Le musée de la Cour d’Or présente de nombreuses originalités parmi lesquelles le bâtiment du musée lui-même, première œuvre d’art à découvrir. Vous n’entrez pas dans un musée, vous entrez dans l’histoire. Vous découvrez des collections uniques, abritées par des bâtiments « vestiges de bâtiments authentiques », classés Monuments historiques et témoins d’époques légendaires. Les collections d’objets gallo-romains sont visibles à l’endroit même où se situaient les thermes romains, datant du IIe siècle apr. J.-C. « Ces thermes étaient en fait une gigantesque salle de bain collective dont la fondation correspond à l’arrivée de la culture romaine sur nos territoires », explique Philippe Brunella, Conservateur en chef du patrimoine et directeur du musée de Metz Métropole. Ces thermes sont découverts à l’occasion de travaux, en 1935, pour agrandir le musée. Ils forment une pièce magistrale du génie romain, bâtisseur d’un aqueduc de 21 km, encore visible en partie aux abords de Metz, et menant l’eau à ces thermes, « par simple gravité, sans pompe, jusqu’au point le plus élevé de la ville de Metz ». Dans cette très riche collection d’objets gallo-romains, c’est à voir absolument, « c’est une des Jocondes du musée : le relief de Mithra, mis au jour à Sarrebourg en 1895 ». À la fin des années 1970, d’autres travaux et une volonté d’agrandissement du musée dévoilent encore des éléments des thermes : « Tout l’îlot qui accueille le musée fut l’îlot qui accueillait l’ensemble thermal ». Un autre siècle, le XVe, et son grenier de Chèvremont reçoivent une partie des collections médiévales. Ce grenier, bâti en 1457, est un des piliers de l’histoire de Metz, Ville libre du XIIe au XVIe siècle. Établi sur cinq niveaux, le grenier de Chèvremont permettait la conservation de céréales en grande quantité et donnait à l’oligarchie qui dirigeait la ville le pouvoir « de parer à un siège ou de réguler le prix du pain et gérer la paix sociale ». Ici, vous verrez un ensemble de sculptures de la région, du XIIe au XVIe siècle. « On arrive à cet espace après avoir visité un musée d’architecture médiévale qui donne des repères pour comprendre les éléments architecturaux de Metz ». Parmi ceux-ci, les plafonds peints de maisons médiévales messines, « dans un état de conservation exceptionnel » et livrant une idée de l’imaginaire médiéval, notamment à travers un bestiaire fantastique. D’autres collections sont à découvrir au musée de la Cour d’Or, celle par exemple des Beaux-Arts, avec ses salles de peintures du XVIe au XXe siècle. Elles réveillent l’histoire – un peu oubliée – de l’École de Metz, dispersée par l’annexion allemande de 1871 et « contribuant à l’éclosion de l’École de Nancy ». Pour peaufiner cette alliance contenu/contenant, on entre au musée de la Cour d’Or par l’année 1670 et la porte de l’ancienne chapelle des Petits-Carmes.

Musée de la Cour d’Or

2 rue du Haut Poirier 57 000 Metz

+33 (0)3 87 20 13 20

Ouvert tous les jours de 9h à 12h30 et de 13h45 à 17h

Fermeture hebdomadaire le mardi