une équipe de football qui se fait remarquer sur la scène nationale et participe parfois aux coupes européennes.

Histoire

L'histoire des îles Vestmann est tourmentée et dramatique. Le nom, littéralement les " îles des hommes de l'Ouest ", tire son origine du début de la colonisation au IXe siècle. L'île principale fut habitée au départ par des esclaves irlandais appartenant à Hjörleifur. Après avoir assassiné leur maître, les esclaves s'enfuirent dans ces îles accidentées au sud de Vík, pensant trouver un refuge sûr. Peu de temps après, Arnarson les retrouve et les tue tous afin de ramener les femmes et les enfants que les esclaves avaient pris en otage.

Les Irlandais étaient à l'époque appelés " hommes de l'Ouest " par les Vikings, d'où le nom Vestmannaeyjar, " îles des hommes de l'Ouest ". Un autre événement sinistre eut lieu le 16 juillet 1627, une attaque appelée le " raid des Turcs ". Des pirates, en provenance d'Alger et Salé (Maroc), débarquèrent à l'actuelle pointe des Pirates, puis assaillirent la population de cette petite île. Heimaey fut mise à sac. Les pirates capturèrent 242 habitants et tuèrent les autres. Par la suite, un fort, le Skansinn, fut érigé pour protéger le village d'autres raids du même genre. Afin de payer le rachat des captifs en Algérie, une collecte d'argent fut entreprise au Danemark, l'Islande faisant partie du royaume. En 1637, quelques rescapés purent retourner en Islande, après dix années d'esclavage. Le personnage le plus célèbre de ces captifs était une femme, Guðriður Símonardóttir, connue sous le nom de " Gudda des Turcs ", qui, après son retour en Islande, se marie avec Hallgrimur Petursson, ecclésiastique et grand poète. En janvier 1973, une importante éruption se produisit sur la petite île et y détruisit un tiers des maisons, englouties sous une coulée de lave. Une fissure s'ouvrit sur le vieux volcan Helgafell (mont saint) et un second volcan baptisé Kirkjufell, le " mont de l'église " ou encore Eldfell (mont de feu), naquit à côté du premier. Cette catastrophe naturelle fut l'occasion d'une formidable démonstration de solidarité nationale pour évacuer les habitants et leurs biens. Par chance, presque tous les bateaux d'Heimaey purent servir à l'évacuation. Afin d'éviter que la coulée de lave ne bloquât l'accès à l'île en bouchant l'entrée de son port naturel, on stoppa son avancée en l'arrosant de milliers de tonnes d'eau de mer... avec succès, puisqu'aujourd'hui le port est mieux protégé que jamais, avec ses digues " naturelles ". Un an après l'éruption, qui prit fin en juin 1973, presque tous les habitants étaient de retour sur leur île... désormais plus grande. Surtsey est l'île la plus méridionale de l'archipel et la deuxième par sa superficie. Elle est née en 1963 d'une éruption sous-marine lors de laquelle le contact de l'eau et du feu avait donné lieu à une colonne de fumée de 8 000 m de haut. L'île est une réserve naturelle et son accès est strictement limité aux scientifiques. Ils y étudient le développement de la flore et de la faune sur une des terres les plus jeunes de la planète.

À voir / À faire à VESTMANNAEYJAR

Organiser son voyage à VESTMANNAEYJAR

Photos de VESTMANNAEYJAR

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-01-30
360 pages
Avis