Comme le dit un adage local, " celui qui s'endort à São Luis, se réveille poète ". Se dressant fièrement sur son île, que certains surnomment l'île de l'amour pour sa beauté et sa tranquillité, on pourrait l'appeler la belle oubliée des Français. Effectivement, avant d'être São Luis, la ville fut appelée Saint-Louis en hommage, non pas à Saint Louis (Louis IX), mais au roi Louis XIII, enfant à l'époque de sa fondation. Jusqu'alors petite peuplade de pêcheurs (plus au moins à l'emplacement du centre historique), les lieux sont investis par les Français en 1603 dans le but d'établir un foyer de colonisation, la France équinoxiale. Peu nombreux, les Français traitent en bonne intelligence avec les Indiens Tupinambas qui, parce qu'ils sont blonds et parlent beaucoup (!), les surnomment Papagaios amarelos (" Perroquets jaunes "). Le Portugal voit évidemment d'un très mauvais oeil cette intrusion française. Seulement trois ans après sa fondation, Saint-Louis devient la Portugaise São Luis. Le XVIIIe siècle marque la grande époque de la ville. Les exportations de coton permettent à l'île d'importer d'Europe le luxe qu'elle désire et en font l'une des plus prospères de l'Empire brésilien. C'est durant cette période que la ville acquiert ses lettres de noblesse en matière artistique et littéraire (elle est alors surnommée l'Athènes brésilienne). De la furtive présence des Français, il ne reste rien, sinon le nom et, malgré une nouvelle et tout aussi brève invasion par les Hollandais, c'est bien à l'oeuvre des Portugais que la ville doit sa beauté.

São Luis aujourd'hui

São Luis est d'abord une île. C'est ensuite la capitale du Maranhão, São Luis proprement dite. Celle-ci rassemble deux villes en une. D'une part, la ville historique, de l'autre la ville nouvelle, peu élégante mais où se trouvent les plages. São Luis est aussi un musée à ciel ouvert. Celui-ci abrite le plus important ensemble architectural de style portugais du XVIIIe siècle en Amérique. Belle oubliée, São Luis fut également pendant longtemps une belle endormie et le centre historique a douloureusement pâti de l'érosion du temps et de la négligence des hommes. Depuis quelques années le programme " Reviver " essaie de redonner vie au centre historique, mais le vieux São Luis reste dans un grave état de délabrement. On se promènera à la recherche de fontaines où, lorsqu'il a plu, l'eau coule par des figures mythiques sculptées dans la pierre. La Praça Dom Pedro II est bordée de magnifiques petits palais de style néoclassique français. Çà et là subsistent de vieilles demeures abandonnées et défraîchies, parfois envahies par la végétation. Dans les ruelles tortueuses et pentues, après avoir dévalé des escaliers romantiquement éclairés par des néons, on rêvera devant les nombreuses maisons carrelées de faïences bleues (les azulejos), qui font de São Luis la plus portugaise des villes brésiliennes. Au-delà du pont Jose Sarney se dresse la ville nouvelle, où se trouvent les plages qui offrent au visiteur l'occasion d'une agréable détente. L'île de São Luis abrite également à ses extrémités des villages pittoresques de pêcheurs, tels que Raposa.

Population

Ça ne s'invente pas, on appelle les habitants de São Luis des Ludovicenses. Les Ludovicenses, donc, dans leur grande majorité, métis et noirs, vous réserveront un accueil très chaleureux et auront à coeur de vous faire partager les richesses de leurs terres et de vous aider. Ne vous étonnez pas si vous croisez çà et là des rastas au look de Bob Marley, car la ville est connue et reconnue comme la capitale du reggae du Brésil (les amateurs trouveront de nombreuses boîtes et bars reggae à leur mesure !). Enfin, de nombreuses académies de capoeira sont présentes pour vous initier, ainsi que de nombreux bars de pagode.

À voir / À faire à SÃO LUIS

Photos de SÃO LUIS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

BRÉSIL

Guide BRÉSIL

BRÉSIL 2017

Ici se mélangent dans un parfait désordre les cités coloniales, les deltas peuplés d'îles tropicales, les jungles de béton à l'activité ...

Extrait gratuit
Acheter le guide

14.95 €

816 pages

Ailleurs sur le web
Avis