Guide de Crète : Population et langues

Démographie

La Crète, forte de quelque 630 000 habitants, est l'île la plus peuplée de Grèce (5,5 % de la population totale du pays). Sa population a d'ailleurs largement augmenté depuis le recensement précédent. La densité de la population est de 74 habitants/km². La capitale, Héraklion, avec une agglomération de plus de 150 000 habitants, est la plus grande ville de l'île, devant Hania et Rethymnon. Elle est également la 6e plus grande ville de Grèce en termes de population, après Athènes, Thessalonique, Le Pirée, Patras et Peristéri. 
La répartition de la population sur l'île est très inégale. Ainsi, la majorité de la population se concentre sur la côte nord de l'île, le sud étant du fait de son relief montagneux peu peuplé. 45 % de la population de l'île vit en milieu rural. Dans la région d'Héraklion, la population s'élève à plus de 300 000 habitants. C'est la région la plus peuplée de Crète avec une densité de 110 habitants/km2. A l'est, le Lassithi compte moins de 80 000 habitants, la région de Hania à l'ouest affiche 150 000 habitants tandis qu'au centre la région de Rethymnon totalise plus de 80 000 habitants.

Minorités ethniques

Actuellement, en plus des Grecs, la Crète compte bon nombre de Turcs et d'Albanais, et l'intégration des minorités ethniques et religieuses ne se fait parfois pas si facilement. Il en va ainsi des Turcs musulmans, toujours en proie aux discriminations raciales parfois alimentées par les journaux à sensations. Contrairement à la Grèce continentale, la Crète a bien mieux intégré ses travailleurs immigrés venant d'Albanie ou des Balkans. Ceux-ci ont trouvé leur place dans l'agriculture, secteur très porteur sur l'île, et dans lequel un nombre décroissant de Crétois souhaite travailler (du moins manuellement). La population d'immigrés a ainsi constitué une main-d'oeuvre bon marché.

Langue et alphabet

Le grec est une langue vieille de plus de 3 000 ans et qui a évolué comme toutes les langues. Mais le grec moderne est resté étonnamment proche du grec ancien. Cette langue a façonné la pensée des plus grands philosophes et auteurs de la civilisation occidentale. La logique intrinsèque de la langue grecque semble être ce qui a permis sa conservation. Le grec est une langue qui évolue, et qui incorpore de plus en plus des mots provenant de l'anglais - comme cela avait été fait, auparavant, avec un bon nombre de mots français. L'écriture en revanche est souvent " grecquisée ".

On trouve en Crète, dans les sites archéologiques de l'époque minoenne, des tablettes d'argile rédigées en écriture linéaire B. Cette écriture non alphabétique est considérée comme l'ancêtre du grec classique. C'est ensuite au VIIIe siècle av. J.-C. que l'on trouve les premiers documents écrits avec l'alphabet grec. De nos jours, cet alphabet grec est toujours utilisé, avec quelques modifications de lettres et d'accents. Attention, même s'il utilise le même alphabet, le grec moderne est assez éloigné du grec ancien dans la prononciation des lettres.

En Crète, la langue officielle est, comme dans toute la Grèce, le grec moderne. Mais il existe un " dialecte " crétois, un langage qui diffère un peu du grec continental classique. On considère le crétois comme un descendant du " dialecte Koinè ", une langue commune au monde hellénique antique post-classique - elle servait aux armées d'Alexandre le Grand pour communiquer avec des peuples aux dialectes proches.

Si l'accent crétois est marqué par rapport à celui d'Athènes, leur grec reste compréhensible et ne contient pas autant d'expressions particulières que le grec de Thessalonique ou de Chypre. On compte toutefois un bon nombre de mots et d'expressions propres au langage insulaire, dont l'usage et la signification varient même parfois au sein de l'île même. Certains mots communs marquent de façon prononcée la distinction entre grec moderne classique et la langue crétoise : en grec, pour questionner " quoi ", on dit " ti " alors qu'en crétois, on dit " ida ". Idem, le " kai " (qui correspond à la conjonction de coordination " et ") grec est prononcé " ché " en Crète. Les différences marquées avec le grec s'expliquent par la distance géographique de l'île mais surtout par les conquêtes subies tout au long de son histoire, dont l'influence peut se ressentir dans le vocabulaire et l'accent.

Pratiquement tous les Crétois parlent l'anglais, langue du tourisme par excellence. Comme beaucoup d'habitants de pays dont la langue est peu enseignée en dehors des frontières nationales (le grec n'est parlé qu'en Grèce et à Chypre), les Grecs maîtrisent au moins une, voire deux langues étrangères. Chez les jeunes, il est presque considéré comme normal de parler l'anglais, qui arrive en tête du palmarès des langues étrangères apprises. Au collège, on a le choix entre le français et l'allemand. Beaucoup de jeunes apprennent l'espagnol, car la langue, avec son accent tonique, sonne assez proche du grec. Sinon, la population la plus âgée des villes maîtrise souvent le français car son enseignement était, auparavant, obligatoire.

Souvent pour les noms de rues, les enseignes des commerces ou autres panneaux d'indication, les deux alphabets grec et latin sont employés simultanément, ce qui facilite grandement la tâche au voyageur.

Lexique

Entre parenthèse se trouve une aide phonétique pour chaque traduction (il ne s'agit pas de l'équivalent latin qu'utilisent parfois les jeunes grecs, version appelée " anglaise " du grec moderne et qui s'appuie sur certains codes linguistiques propres). Le groupe de lettres " th " (signe θ) correspond au son du " th " anglais, c'est-à-dire un son proche du " s " prononcé avec la langue appuyée contre les dents du haut.

Pour dire " Bonjour " : On peut dire καλημέρα (prononcer kaliméra) ou γεια σας (yassas) qui correspond à un salut pluriel ou poli. Pour un salut plus familier, à une personne seule, on dit γεια σου (yassou) ou même simplement γεια (ya) - qui veut littéralement dire " santé ".

Oui / Non : Ναι / Οχι (Nai, óchi)

Non merci : Οχι, Ευχαριστω (Ochi, efkharisto)

Merci (beaucoup) : Ευχαριστώ (πολύ) (Efkharisto (poli))

S'il vous plaît / De rien : Παρακαλο (parakalo)

Excusez-moi : Συγνωμη (Signómi)

Bonsoir : καλησπέρα (kalispéra), bonne soirée : καλο βραδυ (kalo vradhi) et bonne nuit : καληνυχτα (kalinikhta).

A plus tard : Τα λεμε (Ta lémé)

Comment allez-vous ? Τι κανετε ; (Ti kanété ?) ou comment vas-tu ? : τι κανεις ; (ti kanis ?)

(Très) bien, et vous/toi ? (Πολυ) καλά, και εσείς/εσυ ; ((Poli) kala, ké essis/essi ?)

Parlez-vous français/anglais ? Μιλατε γαλλικα / aγγλικά ; (Miláte ghaliká / angliká ?)

Je comprends/ Je ne comprends pas : καταλαβαινω / Δεν καταλαβαινω (Katalavéno / dhen katalavéno)

Comment vous appelez-vous ? /Comment t'appelles-tu ? : Πος σασ/σε λενε ; (Pos sas/sé léné ?)

Je m'appelle... : Με λενε... (Mé léné...)

D'où venez-vous ? /viens-tu ? : Απο που ειστε ; /εισαι (Apo pou isté/issé ?)

Je suis français - française : Είμαι Γάλλος - Γαλλιδα (Eímai Ghállos - Ghallida)

Je voudrais un ticket de bus (aller simple/aller-retour) : Θα ήθελα ένα εισιτήριο μετρο / λεωφορείου (απλο / με επιστροφή). (Tha ithela éna éssitirio métro / leoforiou (aplo / me epistrofi)

Savez-vous où est la rue ? : Ξέρετε πού είναι η οδός ; (Xérété pou iné i odos...)

Pouvez-vous m'aider ? Je suis perdu(e) : Mπορείτε να με βοηθήσετε ; Xάθηκα. (Borité na me voïthissété ; Ràthika.)

Adresses Futées de Crète

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
xiti
Avis