Les États-Unis, berceau des studios hollywoodiens, ont beaucoup à offrir au cinéma et l’Arizona à travers ses sites mythiques a toujours servi de décor aux grosses productions américaines. Des westerns de légende aux thrillers à couper le souffle en passant par les films de science-fiction, l’Arizona a crevé plus d'une fois l'écran en accueillant le tournage de plus de 2 000 films à travers cet État incontournable de l'Ouest américain. Le Petit Futé a donc tenté d'en retenir dix tournés en Arizona et qui vous ont sûrement tapé dans l’œil. L'occasion de susciter l'envie de les visionner ou les revisionner pour les grands cinéphiles.

©

« La Poursuite Infernale » de John Ford (1946)

Qui n’a jamais rêvé de jouer aux cowboys et aux Indiens devant les trois célèbres buttes de roche ocre à Monument Valley ? John Ford en a fait son terrain de jeu dans ce film où en 1882, les frères Earp, qui conduisent leur bétail vers l'ouest du pays, font une pause près de Tombstone pour la nuit. Alors que les aînés partent se distraire en ville, le plus jeune se fait assassiner et le bétail est volé. L'aîné devient alors shérif de la cité et entreprend avec ses autres frères de venger la mort de leur cadet. 

©

« Mars Attack » de Tim Burton (1996) 

Jack Nicholson, Glenn Close ou bien encore Pierce Brossant font partie des personnages principaux de ce film. Et c'est la ville de Kingman, qui abrite l'Arizona's Route 66 Muséum, qui a accueilli le tournage de « Mars Attack ». Des soucoupes volantes arrivent de la planète Mars un peu partout sur la Terre en y survolant les plus grandes villes. Dans un long-métrage plein d'humour, les martiens décident suite à un malentendu de décimer les habitants à coup de pistolets lasers, mais plusieurs citoyens vont s'organiser afin de faire face aux petites créatures verdâtres venues d'ailleurs.

©

« Rio Bravo » d'Howard Hawks (1959)

Au sud de l’État de l'Arizona, les Old Tucson Studios ont servi de décor à plus de 300 films, dont plusieurs grands classiques mettant en scène l'incontournable John Wayne, tels que « Rio Bravo ». Pour un bref résumé du film, un shérif arrête le frère de celui  qui s'avère être l'homme le plus puissant de la région. Mais n'ayant pour alliés qu'un gamin, un ivrogne, un vieillard qui boite, un hôtelier mexicain et une joueuse de poker, les conditions s'annoncent difficiles pour lutter contre l'armée de tueurs qui veulent sa peau. 

©

« Psychose » d'Alfred Hitchcock (1960) 

C'est dans le centre-ville de Phoenix, capitale de l'Arizona, que s'est déroulé le film angoissant de « Psychose », du roi du suspense Alfred Hitchcock. Alors que son travail ne l'intéresse plus et que son amant ne veut pas l'épouser, Marion Crane s'enfuit avec les 40 000 dollars que son patron lui demande de déposer à la banque. Sous une pluie battante, la jeune femme décide de s'arrêter dans un motel tenu par Norman Bates, un homme vivant avec une mère possessive. Alors qu'elle se délasse dans une douche après avoir caché l'argent, un scénario auquel elle ne s'attendait certainement pas se produit...

©

« La Chevauchée Fantastique » de John Ford (1939)

Ce western centré autour de John Wayne et d'une diligence contribua à rendre le site du Monument Valley populaire. Il existe même un spot baptisé « John Ford

Point ». C'est dans ce décor incontournable de l'Arizona qu'une diligence voyage pour Lordsburg avec à son bord une prostituée généreuse, un joueur, un banquier pas très honnête, une femme enceinte, une médecin avec un sérieux problème avec l'alcool, un shérif accompagné de son prisonnier et un négociant en whisky. Un long voyage durant lequel chacun va dévoiler sa personnalité au grand public, mais attention, sous la menace des Indiens.

©

« Arizona Dream » d'Emir Kusturica (1993)

Ce film franco-américain réalisé par un Serbe débute à New York. Mais très vite à la suite du décès de ses parents, le personnage joué par Johnny Depp va retourner sur les terres de son oncle, à Douglas en Arizona. L'homme est sur le point de se marier et souhaite en effet l'avoir à ses côtés comme témoin et espère également qu'il sera son repreneur. Mais une fois sur place, dans un décor désertique qui invite immanquablement au voyage et à la rêverie, l'homme va devoir gérer les rêves de deux femmes, ceux de son oncle, mais également les siens.

©

« Easy Rider » de Denis Hopper (1969)

Ce road movie, devenu un emblème de la génération hippie des années 60-70, nous embarque dans le voyage de deux jeunes motards, Wyatt et Billy, dealers en fuite de Los Angeles. Direction, plein Ouest ! Les marginaux se retrouvent alors confrontés à l'Amérique traditionnelle. Le tournage du long-métrage s'est réalisé dans des conditions techniques très basiques, et le réalisateur se fâcha avec quasiment la totalité de l'équipe du tournage. Il n'en reste pas moins que le film a été répertorié en 1998 au National Film Registry pour avoir beaucoup apporté au cinéma américain et la culture des États-Unis.

©

« Il était une fois dans l’Ouest » de Sergio Leone (1968)

Plus qu'un incontournable pour qui aime les westerns, ce film est considéré comme le chef-d'œuvre du western spaghetti ! L'histoire est celle de Bet McBain, assassiné avec ses trois enfants alors qu'il préparait une fête pour sa femme, Jill. C'est elle qui héritera de terres du défunt homme, des parcelles convoitées par Morton, en raison de leur valeur puisque le chemin de fer va y passer. Morton est le commanditaire du crime, mais les soupçons vont se tourner vers Cheyenne, un aventurier... Si le film n'a pas rencontré la gloire attendue aux États-Unis, s'il a en revanche rencontré un franc succès à sa sortie en Europe. 

©

« Starman » de John Carpenter (1984)

La scène finale du film se déroule sur le site de Meteor Crater, cratère de météorite le mieux conservé au monde et le plus inspirant pour l'action des films de science-fiction… Le film raconte l"histoire d'un extra-terrestre échoué sur la Terre et qui se retrouve poursuivi par l'armée américaine. Pour lui échapper, il va prendre l'apparence du mari d'une jeune veuve. La jeune femme, d'abord hésitante, décide finalement non seulement de l'héberger, mais également de l'accompagner dans sa fuite jusqu'au Meteor Crater, où ses congénères doivent venir le récupérer pour retourner chez lui.

©

« Arac Attack » d'Ellory Elkayem (2001)

Le Lac Powell, le deuxième plus grand lac artificiel des États-Unis, créé sur la rivière Colorado par le barrage de Glen Canyon, offre un cadre d’exception pour de nombreux chefs-d’œuvre du septième art et d'autres, un peu moins bons... Arac Attack met en scène les habitants d'une petite ville minière qui doit faire face à une redoutable armée d'araignées géantes à huit pattes et qui ont visiblement envie de manger de la chair fraîche. Mais un ingénieur et son ex-petite amie vont unir leurs forces afin de venir à bout des bestioles qui sont apparues suite au déversement de déchets toxiques.

©