Au VIIe siècle, transportant sa capitale de la vallée de Yarlung, au bord du Kyichu (rivière du bonheur), Songtsen Gampo fit construire son palais sur la colline Rouge, site de l'actuel Potala. Rendu sacré par la présence du Jowo, apporté en dot par la princesse chinoise, le site prend le nom de Lhassa qui signifie " terre des dieux ".

Au IXe siècle, avec la disparition du bouddhisme, Lhassa est évincée. Il faudra attendre le 5e dalaï-lama, en 1642, pour qu'elle retrouve toute sa gloire avec la construction du Potala.

Aujourd'hui, tous les voyages au Tibet passent par Lhassa. Capitale interdite aux étrangers pendant des siècles, cette ville demeure l'archétype de la cité sacrée où convergent les pèlerins, malgré les grandes transformations entreprises ces dernières années afin d'en faire une grande ville plus chinoise que tibétaine.

La ville de Lhassa compte environ 150 000 habitants, dont 70 % de Chinois (en opposition à la préfecture de Lhassa, qui compte aujourd'hui dans les 400 000 habitants, à majorité tibétains).

En traversant des faubourgs enlaidis de baraquements, vous atteindrez une belle perspective sur les maisons tibétaines qui ont survécu à l'aménagement de la vieille ville. Le Potala, que vous apercevrez de loin, est majestueusement perché sur la colline Rouge (Marpori). En vous rapprochant, ignorez la grande esplanade aux lampadaires kitsch, réalisée à l'occasion du 30e anniversaire de la libération, en septembre 1995, et allez chercher dans la vieille ville les ruelles où souffle toujours - et on espère pour encore longtemps - l'esprit tibétain.

Les lieux incontournables de LHASSA 拉萨

Organiser son voyage à LHASSA 拉萨

Photos de LHASSA 拉萨

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

15.95 €
2017-06-07
336 pages
Ailleurs sur le web
Avis