Quitter Naples pour s'aventurer le long de la côte amalfitaine signifie abandonner l'agitation de la ville, le bourdonnement de ses ruelles animées, la circulation sauvage et très chaotique pour retrouver la paix d'un paysage suspendu entre mer et ciel. Si la circulation restera malheureusement très dense en haute saison, ici la vue saisissante vous aidera à retrouver votre calme. Depuis 1997, la côte amalfitaine est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco pour la beauté de ses paysages, typiquement méditerranéens, où l'homme, malgré la topographie très accidentée, a su respecter la nature exubérante et préserver sa splendeur originaire presque intacte.

 

Sorrente et Capri, charmants points de départ

Située sur une terrasse naturelle tombant à pic dans la mer, Sorrente jouit d'un climat exceptionnellement clément qui, associé à la beauté naturelle incomparable des petites anses et des délicieuses baies qui abondent tout au long de la côte, en fait un centre de villégiature renommé depuis l'époque romaine. Sorrente est truffée de petits escaliers et d'étroites ruelles qui mènent au port et aux deux marinas (petite et grande), et encadrée de plantations d'oliviers et d'agrumes. Côté littérature, le plus illustre des Sorrentins demeure le grand poète Torquato Tasso, dit Le Tasse (1544-1595), auteur notamment de La Jérusalem délivrée. Par la suite, de nombreux écrivains, sur les traces de leur très cher confrère, vinrent séjourner sur place comme le Russe Maxime Gorki (1868-1936) ou le Norvégien Henrik Ibsen (1828-1906), qui y écrivit La Maison de poupée en 1879. A voir également, le principal monument de la ville, le palais Correale di Torranova, entouré d'un splendide jardin. Il abrite de précieuses pièces d'artisanat local (dont des marqueteries raffinées). La ville est un point de départ idéal pour visiter la côte amalfitaine, les cités antiques de Pompéi et d'Herculanum, en arrivant de Naples (à seulement 25 minutes en bateau). Elle possède, par ailleurs, de jolies plages à proximité. L'agitation durant la saison ne manque pas, de nombreux musiciens viennent des villes environnantes animer les soirées dans les restaurants. Du fait de cette fréquentation touristique importante, Sorrente pourrait paraître à certains un peu aseptisée. Mais découvrir la cité italienne, son coeur historique et son port de pêcheurs à Marina Grande, et contempler la vue romantique sur le golfe de Naples depuis ses belvédères est une expérience inoubliable.

Et juste en face, se dresse la mythique Capri.Des trois îles ancrées dans le golfe de Naples, voilà la plus célèbre. Une fois débarqué, on ressent vite la magie des lieux. Pics vertigineux, eaux turquoise, superbes criques, élégantes villas aux jardins en terrasse, grottes et panorama unique narguent presque le visiteur. Revers de la médaille : l'île attire en été un nombre considérable de visiteurs qui se mêlent aux 15 000 habitants. Les anciens qui ont connu la période dolce vita de la ville, lorsque les touristes et les locaux festoyaient ensemble, ont bien du mal à s'en remettre.

 

Positano, l'un des sites les plus spectaculaires du pays

Si Sorrente peut être une charmante porte d'entrée, la côte amalfitaine débute ici, à Positano, dans ce premier village perché entre mer et montagne. Oubliez les superlatifs et laissez-vous porter par la beauté des lieux, car c'est sans aucun doute l'un des sites les plus spectaculaires d'Italie. Imaginez simplement la roche et les à-pics frappés par le soleil, dont la réverbération sur l'eau turquoise semble presque irréelle. Et au bout de ce ruban d'asphalte, aussi sinueux qu'étroit, émerge Positano avec ses maisons au blanc immaculé, suspendues à la paroi, comme de simples excroissances de la pierre, comme une évidence. Pourtant, il faut bien se représenter les trésors d'imagination et d'adaptation nécessaires pour développer ici vignobles et vergers en terrasses sur les pentes basses, jusqu'aux grands pâturages des hautes terres. Si l'on affirme souvent que la ligne droite est le plus court chemin entre deux points, Positano dit le contraire. Tout n'est en effet que courbes et enchevêtrement de ruelles, d'escaliers, où les restaurants et les ateliers d'artistes se succèdent. Seul reste de verticalité : les falaises. Plus qu'à une ville, Positano ressemble à un miracle architectural que l'on peut admirer depuis la plage. John Steinbeck écrivait à son propos : " C'est un lieu de rêve qui ne semble pas vrai quand vous y êtes, et vous ressentez une grande nostalgie au moment de le quitter. "

 

Amalfi, le nom originel

La légende dit qu'Hercule, amoureux de la nymphe Amalfi, morte prématurément, décida de lui dédier la ville qu'il érigea. L'histoire, plus précise mais moins romancée, évoque une fondation romaine au VIe siècle. Première république maritime de la péninsule italienne, elle s'impose tout au long du Moyen Age comme un noeud essentiel du commerce entre Orient et Occident. Pays natal de Flavio Gioia, inventeur de la boussole, c'est également ici que naît le code maritime dit Tabula de Amalpha (les Tables amalfitaines), qui régira durant des siècles la navigation en Méditerranée. Elle concurrence alors Gênes, Pise et Venise. Riche et puissante, Amalfi se dote, sous l'impulsion de ses gouverneurs, de remarquables édifices. Le tourisme constitue aujourd'hui l'une des ressources principales pour les 7 000 habitants de la commune, qui a également donné son nom à l'ensemble de la côte. Il faut rapidement quitter la rue principale pour se perdre dans le petit labyrinthe de venelles en escaliers et de passages voûtés. En admirant son majestueux Duomo et en explorant ses ruelles, qui portent naturellement jusqu'à Atrani, sa charmante et discrète voisine, vous approcherez l'âme authentique du lieu.

 

Ravello, la beauté méridionale

Fondée au VIe siècle, Ravello incarne le grand style et la beauté méridionale. A une époque où le temps n'était pas encore cette denrée rare, qui fait aujourd'hui souvent confondre vitesse et précipitation, on a construit ici pour le plaisir. Héritière d'un savoir-faire traditionnel exceptionnel, la commune déploie ses élégantes églises, ses remarquables palais et ses magnifiques jardins (villa Rufolo, villa Cimbrone) avec autant de gourmandise et de facilité qu'un enfant facétieux. Perchée sur les versants de la vallée du Dragone, moins exposée au flux touristique, Ravello déploie sa magie sans forcer, juste en invitant le voyageur à prendre un peu de hauteur et s'élever face au golfe de Salerne. A l'image de l'éclatante féminité latine, Ravello séduit naturellement. Boccace (1313-1373), Wagner (1813-1883) et bien d'autres n'y ont pas résisté.

 

Une terre de randonnées

Enfin, qui a dit que des vacances sur la côte amalfitaine se limitaient à des séances de farniente ou à des excursions en bateau ? Cette langue de terre creusée d'anfractuosités escarpées, aux pentes admirablement sculptées en terrasses par l'homme depuis des siècles, constitue un paradis pour les promeneurs. Les sentiers, en corniche au-dessus de reliefs vertigineux, ou enfouis dans la végétation luxuriante, offrent à voir des panoramas grisants, des kilomètres de côtes le long desquelles villages et stations balnéaires s'égrènent au gré du relief. Pour se dégourdir les mollets dans un cadre enchanteur, direction Punta Campanella, à l'extrémité de la péninsule sorrentine, face à l'île de Capri, la valle delle Ferriere le long de la rivière Canneto, entre Scala et Amalfi, ou bien le sentier des dieux (Sentiero degli dei), perché à 500 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il commence à Bomerano et se termine à Nocelle. La majeure partie du parcours est suspendue 500 m au-dessus de l'océan. Ancien chemin de contrebande, il est aujourd'hui un sentier pédestre dont même certaines personnes de la région ne connaissent pas l'existence. Au fur et à mesure de la randonnée, on découvre la beauté profonde de la péninsule, des paysages où l'on semble encore entendre le murmure des sirènes. La vue d'en haut est réellement ensorcelante et sans égale. Comme dans le reste de la région, on ne semble plus très loin du paradis.

 

Infos futées

 

Quand ? La côte amalfitaine est touristique toute l'année. La basse saison s'étend de novembre à mars. Au mois d'août, l'affluence touristique est à son plus haut. Les hôtels, plages et restaurants sont vites remplis. Les saisons les plus agréables restent le printemps et l'automne même si, occasionnellement, la région peut être sujette à de fortes pluies, mais de courte durée.

 

S'y rendre. Prix moyen d'un vol Paris-Naples : de 250 à 400 € en haute saison, et de 80 à 100 € en basse saison.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Réservez vos billets de trains - Réservez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

OFFICE DE TOURISME DE LA COTE AMALFITAINE - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Trouvez une agence locale pour un voyage sur mesure - Trouvez

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez