Guide du Portugal : Cuisine portugaise

Produits caractéristiques
<p>La route des vins</p>

La route des vins

Soupes

Elles sont très populaires au Portugal, héritées de la tradition paysanne. On en mange partout et pas seulement en hiver ! Dans les restaurants, d'une modeste casa de pasto jusqu'au restaurant haut de gamme, il y a toujours une soupe du jour (sopa do dia) ou même plusieurs. Sopa de hortaliça (soupe de légumes), sopa de marisco (velouté de fruits de mer) ou encore la très rustique sopa de pedra (haricots cocos, chorizos, lard et oreilles de porc mijotés dans une cocotte dans laquelle on a placé une pierre). La sopa alentejana, l'açorda, (ail, coriandre, huile d'olive, oeuf et pain, le gaspacho (soupe froide de tomates et légumes), les sopa de camarão (soupe de crevettes), sopa de grão (soupe de pois chiches), sopa de puré de feijão (soupe de purée de haricots rouges) et sopa à Bretã (soupe à la tomate de Breta, au nord du pays). Pour une bonne assiette de soupe, comptez de 1 à 3,50 €.

Entrées

Au restaurant, vous trouverez toujours sur la table à votre arrivée du beurre, du fromage, des pâtes à tartiner et des olives. Mais attention : si vous y touchez elles vous seront facturées ensuite ! N'hésitez pas à refuser et à renvoyer les entrées, ou à vérifier les prix si quelque chose vous tente, ces petits en-cas permettent de patienter de belle manière mais sont souvent plus chers que des entrées proprement dites.

On trouvera à la carte les pataniscas de bacalhau (beignets de morue), conchas de tamboril à Bretã (coquilles de lotte de Bretã), caracois (escargots " à la ménagère ") et do quintal (du jardin), pasta de sardinhas (mousse de sardines), figado de porco grelhado (foie de porc grillé), ovos de cebolada (oeufs aux oignons), ovas em azeite de alhos (oeufs de poissons à l'huile d'olive et à l'ail), bolinhos de chouriço (petits gâteaux au chorizo), peixinhos da horta (petits poissons du potager) ou encore la salada de orelha (salade d'oreilles de porc).

Viandes

Buveurs de sang, accros du tournedos, grands prêtres du rumsteck, préparez-vous à un choc. La viande, si elle n'est pas rare, n'est pas consommée saignante mais rôtie (assada) ou grillée (grelhada). L'agneau (cordeiro), le porc (porco) et le veau (vitella) sont généralement très savoureux. En revanche, évitez les ragoûts comme le cozido (pot-au-feu) ou la feijoada (sorte de cassoulet) si vous n'aimez pas les abats. Le porc est aussi à l'honneur, et vous adorerez sans doute le presunto, le jambon de montagne, délicieux et puis le leitão (cochon de lait cuit au four), ou les lombinhos de porco com castanhas (filets mignons aux châtaignes). Les enchidos (saucisses et associés) sont savoureux, notamment les chouriços et la morcela (boudin). Dans les spécialités qui sortent de l'ordinaire, ne manquez pas le Pato escondido (" canard caché "), le lebre à portuguesa (civet de lièvre à la portugaise), le faisão d'Alcanhões (faisan), les favas com chouriço (fèves au chorizo), l'empada de batata e pinhões (tourte à la viande, aux pommes de terre et aux pignons) ou l'ensopada do cabrito (ragoût de chevreau).

Le bitoque : le terme est d'autant moins traduisible qu'il y a autant de recettes de bitoque qu'il y a de restaurants. Mais attendez-vous à un (petit) steak généralement très cuit, un oeuf, des légumes et une sauce.

Le bife : um bife, c'est un steak. Um bife da vazia (entrecôte de boeuf) et um lombo de vaca (filet de boeuf) sont de qualité supérieure, plus tendres et savoureux. Les bifinhos correspondent aux escalopes.

Le cozido a portuguesa : le cozido est la version portugaise du pot-au-feu. Mais c'est à base de viande de porc qu'il est généralement préparé avec plus de haricots et de choux portugais que de pommes de terre.

Le cabrito : Le chevreau est une spécialité des Beiras et de Trás-os-Montes ; il est servi généralement rôti. En Alentejo, l'agneau est servi en ragoût (ensopado de borrego), aussi souvent que le poulet grillé (frango de churrasco).

Les plats mixtes : Si vous aimez les mélanges, essayez la caldeirada (poisson cuit à l'étouffée avec des coquillages), le porc à l'alentajane, un délicieux ragoût de porc avec des palourdes ou la carne de porco com lulas (viande de porc aux calamars), les amêijoas na cataplana (casserole de coquillages au chorizo) ou le chicharro no forno (chinchard au lard et pommes de terre).

Poissons et fruits de mer

Au Portugal, on mange beaucoup de poisson et fruits de mer. Sur le littoral vous en dégusterez partout : grillés, frits, bouillis... Ils sont très frais, servis grillés avec des salades, des poivrons grillés ou trois pommes de terre et quelques légumes. Dans leur préparation, le persil, la menthe et la coriandre (coentros) deviennent fréquemment leurs compagnons de cocotte. Ne manquez pas : les lulas com camarão (beignets de calamars farcis aux crevettes), les favas com chocos (calamars aux fèves), le caril de camarão (curry de crevettes), la dourada à portuguesa (daurade), le mero à moda do Porto (mérou à la mode de Porto), l'arroz de marisco (riz avec des fruits de mer) ou de poissons locaux, pata-rôxa com coentros (roussette à la coriandre), peixe com molho de escabeche (tranches de poisson en escabèche) et le choco frito (seiche frite).

Les poissons les plus savoureux sont le cherne, le robalo, le linguado, le tamboril et le pregado. Pour les amateurs, il y a aussi les calamars : lulas et chocos. La salade de poulpe (polvo) est également excellente. En termes de fruits de mer, il y a les lavagante et langosta (homard et langouste) hors de prix, mais aussi les gambas, les amêijoas et les alfaquiques (voir ci-dessous).

Et il y a bien sûr le bacalhau, la morue ou cabillaud, cuisiné selon 1 000 recettes différentes dans le pays ! Les principaux plats à base de morue sont le bacalhau à brás (morue en lamelles, pommes de terre, oignons, persil, olives noires et oeufs brouillés), le bacalhau à Gomes de Sá (morue, pommes de terre, oignons, huile d'olive, olives noires, oeufs durs, ail et lait) et le bacalhau com natas (morue, crème, oignons, pommes de terre, ail), le bacalhau assado (morue rôtie au four avec un peu d'ail), les pastel de bacalhau (croquettes de morue), bacalhau fresco de Santarém (cabillaud de Santarém), les linguas de bacalhau (langues de morue en vinaigrette), le bacalhau na cataplana (morue aux palourdes), com chouriço, com bróculos (aux brocolis), com cebolas, de Noël, de Sétubal...

Petit lexique marin

Alfaquique : saint-pierre.

Amêijoa : palourde.

Besugo : rouget.

Caldeirada : bouillabaisse.

Camarão : crevette.

Carapau : chinchard, sorte de hareng.

Cherne : perche.

Choquinhos : petites seiches.

Dourada : dorade.

Espetada de peixe : brochettes de poissons.

Lagavante : homard

Lagosta : langouste

Linguado : sole.

Lulinhas : petits calamars (chocos gros calamars).

Navalheiras : petits crabes.

Peixe-espada : poisson sabre et non espadon qui se dit espardate.

Pescada : colin.

Polvo : poulpe.

Pregado : turbot.

Robalo : bar.

Salmão : saumon.

Sapateira : crabe.

Santola : araignées de mer.

Tamboril : lotte.

Légumes

Dans les restaurants, le choix des légumes, frais ou secs, est malheureusement moins variée, à l'exception des choux (couves) et des haricots secs (feijões). La plupart du temps, l'accompagnement se résume à des frites et du riz, assez lassant à la longue.

Ne manquez pas certaines spécialités régionales : le bolo salgado de feijão branco (gâteau salé aux haricots blancs), le mangusto (choux aux pommes de terre), peixinhos da horta (haricots verts avec un oeuf poché) ou la puré de cebola gratinado (purée d'oignons en gratin).

Riz

Non loin de Setúbal, on cultive le riz depuis 1925. Cette activité a bouleversé les paysages (présentant de nos jours encore des rizières à perte de vue), l'histoire et les traditions populaires de l'embouchure du Sado.

Savez-vous que le Portugal est le seul pays d'Europe qui produise plus de riz qu'il n'en consomme ? Et pourtant, on en mange quasiment à tous les repas, accompagné de frites (sim, sim !) ou en arroz de feijão (risotto de flageolets). On peut même avoir les trois ensemble (vous avez bien lu). Comme pour la morue, l'imagination portugaise est sans limites : ne ratez pas les multiples arroz (de lotte, de fruits de mer, de carottes, de thon), ils sont généralement très bons. Si vous voulez remettre cela au dessert, prenez un riz au lait (arroz doce) ou un bolo de arroz, sorte de quatre-quarts très léger fait de farine de... riz.

Fromages

Dans les fromages, pas beaucoup de choix mais de la qualité : le São Jorge, un fromage des Açores, fait furieusement penser au cantal, tandis que le queijo da Ilha (des Açores) est une sorte de parmesan portugais. Les queijos de Avanca (près d'Aveiro) ressemblent à l'édam hollandais. Mais le must, ce sont les fromages de Castelo Branco, d'Alentejo de Nisa (sec et affiné), de Serpa, d'Azeitão ou de la Serra da Estrela, fabriqués avec du lait de brebis. Ce dernier se déguste à la cuillère. Ils sont chers, mais leur saveur corsée et leur texture fondante sont inoubliables (consommez-les toujours très crémeux). Les fromages se servent aussi bien au début (le plus souvent) qu'à la fin de repas. Les plus forts se consommeront avec un Porto rouge vieux, un Porto blanc doux ou avec de la pâte de coing comme en Espagne.

Desserts et gâteaux

Les desserts conventuels (fabriqués à l'origine dans les couvents) sont fabriqués à base de sucre et de jaunes d'oeufs. Quant aux noms, ils sont très imagés : toucinho do ceu (lardon du ciel), barriga de freira (ventre de religieuse), la baba de camelo (bave de chameau) etc. Sous l'influence mauresque, le Portugal et Lisbonne se déchaînent sur les petites choses sucrées à grignoter, à commencer par les inévitables pastéis de nata, ces arbres qui cachent la forêt de gourmandises. Pour les gâteaux et biscuits secs, inutile de retenir tous les noms : montrez du doigt quand ça a l'air appétissant, ça suffit. Le bolo de arroz (boule riz), le pudim flan (un flan aux oeufs) et la torta de laranja (gâteau roulé aux oranges) valent vraiment le détour.

En revanche, vous ne trouverez quasiment jamais de tartes aux fruits, les gâteaux étant davantage à base d'amande ou de confiture d'oeufs. Ouf ! Heureusement, il y a aussi plein de fruits tropicaux particulièrement délicieux à Lisbonne et puis les fruits de saison sont souvent de très bonne qualité.

Les spécialités régionales

Le Nord. Dans l'intérieur montagneux, la cuisine est rustique : alheiras (les saucisses au pain et viande de porc) de Bragança, la feijoada (pot-au-feu) de Vila Real, les perdreaux de Pinhel, les anguilles et les truites de Sabugal ou la chouriça com grelos (saucisse fumée, légumes frais et huile d'olive). Sur la côte, goûtez à la morue à la Narcise, le canard au riz sauvage, le riz de poulpe et de morue, les congre, merlan et brème de mer au court-bouillon à Caminha, les célèbres tripes de Porto, sans oublier les francesinhas (croque-monsieur et sauce tomate relevée). Dans les sucreries, vous trouvez le doce de ovos (à base d'oeufs) d'Amarante, le riz au lait sucré (arroz doce), les sonhos y mexidos (oreillettes et beignets) etc.

Les Beiras. Dans cette région, vous serez rarement déçu par un cochon de lait rôti à la broche de la Bairrada (leitão) ou la chanfana de cabri de Coimbra et, trois incontournables de la région. Les confiseries jouissent d'une belle renommée, qu'il s'agisse du pão-de-lo d'Alfeizerão, des arrufadas de Coimbra et Aveiro, sans oublier ses ovos moles (oeufs sucrés). Dans l'intérieur montagneux de cette région, c'est le cabri rôti au four au riz, les morcelas (boudins), et les fromages de Rabaçal, d'Alcains ou de Castelo Branco qui sont les plus réputés. En dessert, vous trouvez les folares (brioches), les tortas de la Beira Alta et les castanhas de ovos de Viseu (à la châtaigne).

La Vallée du Tage. Lisbonne et ses environs s'affichent comme le paradis du poisson et des fruits de mer, la liste est longue : loups, coques et moules d'Ericeira et de Cabo da Roca ; les rougets, palourdes et huîtres de Setúbal ; l'espadon de Sesimbra. Les grandes spécialités de la région sont les clovisses de bulhão pato (amêijoas préparés avec ail et persil), la caldeirada (bouillabaisse), les sardines grillées, les anguilles, les palourdes et les coques de la Lagoa de Obidos ou le poulet à la marmite d'Alcobaça (frango na púcara). Si vous aimez les douceurs, goûtez les pastéis de Belém (pâtisseries de Belém) ou les queijadas de Sintra, ces gâteaux au fromage et les fruits secs et en compote d'Alcobaça.

L'Alentejo. L'açorda est une soupe de mie de pain à l'ail, coriandre et huile d'olive, servie avec un oeuf poché. Région de tradition agricole, de nombreux plats sont confectionnés avec les aliments typiques. La tomatada, spécialité à base de tomates comme son nom l'indique est un plat, mélangeant, tomates, oignons, pains et oeufs, une sorte de soupe de tomate en concentré ! Cette région de l'intérieur du pays est surtout réputée pour ses viandes : le porc, l'agneau, le chevreau, les açordas de coentros (panades à l'ail, à l'huile d'olive et à la coriandre), les ensopados de borrego ou de cabrito (sorte de ragoût d'agneau ou de chevreau), le lièvre aux haricots rouges et la charcuterie (confectionnée à base de cochons noirs se régalant de glands). Goûtez au savoureux pain de cette région qui se marie bien avec les fromages de brebis de Portalegre, de Nisa et de Serpa, ou le fromage de chèvre d'Alandroal. Dans les sucreries, vous trouvez la palha d'Abrantes, les célestes de Santarém ou ceux aux amandes et aux oeufs d'Evora.

L'Algarve. Cette région côtière propose bien sûr des produits de la mer : le poisson et les fruits de mer, d'une grande fraîcheur, sont cuisinés sous forme de soupes, de cataplanas (ragoûts de poisson et de fruits de mer) ou de bifes de atum (steak de thon aux oignons). La ville d'Olhão est célèbre pour son marché de poissons très animé. Les sucreries de ce sud-là sont célèbres ; héritées des Maures, elles se composent souvent de figues et d'amandes.

Café

Au Portugal, le café est délicieux car les anciennes colonies sont des pays producteurs. Les cafés jouent toujours un rôle social important dans la vie quotidienne.

Le café se présente sous différentes formes :

Bica : expresso.

Bica cheia : plus léger que le bica normal, car la tasse est remplie.

Bica pingada : expresso avec une goutte de lait.

Galão : grand café au lait servi dans un verre souvent accompagné d'une torrada (pain de mie grillé).

Carioca : expresso léger, second tirage.

Café com cheirinho : expresso avec une goutte d'eau-de-vie (aguardente).

Caipirinha & Co

La globalisation comme ça, on aime ! On a rapporté beaucoup d'or du Brésil, mais aussi (plus récemment) des breuvages bien sympathiques : la caipirinha, de la cachaça (de l'alcool de canne à sucre) versée sur de la glace pilée et du citron vert écrasé dans du sucre. Si on vous propose ensuite une caïpiroshka, il s'agit d'une caipirinha à base de vodka.

Plus énergétique et moins pénible pour le crâne, vous vous régalerez aussi des sodas au guarana (fruit d'une plante amazonienne) un bon stimulant pour tout baba cool sans les effets désagréables de la caféine, le numéro 1 des ventes au Brésil (devant Coca). Et puis, bien sûr, des excellents jus de fruits frais et batidos (milk-shakes), parfois même de fruits tropicaux : goyave, fruit de la passion (maracuja), papaye...

Ginja

Que serait Lisbonne sans la Ginja ? C'est une liqueur de cerise griotte très parfumée et pas vraiment conseillée aux gens sensibles (à une certaine dose). A lamper impérativement dans un petit troquet (ginjinha) en commentant au comptoir un match de foot ou la dernière novela (de toute façon, la télé sera allumée). Sans doute l'ancêtre du shot, et toujours une base recommandée et reconnue, avec ou sans les cerises !

Bières

Un imperial, c'est la mousse (la vraie, en pression, le demi de 25 cl), légère, parfumée, c'est le bonheur ! Les soiffards demanderont une caneca de 50 cl, les amateurs d'argot une lourinha fresquinha (" une petite blonde fraîche "). La bière en bouteille s'appelle la cerveja et la bière brune preta.

Super Bock et Sagres sont les deux bières portugaises les plus populaires. La première vient de Porto, elle est la plus consommée. La seconde est lisboète, elle sponsorise le festival Rock in Rio Lisbonne et l'équipe de football du Portugal et le championnat de première division dans le pays. On peut la boire à l'anglaise, dans les pubs, ou à la portugaise, c'est-à-dire partout : on trouve toujours un troquet, un kiosque (ah, c'est bon sous les arbres !) avec des bancs accueillants.

Jus d'orange

Les oranges viennent du pays. Le mot laranja, signifie " orange " en arabe. C'est toujours magique de voir les orangers couverts de fruits en hiver. Et cela promet des jus d'orange dans tous les endroits où l'on vous propose du sumo de laranja natural. Pas cher, parfumé et plein de vitamines, l'antidote idéal des caipirinhas.

Porto

On ne parlera pas ici de la ville, mais du vin qui fermente en tonneau à l'est de celle-ci. Alors que les vins français étaient sous embargo en Angleterre, les vins de la haute vallée du Douro étaient déjà réputés, mais voyageaient mal. Un négociant anglais en panne de chiffre d'affaires eut la brillante idée de les couper avec de l'eau-de-vie de moût. Ne hurlez donc pas à la mondialisation en voyant les noms de Taylor's ou de Kopjke sur les bouteilles, ce sont les plus vieilles marques ! Depuis le passage éclair des troupes de Napoléon, la France, pas rancunière quand il s'agit de bibine, est devenue le premier client (mais les meilleurs portos vont chez les Anglais). Le porto peut-être branco, c'est-à-dire blanc, parfois extra seco (notre préféré). Il se boit très frais à l'apéritif, une spécialité presque inconnue en France. Le porto rouge, qui se boit généralement avec un fromage fort, au dessert ou en digestif, est communément un assemblage de diverses années et propriétés (blend). Quand il ne vient que d'une seule propriété, il porte son nom (quinta...). Quand il ne vient que d'une seule et excellente année, c'est un vintage. Selon son âge, il sera tinto (c'est-à-dire foncé, le plus jeune), ruby ou tawny, très pâle. Les vintages, parfois vieux de plus de 40 ans, sont, bien entendu, les préférés des amateurs. C'est un vin de dessert par excellence. Un vieux porto s'apprécie comme un excellent vin, on ne laisse pas une bouteille entamée. Hips ! Dans l'ensemble du Portugal, vous aurez plusieurs occasions de faire sa connaissance, mais rappelez-vous que le porto ne doit pas éclipser les vins du Douro qui sont remarquables.

Récapitulatifs des différentes variétés des vins de Porto :

Tinto : jeune rouge, corsé obtenu en mélangeant plusieurs variétés de raisins rouges. Certaines années exceptionnelles, un seul type de raisins est utilisé pour obtenir un vintage millésimé.

Tinto-alourado : un peu plus vieux et de couleur rubis.

Alourado : couleur acajou ambré, 3 à 5 ans d'âge.

Alourado claro : plus clair que le précédent, 10, 20, 30 ou 40 ans d'âge.

Branco : porto blanc fabriqué à partir de raisins blancs. Jeune, il est sec et clair. En vieillissant, il fonce un peu et devient plus doux.

Thé

Par un étrange mystère, le thé est un peu inégal dans le pays, alors que ce sont pourtant les Portugais qui l'ont rapporté en Occident (le tschah chinois, transcrit chà en portugais, est devenut tea en anglais puis " thé " en français). Essayez le thé noir (chá preto), l'un de nos préférés ! Pour vous consoler de ne pas aimer le café, essayez aussi le chá de limão ou carioca de limão, à la brésilienne. C'est une tasse d'eau bouillante avec un zeste de citron (environ 0,50 €). De la même façon, il est possible d'obtenir un carioca de café, en passant des grains de cafés sous la vapeur brûlante de la machine et en ajoutant de l'eau bouillante.

Vins

Savoureux et, bien souvent, bon marché en regard de sa qualité. On trouve de bons vins pour tous les jours à moins de 3 € et de bonnes bouteilles à partir de 7 €, et à 15 €, on commence à se faire plus que plaisir.

Vinho verde (" vins verts ") : blancs ou rouges, de 8° à 11°, produits dans le Minho et le Douro (Ponte de Lima, Ponte da Barca) et issus de raisins très peu sucrés.

Léger, doucement frisant sur la langue, il se consomme très frais (de 7° à 8°) et met en valeur les plats de poissons ou coquillages. Le vinho verde est un vin jeune (d'où son nom) et légèrement pétillant.

Le blanc est incontestablement le meilleur et le plus répandu, il se boit surtout en apéritif ou avec des fruits de mer.

Les vinho verde blancs les plus connus sont le Casal Garcia et le Quinta da Aveleda.

Vins du Dão : blancs ou rouges (corsés), produits au sud du Douro (Grão Vasco), un des vins les plus élégant en vieillissant avec l'âge.

Vin de la Bairrada : De très bons rouges (cépages Baga) qui vieillissent à merveille, et d'excellent espumante (champagne).

Vins de l'Estremadura : colares (rouges, les connaisseurs disent qu'ils rappellent les médocs) et bucelas (blancs secs acidulés) très réputés, et aussi l'excellent Quinta da Bacalhoa ou encore le Carcavelos (très rare, malheureusement).

Vins de la région de Setúbal : le moscatel, vin de muscat cuit et très sucré.

Vins de l'Alentejo : très bons vins fruités, d'une forte intensité, très colorés, des arômes de fruits murs avec beaucoup de corps. Quelques suggestions comme le Borba, le Reguengos et l'Esporão, excellent.

Vins de l'Algarve : des vins récents élaborés avec un mélange de cépages portugais et cépages français. Vins très fruités, peu acide avec une teneur élevée en alcool.

Le bacalhau, un poisson du nord de l'Atlantique

La morue est un cabillaud salé et séché. Les deux termes viennent du même mot hollandais, et on l'appelle aussi " l'ami fidèle " en portugais. C'est le plat national !
Dès le Moyen Age, de fins voiliers (il faut suivre les bancs de poisson) partent à l'assaut des mers froides de l'Atlantique. Il était impératif pour eux de trouver un aliment non périssable qui pourra supporter des mois de voyage, leur servant ainsi d'aliment de base lors de leurs périples marins. Ils eurent l'idée de la saler, puis de la faire sécher au soleil, sur les bateaux. Grâce à la morue, les expéditions se passèrent alors dans de meilleures conditions. Le Portugal commença alors un intense commerce du cabillaud en envoyant de nombreux bateaux de pêche jusqu'au Pôle Nord pour pêcher le précieux poisson et offrir des protéines précieuses à la population en proie à la famine. L'huile de foie de morue très riche en vitamine B était administrée aux enfants par les grands-mères jusqu'en France ! Depuis cette époque, la pêche du bacalhau est effectuée au large du Canada et de la Norvège principalement. L'histoire de la route du bacalhau est aujourd'hui racontée à travers les bateaux de pêche historiques que vous pouvez visiter à Aveiro ou à Viana do Castelo.
A partir de ce poisson emblématique, le Portugal a inventé plus de 1 000 recettes et bien que ce soit devenu un poisson cher, tous les restaurants le proposent. C'est aussi le plat principal du repas de Noël.

Conseils d'achat : vous choisirez un morceau plutôt sur une grande morue, les petites comportent plus d'arêtes et sont souvent trop sèches. La pièce doit être légère et bien blanche, lorsqu'elle est lourde et de couleur jaunâtre, cela est synonyme de mauvais séchage. L'épaisseur doit être également importante de manière à obtenir après dessalage des morceaux épais d'au moins 4 cm. Dessalez les morceaux pendant 3 jours en changeant l'eau 3 fois, puis cuisinez-les.

Habitudes alimentaires
<p>Les pastéis de nata, spécialités culinaires du Portugal.</p>

Les pastéis de nata, spécialités culinaires du Portugal.

Les repas. Le petit déjeuner (pequeno almoço) est en général frugal, sauf dans les pousadas et grands hôtels où tout est servi en abondance, salé et sucré à l'anglaise. Le déjeuner (almoço) se prend entre 13h et 14h30. On dîne (jantar) cependant assez tard, cela dépend des régions et de la saison. Elle règle générale on traîne longtemps à table.

Les restaurants. Les plus modestes sont les casas de pasto (des adresses simples et bon marché) et les tavernes (tascas). Dans les catégories supérieures, vous pourrez vous rendre dans les brasseries (cervejarias), (marisqueiras) pour le poisson et fruits de mer ou (churrasqueiras) spécialisées en viande grillée et puis dans des grands restaurants. Les portions servies étant souvent pantagruéliques, demandez une meia dose (demi-portion) pour une personne, c'est amplement suffisant. Le menu se dit lista ou menu, mais il n'est pas systématique ; vous mangerez plus souvent ementa (à la carte) au Portugal.

Si vous êtes du genre curieux, demandez o prato do dia (le plat du jour) : il présente le triple avantage d'être servi rapidement, d'être frais et d'être bon marché.

Mise en garde : ne vous y trompez pas, les petites entrées disposées sur la table (fromage, charcuterie, olive) sont payantes et se révèlent parfois plus chères que le plat lui-même ; vous n'êtes pas obligé de les consommer. Regardez les prix sur la carte si quelque chose vous tente.

Adresses Futées du Portugal

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis