ACROPOLE

Monuments à visiter | ou +30 210 3214 172

L'avis du Petit Futé sur ACROPOLE

Plaque millesim 2018

Histoire. L'Acropole est un site naturellement fortifié sur trois de ses versants, forçant ainsi le visiteur à y accéder par l'ouest. Cette position privilégiée a incité l'homme à s'y installer dès l'époque néolithique : des traces d'habitations ont été retrouvées sur le versant nord-ouest. La cité se développa de façon importante jusqu'à l'époque mycénienne et, au début du XIIIe siècle av. J.-C., on aménagea le haut de la colline pour y construire le palais du roi. C'est également à cette époque que l'Acropole se dota de ses premiers remparts qui entouraient totalement le rocher et étaient renforcés par un bastion dont il reste des vestiges sous le petit temple d'Athéna Nikè. De même, on construisit une citerne souterraine secrète qui permettait à la cité d'être alimentée en eau en cas de siège. Les vestiges mycéniens qui ont été retrouvés sur l'Acropole sont rares du fait de la grande quantité de bâtiments qui y ont été construits par la suite, mais ces quelques vestiges laissent penser qu'Athènes n'avait rien à envier aux autres grands centres mycéniens comme Tirynthe ou Mycènes.

La civilisation mycénienne déclina, mais l'Acropole continua d'être habitée jusqu'à l'abolition de la monarchie et la mise en place du régime aristocratique. A ce moment-là, le centre névralgique de la cité se déplaça vers l'Agora située juste en contrebas de l'Acropole. C'est d'ailleurs à ce même moment que le terme " acropole " (qui signifie " extrémité de la ville "), par opposition à la ville basse, s'imposa, et l'Acropole devint un lieu de culte. Le premier temple de l'Acropole fut construit en l'honneur d'Athéna au VIIIe siècle av. J.-C., selon les témoignages d'Homère, mais ce n'est que sous Pisistrate qu'apparut le culte d'Athéna, protectrice de la ville. En 556 av. J.-C., Pisistrate organise les Panathénées et aménage l'accès occidental à l'Acropole, il construit également un temple à la déesse sur l'ancien temple du VIIIe siècle (près de l'Erechthéion). En 556 av. J.-C., Pisistrate organise les Panathénées et aménage l'accès occidental à l'Acropole. C'est après leur victoire sur les Perses à Marathon que les Athéniens se prennent d'une fièvre constructrice sur l'Acropole : ils érigent l'immense propylée qui orne l'entrée du site ainsi que le vieux Parthénon, aujourd'hui disparu et jadis situé à l'emplacement du Parthénon actuel. Ces travaux ne furent malheureusement jamais achevés puisque les Perses saccagèrent la ville en 480 av. J.-C. Dans leur grand malheur, les Athéniens décidèrent de laisser les monuments dans leur état de ruine pour se souvenir à jamais de l'affront.
C'est sous Périclès que l'Acropole s'orne des monuments qui en font le joyau d'aujourd'hui : l'actuel Parthénon, les Propylées, le temple d'Athéna Nikè et l'Odéon du versant sud sont construits sous la supervision du grand sculpteur Phidias. Cette oeuvre est rendue possible par l'exploitation des mines d'argent de Laurion ainsi par le transfert du trésor de la ligue de Délos à Athènes. Unies contre les Perses, les cités grecques se placent sous la protection d'Athéna. Cette alliance donne à Athènes un rayonnement politique considérable dont va profiter Périclès. Cependant, les guerres du Péloponnèse mettent un terme à cette phase de construction qui ne s'achèvera finalement qu'après la mort de Périclès en 429 av. J.-C. La défaite d'Athènes, en 404, mit un terme définitif à toute construction sur le site de l'Acropole. Par la suite, Alexandre le Grand, après sa victoire de Granique en 334 av. J.-C., consacra au Parthénon quelques boucliers perses et une partie de son butin de guerre. En 304 av. J.-C., Demetrios Poliorcète fit du Parthénon sa demeure et Eumène II, roi de Pergame, fit construire un portique sur le versant sud. En 86 av. J.-C., les Romains emmenés par Sylla pillent Athènes et massacrent ses habitants retranchés dans l'enceinte de l'Acropole. A la fin du Ier siècle av. J.-C., on construit un temple circulaire dédié à Rome et Auguste ; en 52 av. J.-C., les Propylées sont dotés de leur escalier de marbre monumental, et ce n'est qu'en 160-161 apr. J.-C. qu'Hérode Atticus fait construire l'Odéon que l'on aperçoit maintenant sur le versant sud de l'Acropole.
La suite de l'histoire de l'Acropole est marquée par une succession d'occupations malheureuses qui ont causé des dommages irréparables au site : les Byzantins transforment les temples en églises chrétiennes, les Turcs transforment le Parthénon en mosquée, puis en poudrière, alors que l'Erechthéion abrite le harem du commandant turc. Le temple d'Athéna Nikè est démoli. En 1799 et 1802-1803, l'ambassadeur anglais Elgin obtient du sultan l'autorisation d'enlever les plus belles pièces sculptées qui ornaient encore les monuments pour les transférer au British Museum. Lors de la guerre d'Indépendance en 1827, un obus turc endommage gravement le portique des Caryatides de l'Erechthéion. Dès la libération d'Athènes, en 1833, l'Etat grec nouvellement formé entreprit de restaurer les monuments endommagés et de poursuivre les fouilles sur le site. Aujourd'hui, l'Acropole doit lutter contre des problèmes très différents, telle la pollution. En effet, l'oxyde de soufre attaque la pierre des monuments et remet en cause la survie du site.
Le Parthénon actuel se trouve sur l'emplacement d'un temple plus vieux, appelé " vieux Parthénon ", construit en 490 av. J.-C. et détruit par les Perses en 480-479 av. J.-C. Ce n'est que sous Périclès, en 447 av. J.-C., que les travaux pour la construction d'un nouveau temple dédié à la déesse furent entrepris. Achevés en 432 av. J.-C., les travaux furent supervisés par l'un des plus grands sculpteurs grecs de tous les temps : Phidias, ami de Périclès. Le temple est de style dorique avec quelques éléments ioniques. Il est construit en marbre pentélique et se compose d'un sécos (demeure de dieu) et d'une pièce occidentale. Le temple compte 8 colonnes en façade et 17 colonnes sur les longs côtés. Le sécos mesure 30 m de longueur, mais son originalité vient du fait qu'il est incroyablement large pour l'époque.
Le culte était généralement rendu en plein air. La raison de cette dimension exceptionnelle vient du fait que le sécos devait abriter une statue colossale en or et en ivoire de la déesse Athéna, oeuvre du sculpteur Phidias. Au pied de la statue était disposé un bassin qui dispensait l'humidité nécessaire à la bonne conservation de l'ivoire.

Visite du site

En franchissant l'entrée du site du théâtre de Dionysos, vous pénétrez dans le berceau du théâtre antique, sur le versant sud-est de l'acropole d'Athènes. Il doit évidemment son nom à Dionysos, dieu du vin. Les grandes fêtes des Dionysies s'y tenaient chaque année en son honneur (chants rituels, danses et sacrifices rituels et autres représentations théâtrales). Les plus grands tragédiens et comiques y ont débuté. A l'origine de l'art dramatique, les fêtes étaient organisées dans le théâtre en l'honneur du dieu Dionysos (dieu du vin et de l'ivresse) et donnaient lieu à des scènes mimées, chantées et parlées. Le premier théâtre construit sur l'emplacement devait être sommaire et simplement appuyé sur quelques remblais de terre. Ce n'est qu'au Ve siècle av. J.-C. que le théâtre prit l'aspect qu'il conserve aujourd'hui. Des auteurs comme Sophocle, Eschyle, Euripide ou Aristophane ont foulé les " planches " de ce théâtre. Achevé vers 330, il accueillit par la suite les jeux des Romains, qui modifièrent sensiblement le monument : c'est de cette époque que datent les bas-reliefs qui ornent le fond de la scène, représentant la naissance de Dionysos. Le théâtre accueillit des gladiateurs et même des jeux nautiques, avec une scène transformée en bassin pour l'occasion. Il pouvait abriter de 14 000 à 17 000 spectateurs, les sièges à dossier du premier rang étaient réservés de droit aux notables et mécènes du théâtre. La place la plus importante, le siège du milieu au premier rang, était réservée au prêtre de Dionysos.

Odéon d'Hérode Atticus. En remontant depuis le théâtre vers l'entrée du site de l'Acropole, vous vous trouvez au sommet de l'odéon d'Hérode Atticus. Ce monument, achevé vraisemblablement vers 161 apr. J.-C., comporte toutes les caractéristiques d'un odéon romain, avec les colonnes du fond de la scène qui encadrent des niches abritant des statues. Son état de conservation exceptionnel en fait un des monuments les plus intéressants du site, et des manifestations culturelles ont toujours lieu entre ses murs. Hérode Atticus, originaire de Marathon et héritier d'une grosse fortune, dépensa beaucoup d'argent afin de faire construire plusieurs bâtiments publics dans toute la Grèce. Celui-ci était destiné à des concours musicaux et d'art dramatique. 5 000 personnes pouvaient y loger, ses murs étaient couverts de plaques de marbre tout comme le sol qui comprenait également des mosaïques. La toiture était probablement en bois de cèdre.

Le temple d'Athéna Niké se trouve sur votre droite lorsque vous montez les marches du grand escalier. Il fut construit sous Périclès sur les ruines du bastion mycénien. Les travaux furent entrepris en 437 av. J.-C., mais interrompus par la guerre du Péloponnèse et terminés en 427-424 av. J.-C. Le temple se compose d'un sécos (demeure du dieu) et de deux colonnades ioniques sur les façades est et ouest. Les frises ioniques représentaient à l'ouest l'assemblée des douze dieux. Celle à l'est, avec les Athéniens se battant contre les Perses et des Grecs, se trouve au British Museum.

Les Propylées. Cette colonnade fut construite entre 437 et 432 av. J.-C. sous Périclès pour signifier que l'Acropole appartenait au peuple d'Athènes. Le bâtiment est révolutionnaire pour l'époque : c'est le premier propylée à présenter une façade sous la forme d'un temple. La partie centrale des Propylées est constituée de deux portiques à six colonnes, l'un s'ouvrant sur l'intérieur du sanctuaire et l'autre sur l'extérieur. Les espaces entre les colonnes servaient de lieu d'accès aux fidèles, alors que le passage central permettait le passage des animaux lors des sacrifices.

Le Parthénon comporte quelques originalités architecturales utilisées par les bâtisseurs pour lui donner cet aspect grandiose qu'il a aujourd'hui. Les surfaces horizontales du temple ne sont pas planes mais convexes, les colonnes s'amincissent vers le haut et les colonnes d'angle ont un diamètre légèrement supérieur à celui des autres. Tout cela pour corriger les déformations naturelles de l'oeil humain et donner ainsi au bâtiment toute sa majesté !

La frise dorique extérieure ne comprenait pas moins de 92 métopes, toutes sculptées. A l'est était représentée une gigantomachie, c'est-à-dire un combat entre les dieux de l'Olympe et les géants. A l'ouest, on trouvait une amazonomachie, c'est-à-dire un combat entre les Grecs et les Amazones. Au sud étaient représentés des combats contre les centaures et au nord des scènes de la guerre de Troie. Certaines métopes sont encore en place, d'autres sont exposées au Louvre, au British Museum ou au musée de l'Acropole.
Le Parthénon était aussi décoré de deux frontons (est et ouest) qui représentaient, à l'ouest, la dispute entre Poséidon et Athéna pour la possession de l'Attique et, à l'est, la naissance d'Athéna. Mais la pièce sculptée la plus célèbre du Parthénon est certainement sa frise intérieure, oeuvre de Phidias. Sur 160 m de longueur, elle représentait la plus célèbre manifestation cultuelle de Grèce à cette époque : les grandes Panathénées. Ces fêtes, qui duraient une semaine, comprenaient des concours musicaux et d'athlétisme, leur point d'orgue étant évidemment la grande procession qui suivait la Voie sacrée depuis le Céramique jusqu'à la grande statue en bois d'Athéna Polias de l'Erechthéion afin de lui remettre un nouveau péplos (tunique). La remise du péplos était suivie du sacrifice d'une centaine d'animaux et d'un festin auquel prenaient part tous les citoyens. La frise de Phidias représente 360 personnages ainsi qu'une foule d'animaux se dirigeant tous vers l'est où avait lieu la cérémonie.
A l'exception de quelques plaques, la majeure partie de la frise se trouve dispersée entre le British Museum, le Louvre et le musée de l'Acropole.

L'Erechthéion, temple mythique sur la fameuse Acropole d'Athènes, est l'un des plus sacrés de la colline et de toute la ville. Au nord de l'Acropole, joyau et chef-d'oeuvre de l'art ionique, le très élégant Erechthéion fut érigé au Ve siècle av. J.-C. à l'endroit même où, selon la légende, Athéna et Poséidon se seraient disputés pour la possession d'Athènes. C'est à côté de ce temple qu'aurait poussé l'olivier sacré d'Athéna et que se trouvait le puits d'eau salée, cadeau de Poséidon dont le trident aurait laissé une marque sur le mur nord du bâtiment. L'architecte de l'Erechthéion est resté inconnu, mais il a su exploiter les irrégularités du sol pour construire un ensemble de plusieurs bâtiments sur différents niveaux. Dans ce temple étaient adorées plusieurs divinités : Athéna Polias, mais aussi Poséidon et d'autres encore liées à l'histoire légendaire d'Athènes, comme Erechthée à qui le temple doit son nom. Le temple est orné de quatre portiques sur chacun de ses côtés : celui du côté sud-est, certainement le plus connu, est celui des Caryatides. Les colonnes doriques y sont remplacées par des figures féminines d'une grâce parfaite lorsqu'on sait le poids qui pèse sur leur tête. En fait, c'est leur chevelure épaisse et les plis nombreux de leurs vêtements qui renforcent la structure et permettent à l'ensemble de rester debout. Celles que vous voyez en place sur le monument ne sont que des moulages : sur les six korês, cinq seulement sont visibles au musée de l'Acropole, la sixième étant au British Museum.

Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Informations et horaires sur ACROPOLE

Tous les jours de 8h à 20h en été et 15h en hiver. Billet : 20 € (ou 30 € avec d'autres sites, valable 5 jours).

Avis des membres sur ACROPOLE

Note générale : 4.8/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
41 avis d'internautes
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2019
Très beau
Un très beau site à voir aussi bien de jour comme de nuit, le chemin pour y aller est lui aussi très beau. Un ticket coûte assez cher mais il faut dans tous les cas visiter ce lieu lors d'un séjour à Athènes !
Avis déposé le 30/09/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juillet 2019
Magique!
Le site de l'Acropole est beau à voir de jour comme de nuit car très bien illuminé. Le chemin piéton au pied de l'Acropole est une belle balade à faire avant de monter visiter le site.
Avis déposé le 07/09/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juillet 2019
Magnifique
Lieu magnifique! Il faut y aller le matin à l'ouverture pour éviter la chaleur et prendre le temps de visiter. Il y a un peu moins de monde à l'ouverture comparé à la journée. On a eu la chance d'assister à la levée du drapeau à l'ouverture du site en montant les marches en même temps que les militaires. La cérémonie vaut le coup! A visiter lors de votre séjour à Athènes, magnifique vue sur la ville également.
Avis déposé le 31/08/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en avril 2019
majestueux
A voir au moins une fois dans sa vie. Si vous y allez seul, prévoir 20€ l'entrée par adultes, les enfants de moins de 18 ne payent pas. Si vous voulez un guide personnel, il y en a à l'entrée qui proposent leur service aux alentours de 100€, mieux vaut être plusieurs .
Avis déposé le 31/05/2019
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2018
acropole
beaucoup de monde mais lieu incontournable et vue magnifique sur la ville
Avis déposé le 30/03/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2018
Magnifique
Superbe site archéologique!!! pleins de choses à voir. Visiter le musées en complément.
Avis déposé le 28/03/2019
2/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2018
Visite hors saison et pourtant ... beaucoup trop de monde. Venir absolument à l'ouverture si vous voulez un peu de calme et vous déplacer sereinement dans ce lieux.

Beaucoup de travaux qui gâchent un peu la visite (grue au milieu des temples etc.)
Avis déposé le 30/11/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en novembre 2018
The climb was the right prelude to The marble top. Yes marble because everything is of marble even the floor vertly slippery. 10 euro in winter time
Avis déposé le 05/11/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2018
J'ai adoré malgré la horde de touristes et groupes alors qu'on y allée assez tôt le matin. Mais malgré cela, le lieux est tellement chargé d'histoire que l'on prend plein la vue. Mais pour bien s'imprégnée, mieux vaut y allé à l'ouverture. Pour moi, c'est un lieu magique, petite, je lisais tout sur la Grèce antique et voir tout ça, c'était magnifique.
Avis déposé le 06/10/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2018
Impossible de louper l'Acropole si on visite Athènes, c'est un incontournable ! Très beaux mais malheureusement en août il y a beaucoup de monde et ils faisaient des travaux donc les échafaudages devant les temples principaux ont gâchés certaines photos, dommage. Mais impressionnant, je recommande !
Avis déposé le 04/10/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2017
Lieu incontournable et unique !! A visiter absolument si vous visitez Athènes, une vue hors du commun sur toute la ville, beaucoup de monde à l'entrée et a l'intérieur, difficile de prendre de belles photos avec le monde, mais une vue et une visite a couper le souffle !
Avis déposé le 30/07/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en avril 2018
L'Acropole est le lieu emblématique d'Athènes qui regroupe le Parthenon, le théâtre de Dionysos, le temple d'Athena et pleins d'autres monuments. Le billet d'entrée regroupe toutes ces activités.
Avis déposé le 27/04/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juillet 2017
Un incontournable, le passage obligée de votre visite à Athènes, par contre il y a un monde fou, il faut être patient et ne comptez pas prendre des photos sans avoir des dizaines d'autres touristes dessus!!
La vue sur la ville d'Athènes est imprenable.
Attention si vous êtes en fauteuil ou avec des béquilles le sol est irrégulier et glissant par endroit (plaques de marbre poli par des siècles de passage)
Avis déposé le 31/03/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juillet 2017
Un incontournable à Athènes, commencer votre visite pour le théâtre de Dionysos, l'Odéon d'Hérode Atticus, pour finalement arriver en haut avec le temple d'Athéna, le Parthenon et l'Érechthéion. Que de beauté à admirer, mais sachez qu'il y fait très chaud sous les rayons du soleil; crème solaire, souliers antidérapants, vêtements pâles, chapeau et une bonne bouteille d'eau sont à prévoir.
Avis déposé le 25/02/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en janvier 2018
Si vous n'avez qu'un court moment à passer à Athènes, c'est bien entendu ici qu'il faut aller, car c'est donc ici que "tout à commencé"!
Une courte marche vous permettra de contempler un maximum d'édifices prestigieux tels que l'odéon d'Hérode Atticus, le temple d'Athéna Nikè ou bien encore le fameux Parthénon!
Avis déposé le 23/02/2018
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Athènes

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !