MUSÉE COPTE

+20 2 23 63 97 42
Afficher le numéro
Plaque millesim 2018

Il se cache derrière l'imposante tour circulaire, vestige de l'enceinte romaine, au bout d'un agréable jardin. La splendide construction qui l'abrite comporte des éléments architecturaux prélevés sur divers édifices coptes voués à la destruction. Ce musée expose la collection d'objets coptes la plus complète du monde. Sa visite, en plus du cadre très agréable, s'avère indispensable pour qui veut se familiariser avec l'art copte, qui constitue une transition intéressante entre les époques précédentes (pharaonique, gréco-romaine) et l'art islamique, dont il est une source manifeste d'inspiration. De salle en salle, on découvre quelques somptueuses boiseries chargées d'incrustations de nacre ou d'ivoire, quantité d'icônes, de manuscrits et de papyrus, ainsi que des textiles anciens.

La première présentation de pièces coptes est faite dans la salle copte du premier musée de Boulaq. En 1907, le patriarche copte de l'époque, en lien avec le comité des antiquités, ordonne qu'un inventaire des pièces archéologiques coptes conservées dans les églises et les monastères soit tenu ; il s'agit de les recenser et de les protéger. C'est en 1910 que les premières salles de ce qui est encore aujourd'hui le musée d'Art copte sont inaugurées avec l'aide de Marcus Simaika Pacha. Le musée, faute d'entretien, sera fermé de 1966 à l'inauguration de la structure actuelle, rénovée en 2005.

Rez-de-chaussée

Salle 2. Grande tapisserie du IVe ou Ve siècle, venant d'Antinoé en Moyenne-Egypte, scènes de fête qui tranchent dont les Coptes étaient aussi coutumiers dans les tissus de lin brodés de laine. Frise en calcaire, venant du monastère de Saint-Jérémie à Saqqarah, motifs décoratifs floraux et animaliers d'inspiration romaine. Frise peinte représentant quatre saints nimbés.

Salle 3. Les éléments sculptés de cette salle présentent parfaitement les influences hellénistiques du IVe siècle sur l'art copte. Chapiteau en calcaire noirci, représentation d'un homme ressemblant au dieu Dionysos, buvant du vin. Buste d'Aphrodite remarquable avec un large collier, des cheveux au vent. Hercule et le lion de Némée. Niche en forme de coquille mais entourée d'une frise hellénistique. Apollon et sa lyre. Orphée domptant un lion. Le dieu Pan reconnaissable à ses jambes animales. Orphée et Eurydice. Et plus amusant, une croix soutenue par deux Eros nus. Stèle de la tombe de Terenouthis, IIIe siècle, dont la frise supérieure est ornée de cobras.

Salle 4. Les éléments présentés dans cette salle mettent en valeur les influences des croyances de l'Egypte ancienne dans le nouvel art chrétien. Stèle funéraire de Pétros, représentant une barque. Stèle funéraire décorée d'une croix et d'un aigle, à la fois motif chrétien de résurrection et symbole égyptien. Fonds baptismaux creusés dans un chapiteau antique, réhaussé de décors en pannier tressé et de croix. Gourde de pèlerin en terre, décorée d'une croix de vie.

Salles 5 à 6 et cour intérieure accessible par la salle 6. Art chrétien dans les monastères du désert. Niche peinte représentant le Christ en majesté, entouré d'anges souriant. Autre niche présentant une peinture du Christ en majesté. Les expressions de visage de ces deux peintures sont particulièrement douces. Jarres en poterie, décorée de poissons, symbole dont l'acrostiche de sa traduction en grec, ΙΧΘΥΣ, peut signifier " Jésus-Christ, Dieu le Fils, Sauveur ". La cour intéreure contient différents chapiteaux provenant du monastère Saint-Jérémie à Saqqarah dont la chaire en calcaire du monastère placée au sommet de sept degrés, et surmontée d'une coquille marquée d'une croix et entourée d'une mention manuscrite de la Sainte-Trinité.

Salles 7 à 9. Pièces provenant du monastère Saint-Paul à Bawit (à 300 km au sud du Caire, sur la rive ouest du Nil). Voûtain représentant saint Apollo, ou Paul, fondateur du monastère, entouré de ses moines Phib et Anoup. Dans la salle 8, un splendide ensemble d'une niche peinte reconstituée, présentant la Vierge Marie tenant son enfant dans les bras, entoirée des douze apôtres, et sur le voûtain, le Christ en majesté entouré des signes des quatre évangélistes et d'anges en adoration. Ainsi qu'une autre fresque représentant le buste du Christ, aux traits particulièrement égyptiens. Dans la salle 9, une fresque inattendue de souris tenant des fleurs dans leurs pattes et demandant la paix à un chat près à l'attaque, appelé " chat de la ville de Buto " (dans le Delta).

Premier étage

Salle 10. Superbe cimier en bronze, IIIe ou IVe siècle, représentant un aigle, d'inspiration romaine, retrouvé dans les ruines de Babylone. Série de bas-reliefs en calcaire représentant les vendanges, et peut-être une évocation de Dionysos. Frise en calcaire portant trois animaux sous des feuilles d'acanthe ; il s'agit de deux lions chassant une antilope domestique colletée.

Salle 11. Pièces évoquant des épisodes de la Bible. Fresque de couleur rouge venant de Nubie, de l'église d'Abdallah Nirqi, représentant la Nativité. Superbe peigne en ivoire représentant sur une face des anges entourant un guerrier, et sur l'autre la résurrection de Lazare entouré de bandages de momie. Bas-relief du sacrifice d'Abraham en calcaire. Frise peinte provenant du monastère de Tebtunis, dans le Fayoum, représentant Adam et Eve, nus puis se cachant le sexe après l'épisode du péché originel.

Salles 12 à 14. Splendide collection de tissus coptes. Les tuniques sont généralement en lin, tandis que les éléments décoratifs sont en laine, matière plus facile à teindre dont les Romains répandirent la technique. Les représentations humaines furent interdites par la hiérarchie copte dès le IVe siècle mais l'habitude perdura jusqu'à l'invasion arabe. Certains tissus étaient réalisés dans le seul but d'en vêtir les défunts. Les décors sont très figuratifs et symboliques.

Salle 15. Bibliothèque de Nag Hammadi. Ensemble de treize codex rassemblés dans une jarre trouvée en 1945 par un chamelier. La plupart des ouvrages datent de la seconde moitié du IVe siècle. Les codex ont remplacé les rouleaux antiques et leurs feuillets sont de papyrus et de parchemin, conservés à plat dans des étuis de cuir. Beaucoup de ces ouvrages sont des écrits apocryphes.

Salle 16 et 17. Collection de livres. Les Evangiles, manuscrit enluminé à Damas, en 1340, en langue arabe. Lectionnaire de la semaine sainte, manuscrit enluminé réalisé en Egypte en 1342. Salle 17, un psaultier du IVe siècle, en parchemin, provenant d'el-Mudil, à une centaine de kilomètres au sud du Caire.

Galerie. Ensemble d'éléments décoratifs provenant des cellules des moines du désert. Peinture selon la technique tempera, c'est-à-dire d'une texture colorée réalisée à base de jaune d'oeuf et destinée à imprégner le plâtre et le bois enduit. Croix rouge stylisée provenant de Qusur el-Rubayat, VIIe siècle. Plat en poterie décorée de poissons, et retrouvé dans une cellule de Qusur el-Hegella, VIe siècle.

Salle 18. Scènes nilotiques. Sous l'influence romaine, le dieu égyptien Hâpi prend les formes d'un homme à barbe, allongé, sur le corps duquel des enfants jouent, représentant les cataractes du fleuve ; cette représentation se retrouve dans les statues du Nil conservées au musée gréco-romain d'Alexandrie et au musée du Vatican. Frises en bois représentant des perches du Nil et des crocodiles. Voûtain en calcaire représentant des canards, des papyrus stylisés et des hommes en embarcations. Buste du Nil en calcaire, IIIe ou IVe siècle, sous les traits d'une homme barbu, entouré de fleurs de lotus.

Salle 19. Objets en bois. Panneau représentant l'attaque d'un lion sur une antilope, provenant d'Aphroditopolis. Jouets en bois du 6ème siècle, représentant des chevaux. Peignes stylisés de période byzantine.

Salles 20 à 22. Collection d'icônes. Il n'y a pas de statues dans les églises coptes, mais des icônes peintes sur bois, selon la même technique tempera à base de jaune d'oeuf. Triptyque de la semaine sainte, XIIIe siècle, représentant au centre la crucifixion du Christ, au-dessus du baiser de Judas peint dans la scène inférieure, à gauche trois scènes de l'entrée dans Jérusalem, du lavement des pieds et de la Cène, à droite la descente de la croix, la mise au tombeau (à noter la technique de bandelage utilisée pour les défunts coptes) et la résurrection. Une icône des deux saints Antoine et Paul de Thèbes, provenant du monastère de Mercure : un corbeau apporte du pain à saint Antoine qui mourrait de faim, et deux lions apparaissent à la mort de saint Paul de Thèbes ; cette icône présente à la fois un texte en langue grecque et un parchemin tenu par saint Paul en langue arabe, ce qui est inhabituel. Icône de la fuite en Egypte, par la Sainte Famille, dont la présence a généré une série de vénérations dans beaucoup de localités dans l'ensemble du pays.

Salle 23. Objets en métaux. Plat de Bible en argent, XIIIe siècle, représentant la Vierge nimbée portant son fils dans ses bras ; les mentions écrites sont en langue arabe. Lampes à huile suspendues, en bronze, de période byzantine, ayant la forme d'un colombe et d'une volaille. Série de clefs en bronze et en fer, du monastère blanc de Sohag.

Salles 24 et 25. Poteries, céramiques. On notera une gourde de saint Ménas, ou Mina, provenant du monastère éponyme qui se trouve sur le côté ouest d'Alexandrie. Les pèlerins rapportaient de ce lieu saint, ces gourdes en terre cuite produites à des milliers d'exemplaires. Le saint est généralement représenté entouré d'un dromadaire qui a ramené sa dépouille mortelle du Caire où il avait été tué.

Salle 26. Palanquin ottoman en bois, ivoire, os, nacre. Les dimensions de ce palanquin sont impressionnantes : 1,95 m de longueur x 1,12 m de haut x 1,05 m de largeur. Il appartenait à une dame chrétienne aisée, qui avait commandé cet objet décoré de motifs chrétiens tels que la croix.

Rez-de-chaussée

Trois salles contenant des objets décoratifs des églises du Vieux Caire. Autel du Ve siècle, en pin, provenant de l'église des Saints-Serge-et-Bacchus. Eléments sculptés d'une porte en sycomore (le figuier d'Egypte) venant de l'église Sainte-Barbara. Ecrin de blible en bois, argent, placages d'or, verre coloré, du XVe siècle, venant de l'église de la Vierge-Marie.

Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Adresse et contacts :
MUSÉE COPTE

Mar Guirguis Street
Le Caire
Égypte
Voir sur la carte
  • Afficher le numéro

Informations et horaires sur MUSÉE COPTE

Ouvert tous les jours de 9h à 16h. 100 LE, 50 LE pour les étudiants.

Avis des membres sur MUSÉE COPTE

Note générale : 4.5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
2 avis d'internautes
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2018
A voir
Pour ceux qui s'intéressent à l'art ou aux coutumes coptes, ce musée détient une grande collection d'objets, de sculptures en tous genres. Dommage que parfois les explications ne soient développées qu'en arabe pour certains objets mais c'est clairement l'un des musées incontournables du Caire.
Avis déposé le 01/03/2019
5/5
Musée extremement riche, à découvrir ! Une fois ne suffit pas !
Avis déposé le 22/07/2009
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Le Caire

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !