Guide d'Islande : L’Islande en 25 mots-clés

Faire - Ne pas faire

Respectez la nature, ne roulez pas hors des pistes en véhicule ; restez sur les sentiers lors de randonnées pédestres dans les parcs nationaux pour ne pas détruire des espèces végétales fragiles ou perturber des animaux dont certains sont en voie de disparition.

Ne laissez pas l'envie irrésistible de balancer votre pied contre les petits amoncellements de pierres, croisés lors de randonnées, vous envahir. Ces tas de pierres (cairns) servent à indiquer la direction aux voyageurs et représentent un héritage de la culture islandaise.

Ne vous moquez pas des croyances locales. En effet, une partie de la population croit (ou feint de croire) à l'existence des trolls, elfes et autres créatures, à laquelle les plus cartésiens d'entre nous n'accordent aucune crédibilité.

Ne jugez pas le mode de vie des Islandais en regardant l'extérieur de leur maison. L'apparence extérieure des habitats n'a pour beaucoup que peu d'intérêt. C'est au niveau de la décoration intérieure que les Islandais préfèrent exposer leur personnalité.

Suivez les conseils affichés ou donnés par les habitants. La nature en Islande peut être très changeante. Avant de prendre le volant, les bulletins météo et les informations relatives aux conditions routières, accessibles au sein des offices de tourisme, se révèlent fort utiles.

Dans les piscines, il faut vous laver nu avant de mettre votre maillot et de pénétrer dans l'eau.

66° North

Les amateurs de sports en plein air connaissent peut-être cette marque, sans doute le made in Islande le plus fameux. Il faut dire que le climat local oblige les Islandais à s'équiper de vêtements résistants et efficaces. Et ceux de cette entreprise ont acquis une solide réputation en équipant traditionnellement les pêcheurs locaux - avant de partir à la conquête du monde. Les slogans et les publicités de cette société sont d'ailleurs explicites : " Nous tenons l'Islande au chaud depuis 1926 " ou " Il existe un endroit en Islande où vous devez porter des vêtements 66° North : dehors " ou " En cas de doute... demandez à une mère islandaise ", etc.

Arbre

Des sources anciennes relatent l'existence de nombreuses forêts (principalement des boulaies) et de zones broussailleuses lors de l'arrivée des premiers colons. Plusieurs scientifiques estiment que 25 % du territoire islandais était alors boisé. La traversée de la majorité des régions du pays ne fait pourtant apparaître que peu de boqueteaux et de forêts. Les rares arbres qui s'élèvent sur ce sol se rassemblent autour de petits espaces de (re) boisement dont le plus célèbre reste la forêt d'Hallormsstaður (à l'est du pays). Plusieurs théories portent à croire que ce manque de bois proviendrait de l'usage massif qu'en ont fait les Vikings et leurs descendants (surpâturage, bois de chauffage...), mais aussi du volcanisme qui rend les sols peu fertiles et donc peu propices à la repousse de plantes vasculaires. La surface boisée, qui représente aujourd'hui environ 2 % des terres du pays, augmente néanmoins grâce à de vastes programmes de préservation et de plantation, amorcés dès l'aube du XXe siècle et amplifiés depuis les années 1960, dans plusieurs régions. Avec l'aide de sylviculteurs étrangers, de vastes espaces sont plantés qui, on l'espère, deviendront dans le futur de véritables forêts...

Aurore boréale

La meilleure période pour observer les aurores boréales s'étend d'octobre à mars, entre 20h et 2h, mais si la météo (nouvelle lune, ciel dégagé...) et la localisation (faible pollution lumineuse) s'y prêtent, vous pourrez en apercevoir, une fois la nuit tombée, dès fin août et jusqu'à mi-avril. Plusieurs agences, à Reykjavík ou Akureyri, organisent des sorties nocturnes pour les admirer. Mais pour vraiment apprécier ce phénomène, dont l'intensité fluctue, il est tout de même plus agréable de se rendre dans un lieu isolé, avec un local qui s'y connaît. Scientifiquement parlant, les aurores polaires, en l'occurrence boréales (northern lights), résultent de l'interaction entre des particules solaires électriquement chargées (électrons et protons) et les gaz qui se trouvent dans l'ionosphère (entre 60 et 1 000 km d'altitude). Une infime partie du flux constant de particules chargées émises par le soleil, le vent solaire, pénètre dans la haute atmosphère terrestre via des "cornets polaires", présents au niveau des pôles magnétiques. Les électrons et protons entrent alors en collision avec les gaz en présence dont ils excitent les atomes en leur transmettant une charge électrique (ionisation). Lorsque lesdits atomes retrouvent leur état initial ils libèrent une énergie lumineuse, sous forme de photons, visible sous la forme de voiles lumineux qui ondulent dans le ciel (aurore polaire). Bien que la plupart des aurores observées soient de couleur verte, elles peuvent également se teinter de rouge, de bleu et de mauve. L'intensité de l'activité solaire et l'altitude à laquelle se forment les aurores polaires expliquent cette variation chromatique. Les fameuses lueurs vertes sont ainsi dues à la collision entre les particules solaires et les molécules d'oxygène présentes entre 100 et 240 km d'altitude. En-dessous de 100 km, les molécules d'azote produisent des émissions lumineuses bleues et mauves. Entre 240 et 1 000 km, enfin, l'oxygène émet des aurores de couleur rouge. Vous êtes désormais paré pour épater en soirée...

Blue Lagoon

Parmi les plus célèbres "lagons" d'Islande se trouve le Blue Lagoon - devenu en quelques années l'attraction touristique n° 1 du pays. Situé aux abords de la centrale géothermique de Svartsengi, non loin de Grindavík, il offre  une eau turquoise dont la température environne les 39°C. Le plaisir procuré par un bain d'eau naturellement chaude et laiteuse est immense. L'onde, riche en minéraux, est en outre réputée pour ses qualités curatives, notamment dans le domaine dermatologique (eczéma, psoriasis...). Des bacs de silice sont par ailleurs mis à disposition des baigneurs afin qu'ils s'en imprègnent le corps et le visage.

Brennivín

Appelé aussi " mort noire ", bien que son nom signifie " vin brûlé ", ce schnaps à l'islandaise est considéré comme la boisson nationale. Sa petite bouteille verte, avec une étiquette noire portant la silhouette de l'île, est d'ailleurs omniprésente sur les étalages des boutiques de souvenirs de l'aéroport. Il s'agit d'une eau-de-vie de pommes de terre aromatisée au cumin et à l'angélique. Les Islandais en sont très fiers et son nom est fréquemment employé dans la littérature locale.

Caldeira

Circonscrite par une falaise, plus ou moins accusée ou érodée, une caldeira est une vaste dépression qui peut dépasser plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre. Elle se forme suite à une éruption volcanique qui, en dévidant la chambre magmatique sous-jacente, provoque l'effondrement du volcan. De puissantes explosions peuvent également engendrer ce phénomène. Les caldeiras les plus emblématiques d'Islande sont celles d'Askja et de Krafla.

Cheval islandais
<p>Chevaux islandais.</p>

Chevaux islandais.

Le cheval islandais est renommé pour sa robustesse et pour son endurance face aux intempéries. Vous le verrez au bord des routes ou dans les fermes et admirerez sa résistance aux éléments, notamment lorsqu'il expose ses fesses face au vent et baisse la tête en attendant que la tempête passe ! Arrivé en Islande avec les premiers colons vikings il y a plus de mille ans, il n'a pas changé depuis, grâce à l'isolement de l'île. Il a conservé les qualités d'origine de sa race dont le tölt, une allure entre l'amble et le trot qui donne la sensation de voler... Le petit cheval islandais (entre 1,15 et 1,35 m au garrot) est parfaitement adapté aux difficultés du terrain ; il arrive même à traverser les champs de lave. Les balades à cheval sont très populaires en Islande. Ce moyen de transport était encore, il y a peu, le plus sûr et le plus fiable. Des lois strictes permettent de protéger la pureté du petit équidé : non seulement toute importation de chevaux est interdite, mais, en outre, un cheval islandais n'a plus le droit de revenir sur son île après l'avoir quittée. Cette mesure drastique est destinée à préserver le cheptel des parasites contre lesquels il n'est pas immunisé. L'Islande compte environ 80 000 chevaux. Cette sympathique monture a par ailleurs séduit de nombreux étrangers : plusieurs élevages ont été créés hors de l'île et une quinzaine d'organisations nationales, en Europe et en Amérique du Nord, sont affiliées à la Fédération internationale du cheval islandais. On compte ainsi environ 100 000 chevaux islandais rien qu'en Europe. Notons, enfin, que la viande de cheval islandais est consommée en Islande et au Japon, et que des courses hippiques existent, la première ayant eu lieu en 1874 à Akureyri.

Contraste

Aucun mot ne peut mieux définir l'Islande. Au travers de chaque saison, ce territoire naturel et sauvage présente en effet des couleurs et des contrastes atypiques. Le mariage de coloris pastel en été dans la région du Landmannalaugar laisse place, l'hiver, à la blancheur de la neige qui recouvre le pays. La vie s'éteint alors, le temps que les premières fontes redonnent naissance à une végétation luxuriante, empreinte de douceur. Et puis, le mot " contraste " ne se retrouve-t-il pas dans cette terre caractérisée par la glace et le feu, les volcans et glaciers  ?

Cratère

Les éruptions volcaniques, explosives ou effusives, sont à l'origine de la plupart des cratères islandais. Sur la faille du Laki, il est possible de découvrir une rangée de pas moins de 115 cratères. Témoignage d'une catastrophe sans précédent, celle de l'éruption du Laki en 1783-1784, cet alignement forme l'un des nombreux lieux touristiques d'Islande.

Eau

L'Islande savoure son faible taux de pollution grâce à l'importante réserve d'eau dont elle dispose. Celle-ci devient un acteur principal quant à la fourniture d'électricité dans les foyers, mais possède en outre une solide réputation quant à sa pureté. L'eau islandaise est en effet considérée comme l'une des plus saines au monde. Dans les hôtels, l'eau chaude provient de centrales géothermiques qui la puisent dans les entrailles de la terre et la refroidissent avant de la reverser aux collectivités.

Mais que dire de ces magnifiques chutes qui agrémentent chacun des parcours proposés dans cet ouvrage ? L'Islande constitue sans conteste un pays d'eau, et compte d'ailleurs exploiter ce filon à des fins commerciales. Le pays souhaite en effet devenir un exportateur mondial d'hydrogène grâce à la séparation des molécules qui constituent l'eau, et en alimenter les véhicules du territoire afin d'abaisser davantage son niveau de pollution.

Ferme

Certains voyageurs décident de réaliser le tour de l'Islande simplement pour observer la multitude de fermes abandonnées qui s'y trouvent. Plusieurs d'entre elles ont connu une reconversion en musée afin de dévoiler aux visiteurs le folklore local, tandis que d'autres restent inhabitées, se chargent d'histoire et dévoilent des structures en bois, herbe et tourbe typiques de l'ancien temps. Bien entendu, il existe pléthore de fermes en activité dédiées principalement à l'élevage bovin, équin et ovin. Et, bonne nouvelle, on peut voyager en Islande en résidant uniquement dans des fermes ! (renseignements sur www.heyiceland.is).

Geyser

Le mécanisme d'un geyser possède des caractéristiques naturelles étonnantes : en contact avec des roches volcaniques, l'eau atteint son niveau d'ébullition et se voit propulsée grâce à l'exercice d'une pression suffisante. Le nom " geyser " provient en outre du célèbre Geysir qui s'élevait à quelque soixante mètres de hauteur. Juste à ses côtés, Strokkur a pris le relais, jaillissant avec majesté à environ trente mètres de hauteur toutes les cinq minutes. C'est ici que l'on se presse pour observer ce phénomène désormais rare en Islande. Les nappes d'eau chaude ont en effet vu leur niveau baisser et empêchent le jaillissement de ces longues colonnes d'eau chaudes verticales et écumantes. Sachez qu'un geyser a été reconstitué à Reykjavík à des fins pédagogiques, sur la colline où s'élève le Perlan.

Glace

Avec le plus grand glacier d'Europe, le Vatnajökull, qui s'étend sur 8 300 km2, l'Islande a bien mérité son nom de " terre de glace ". Un huitième de sa surface se voit en effet recouvert par des glaciers qui, par endroits, atteignent une épaisseur de près de 1 200 m. Au pied de la face est du Vatnajökull se situe une étendue d'eau opaline où flottent de nombreux icebergs à l'imposante stature, le lac Jökulsarlón. Parfois, d'immenses blocs se détachent avec fracas du glacier pour venir fondre dans le lac avant de rejoindre la mer par l'étroit chenal de la Jökulsá. La glace permet en outre de s'adonner à de nombreuses activités sportives proposées par les tour-opérateurs locaux. Depuis plusieurs décennies, la surface de ces immenses glaciers tend à diminuer, conséquence du réchauffement climatique.

Handball

Si le football est extrêmement populaire, le handball l'est tout autant. Et tout comme le foot récemment, le sport de main peut se vanter de porter haut les couleurs islandaises lors des compétitions internationales. Les meilleurs joueurs s'exportent dans les grands championnats (Allemagne, Espagne). Les clubs locaux brillent lors des joutes européennes. Mais l'équipe nationale participe surtout à toutes les grandes compétitions continentales et internationales, avec succès. Habitués des places d'honneur, les Islandais ont ébloui la planète lors des Jeux Olympiques de Pékin de 2008 en remportant la médaille d'argent, ne perdant qu'en finale face à la France après un tournoi parfait. Un résultat exceptionnel pour un pays si peu peuplé, concernant qui plus est un sport collectif. Ils ont également terminé à la troisième place lors des championnats d'Europe en 2010 !

Hákarl

La nourriture islandaise compte des mets délicieux à base d'agneau, mais comporte aussi quelques spécialités auxquelles la plupart des touristes ont bien du mal à s'accoutumer. Parmi celles-ci compte le hákarl, une viande de requin putréfiée, enterrée pendant six mois pour assurer une meilleure décomposition. Amateurs de nouveautés, à table ! L'odeur évoque une chaussette sale oubliée durant plusieurs décennies... Le verre de brennivín (alcool fort local) est le bienvenu pour faire passer le tout. Pour en déguster, rendez-vous par exemple au marché aux puces de Kólaportið, sur le port de Reykjavík.

On y vend des petites portions de dégustation pour les touristes. Votre réaction sera guettée par le vendeur, qui s'en amusera sans aucun doute.

Lainage

Si l'Islande est connue pour ses céramiques, elle l'est encore plus pour ses lainages, tricots et autres productions textiles dotées de motifs jacquard géométriques. Les plus anciens modèles de tricot islandais remonteraient au dernier quart du XVIe siècle. Ils ont été même exportés dans le nord de l'Europe dès le Moyen Âge. En 1583, l'évêque de Hólar se serait ainsi fait payer en lainages par ses supérieurs.

Lave

Lors d'une éruption, la roche en fusion s'échappe par le cratère d'un volcan mais aussi par des fissures. Les experts dénombrent trois principaux types de roches magmatiques : l'obsidienne, d'aspect noir vitreux et issue de lave subitement refroidie, le basalte et la rhyolite, roche riche en silice et bien connue pour sa large variété de coloris. Devant des températures excédant 1 000 °C, la lave en fusion met beaucoup de temps à refroidir et laisse alors s'échapper de larges colonnes de fumée. Les laves du Krafla, non loin de Mývatn, présentent toujours ce caractère depuis la dernière éruption du volcan.

Macareux

Dotés d'un plumage noir et blanc, les macareux (lundi en islandais) sont des oiseaux régulièrement observés en période d'été. Leur bec coloré ainsi que leur taille et leur allure particulières les rendent particulièrement drôles à regarder, d'où le surnom d'oiseaux clowns attribué par certains Islandais. Très photogéniques, ils figurent en nombre sur les cartes postales au point de devenir quasiment un symbole national. Ils se révèlent relativement peu farouches et constituent ainsi une proie facile pour les chasseurs ou les ramasseurs d'oeufs. De manière générale, l'oeuf couvé éclot au bout de 40 jours. Ils quittent le pays à la mi-août mais demeurent toute l'année au menu des restaurants...

Pêche

L'économie islandaise repose avant tout sur la pêche et ses industries dérivées. Reykjavík, Akureyri, Grindavík et Heimaey comptent parmi les principaux ports du pays. Mais il subsiste des dizaines de petites localités où la pêche est artisanale. Ainsi, dans les fjords de l'Est se trouve un charmant village de pêche, situé dans un décor grandiose, Djúpivogur. La diminution des réserves de harengs et de morues dans les étendues d'eau a toutefois engendré une crise depuis quelques décennies, faisant décliner le secteur qui ne peut à lui seul empêcher un freinage de la croissance économique du pays. L'État a donc décidé d'investir dans l'acier et l'aluminium et de favoriser l'industrie du tourisme afin de trouver un nouvel équilibre économique.

Hot pot

Au pays du feu et de la glace, le passe-temps préféré des Islandais est un plaisir simple : barboter dans une eau géothermale (naturellement chaude) fortement minéralisée qui apaise le corps et l'âme. Véritables lieux de rencontres, un grand nombre d'Islandais se retrouvent dans ces bassins chaque matin et chaque soir, pour y converser ou simplement se détendre après une longue journée. Vous trouverez des sources naturelles dans tout le pays mais aussi dans toute sundlaug (piscine chauffée) digne de ce nom. Toutes les villes possèdent en général au moins un petit bassin extérieur chauffé avec sauna et hot pot. Un endroit incontournable qu'il convient de ne pas oublier de fréquenter, aussi banal cela semble-t-il. N'oubliez pas votre maillot de bain !

Runtur

Lorsque le ciel noircit et que bon nombre d'Islandais partent rejoindre les bras de Morphée, les rues de Reykjavík restent en vie, laissant à une jeunesse effervescente l'opportunité de s'exprimer et de s'amuser dans des établissements de nuit. Et ces traditionnelles nuits folles du week-end ont un nom : runtur. Vous n'en croirez pas vos yeux. Les rues si calmes de Reykjavík sont alors bondées et s'animent de cris, de chants et l'alcool coule à flots. Le matin, le centre-ville semble avoir subi le passage d'un ouragan : bouteilles et papiers partout, jeunes gens ivres qui en viennent aux mains ou s'effondrent sur les trottoirs, jolies blondes qui titubent sur leurs talons, police qui veille, éboueurs qui réparent les dégâts. Le tout sous le regard étonné des touristes vêtus comme des explorateurs. Deux mondes qui se croisent...

Soufre

Vous serez forcément confronté à l'odeur du soufre lors de votre voyage. Près de Geysir par exemple, des solfatares laissent échapper une vapeur d'eau mélangée à de l'hydrogène sulfuré. Aux abords des solfatares se produit une oxydation qui laisse apparaître des dépôts de soufre à la couleur caractéristique. Après une balade dans ces lieux, l'odeur imprègne parfois les vêtements et il devient difficile de s'en débarrasser. Le soufre va même jusqu'à s'insérer quelque peu dans l'eau d'usage courant (vous vous en rendrez compte en prenant votre douche), sans toutefois se montrer dangereux. Avec l'habitude, ces fragrances ne sont plus désagréables.

Légendes

Les trolls font partie des personnages légendaires qui peuplent les croyances islandaises. Les Islandais donnent ainsi une histoire aux fameuses formations rocheuses Reynisdrangar à Vík. Deux trolls auraient essayé de tirer un trois-mâts sur le rivage, mais la lumière du petit matin les surprit, les transformant aussitôt en pierre. Les elfes font également partie de la mythologie islandaise, fortement enracinée dans l'imaginaire d'une population très friande des légendes du Huldufolk (" le peuple caché ").

Viking

Les sagas content de nombreuses histoires de fameux héros vikings. Cette appellation fut donnée aux navigateurs scandinaves ayant traversé les mers de la fin du VIIIe au début du XIe siècle. Pendant cette période, ils ont en outre développé un véritable art, appelé aujourd'hui l'art des Vikings, en élaborant des sculptures sur bois, créant des étoffes et des tentures, mais aussi des orfèvreries en argent et en or. Afin de mêler légendes et réalité, un ancien drakkar reconstitué attire le regard de visiteurs curieux dans le port de Keflavík.

Volcanisme

Le volcanisme représente toutes les manifestations de surface des phénomènes thermiques qui se produisent sous terre, et est donc directement lié à l'étude du magma et des gaz d'un volcan. En tant que " point chaud ", c'est-à-dire situé aux limites de plaques tectoniques, l'Islande connaît un volcanisme accru. Elle chevauche en effet le rift médio-atlantique, espace sous-marin où les plaques nord-américaine et eurasienne s'écartent d'environ deux centimètres par an, et où la roche en fusion remonte afin de former une nouvelle croûte terrestre. Les volcans les plus actifs en Islande sont l'Hekla, le Krafla et le Grimsvötn. Les volcans Eyjafjöll et Bárðarbunga sont quant à eux les plus connus, étant entrés en éruption en 2010 et 2014 respectivement. Le premier, endormi depuis 190 ans, provoqua l'arrêt du trafic aérien international pendant deux semaines.

Adresses Futées d'Islande

Où ?
Quoi ?
Avis