MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

+30 2810 279000
Afficher le numéro
Plaque millesim 2018

Fondé à la fin du XIXe siècle, le musée actuel a été construit entre 1933 et 1952 sur les plans de l'architecte P. Karantinos à l'emplacement des ruines du monastère vénitien de Saint Francesco, qui fut détruit par un tremblement de terre en 1856 (on aperçoit des restes dans le jardin du musée). Bien plus tard, des travaux d'extension furent entrepris de 2001 à 2014. Avant de vous rendre à Cnossos, nous vous conseillons fortement de le visiter. Les collections exposées sont les résultats de fouilles anciennes, mais également de plus récentes avec des pièces inédites provenant des sites de Cnossos évidemment mais également Poros, Gouves, Galatas, Malia, Mochlos, Archanes... L'exposition permanente comprend les étapes suivantes.

Au rez-de-chaussée. Face à l'entrée, la première salle évoque la période néolithique crétoise avant de se concentrer sur les importantes collections minoennes. C'est ici que sont exposées les pièces les plus marquantes et emblématiques de l'art minoen : disque de Phaistos, déesses aux serpents de Cnossos, pendentif en or des abeilles de Malia, rhyton en forme de tête de taureau de Cnossos, sarcophage d'Agia Triada... À droite dans les halls, face à la boutique du musée, des sculptures présentent des oeuvres couvrant les périodes archaïque, classique, hellénistique et romaine (soit du VIIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère).

Vitrine 51. Datant très probablement du XVIIe siècle av. J.-C., le disque de Phaistos figure parmi les plus grandes énigmes de l'histoire universelle. Découvert en 1908 par l'archéologue Luigi Pernier, lors des excavations du palais minoen de Phaistos, on ignore encore aujourd'hui le but de sa création vu qu'il reste indéchiffrable. Il s'agit d'une source écrite unique du hiéroglyphe minoen. On distingue sur ses deux faces 45 symboles qui, suivant un ordre spiroïdal et en allant de l'extérieur vers le centre, se répètent en formant des mots séparés entre eux avec des lignes verticales gravées sur le support en terre cuite, à l'aide d'un poinçon. Selon les archéologues, les symboles ont été gravés sur le disque à l'aide de sceaux.

Vitrine 54. Sont exposées plusieurs tablettes du linéaire A et B qui donnent des renseignements sur les habitudes alimentaires des Minoens : figues, escargots, poissons, légumes et fruits, peut-être miel, boeuf, moutons et chèvres, constituaient entre autres leur régime alimentaire.

Vitrine 63 : Le Sauteur du taureau ou L'Acrobate de Crète. Merveilleuse sculpture en ivoire, d'une esthétique exceptionnelle puisque l'artiste a réussi à représenter le sauteur de taureau en rotation complète et libre en trois dimensions. La figurine a été trouvée à Cnossos.

Vitrine 70. On y admire la sculpture en pierre représentant la tête d'un taureau trouvée lors des excavations au Petit Palais de Cnossos (1600-1400 av. J.-C.). Chef-d'oeuvre témoignant de la finesse de l'art minoen. Les traits de l'animal sont d'une justesse rare. Il s'agit d'un objet utilisé lors de l'accomplissement d'une libation, comme en témoigne l'ouverture se situant derrière la nuque du taureau et qui aboutit au museau.

Vitrine 83 : Les déesses aux serpents (1600 av. J.-C.). Figurines en faïence découvertes à Cnossos et appartenant aux objets de culte les plus importants du site. Les serpents symbolisent les forces chtoniennes alors que le félin sur la tête de la deuxième déesse (à droite) symbolise la domination sur la vie sauvage. Les seins dévoilés symbolisent la fertilité.

Au premier étage. On trouve ici des fresques minoennes aux riches décors donnant un aperçu des scènes de vie, des rituels et de la nature en ces temps, des objets liés à des rituels religieux trouvés sur des lieux de cultes (et notamment dans les grottes), ainsi qu'une série d'objets représentatifs de la Grèce et du monde oriental donnant un aperçu de l'évolution depuis l'époque minoenne jusqu'à l'époque moderne, et des collections des époques grecque et gréco-romaine (soit du XIe siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère).

Salle des fresques

Le Rhytophoros. La fresque, fragment d'un rituel de procession, représente un rhytophoros, autrement dit un personnage tenant un rhyto, objet destiné à porter des libations. Il s'agit d'une oeuvre minoenne particulière dans sa création : le visage est doté de ses proportions naturelles (1600-1450 av. J.-C.).

Fresques 148 et 149. Deux fragments provenant du Palais des lys d'Amnissos (1600-1500 av. J.-C.). Ils représentent très probablement un jardin cloîtré. Témoignage exceptionnel de la technique fresco et in cavo (fresque en relief).

La Parisienne (1450-1350/1300 av. J.-C.). Nommée ainsi par l'archéologue Evans à cause du maquillage et des traits assez prononcés du visage de la femme représentée, cette fresque provenant du palais de Cnossos concernerait une prêtresse, selon les spécialistes.

Le Prince de Cnossos (1600-1450 av. J.-C.). Représentation emblématique d'une fresque en relief et en dimensions naturelles.

Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Adresse et contacts :
MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

2, rue Xanthoudidou
Place Eleftherias

Héraklion
Grèce
Voir sur la carte
  • Afficher le numéro

Avis des membres sur MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

Note générale : 4.6/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
23 avis d'internautes
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Crète

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !