L'envie d'échapper à l'ambiance oppressante d'une ville pousse régulièrement les citadins à se diriger vers l'Islande afin de s'assurer un dépaysement total, à seulement 3h30 de vol de Paris. Car une randonnée en Islande est absolument unique et le dépaysement assuré pour tous, même les globe-trotters les plus chevronnés. L'évasion est également possible à travers de nombreuses activités : balades à cheval, marches dans les parcs nationaux, rafting, pêche, ski de fond, ski alpin, motoneiges, observation de baleines, dauphins et macareux... Les loisirs concernent aussi bien les personnes à la recherche de quiétude que les touristes actifs désireux de goûter aux joies des sports extrêmes. En été, c'est le paradis du rafting et du kayaking. Le rafting permet de vivre le grand frisson tout en découvrant les paysages islandais. A plusieurs endroits dans le pays, on peut " chevaucher " les eaux vives écumantes des rivières glaciaires quand elles se jettent dans des canyons étroits, en compagnie de guides expérimentés. On trouve des organisateurs de rafting sur la Hvítá dans le Sud de l'Islande près de Geysir et Gullfoss, mais aussi près de Varmahlíð dans le Nord, et près d'Egilsstaðir dans l'Est. On peut également pratiquer le kayak de mer, notamment pour aller découvrir les fjords. Seydisfjörður ou la côte nord du Snaefellsness sont ainsi devenus des lieux prisés. Ces embarcations permettent de voir la côte sous un autre angle et d'approcher aussi les colonies d'oiseaux.

Car s'il y a bien une région immanquable en Islande, c'est celle des fjords de l'ouest. Ils forment une grande péninsule extrêmement découpée, située dans la proximité immédiate du " gigantesque frigidaire " qu'est le Groenland. Complètement isolée du reste de l'Islande, la " main ", comme on l'appelle parfois, surgit littéralement dans l'océan Arctique pour mieux accrocher les glaces flottantes venant du Groenland. Il y a même eu des cas où ces icebergs - dérivant au large des fjords de l'ouest - ont amené des ours blancs. La péninsule est reliée au reste de l'Islande par une mince bande de terre : moins de 20 km de largeur. Sur le plan géologique, les fjords de l'ouest forment la partie la plus ancienne de l'île ; toute activité volcanique en a disparu. La côte n'est qu'une longue succession de fjords profonds, séparés par des caps montagneux. La raideur des pentes, combinée à la rigueur du climat, explique la rareté de la végétation sur cette côte inhospitalière, mais nulle part ailleurs en Islande les paysages ne sont aussi majestueux. Dans la région, la population, très clairsemée, est principalement confinée dans des hameaux de pêche. Quelques petits ports survivent grâce à la proximité des eaux très poissonneuses. Les fjords sont si encaissés que le soleil rasant de l'hiver, pendant plusieurs mois, n'arrive pas au fond.

Dans le Sud, autour de Reykjavik, les paysages grandioses sont légion. De l'immense plaine alluviale du Skeiðarársandur à la forêt d'Hallormsstaður, des langues glaciaires du Vatnajökull à l'impressionnant Vestrahorn dominant les tempétueux flots atlantiques, des lagunes côtières aux superbes reliefs de la réserve naturelle de Lónsöraefi, le Sud-Est de l'île mérite absolument une visite : paysages grandioses garantis ! A l'ouest de la capitale, on trouve une bande côtière bordé de pâturages verdoyants, entre glaciers étincelants et falaises investies par des milliers d'oiseaux de mer. Ces paysages variés sont agrémentés de champs de lave, de cascades spectaculaires, de sources chaudes, de sables volcaniques noirs et de vestiges historiques majeurs. Ils s'étirent de la zone géothermique de Geysir, à l'ouest, jusqu'au glacier du Vatnajökull à l'est.

 

Infos futées

 

Utile. Pour préparer au mieux son séjour chez un spécialiste de la destination.

NOMADE AVENTURE - Plus d'informations sur le site