Kim est suivie par plus de 110 000 followers sur son compte Instagram Kim.ou. Photographe de formation, elle y poste de superbes clichés à travers le monde, et nous a raconté ses plus belles expériences voyage.

Votre compte instagram Kim.ou cartonne avec plus de 110 000 followers, comment tout a commencé ?

Kim : " En fait, j'ai toujours adoré la photo et j'ai commencé il y a 8 ans sur Instagram. Au départ pour moi c'était une simple application pour éditer des photos, mais j'ai vite réalisé que c'était beaucoup plus que cela, qu'il existait une vraie communauté Instagram. À l'époque, j'étais au début de mes études, en pharmacie dans la ville de Bâle, mais je sentais que la photo était ma vraie passion. Alors j'ai décidé d'en faire mon métier et je suis partie à Londres à l'Université des Arts où j'ai obtenu mon bachelor. Puis j'ai décidé de m'installer à Londres où je vis depuis 6 ans et, petit à petit, je suis devenue instagrameuse de voyage. Aujourd'hui je voyage à travers le monde et j'ai la chance de pouvoir en vivre. "

Récemment vous avez fait un road trip en Californie, que recommandez-vous ?

Kim : " J'ai fait un road trip l'été passé sur la route 395. Je suis partie de la Vallée de la Mort jusqu'à Mammoth puis j'ai pris la route pour Tahoe. Juste après Mammoth, il y a un endroit magnifique qui s'appelle Monolake, il faut vraiment y aller pour admirer le lever du soleil, c'est sublime. Juste après Mono lake, il y a une ville qui s'appelle Bodie, c'est une des plus belles villes fantômes qui soit. En fait, c'est une ville surprenante, car elle a été quittée précipitamment, sans qu'on puisse vraiment l'expliquer... Tous les rayons des magasins et des pharmacies sont encore pleins, les cahiers de l'école sont éparpillés par terre... On peut voir une multitude de lieux et d'objets qui ont été abandonnés. Et puis il y a cette légende autour de tous ces objets : il est fortement déconseillé aux visiteurs d'en emporter un, car, au-delà du fait que ce serait bien sûr mal vu, ces objets seraient tous hantés et une malédiction s'abattrait sur tous ceux qui se risqueraient à en emporter. "

Avez-vous eu d'autres coups de coeur lors de ce road trip ?

Kim : " J'ai eu la chance de faire 3 ou 4 road trips en Californie déjà. Mais mon road trip préféré c'est celui de la Highway 1, c'est la route de la côte. L'an passé on a eu la chance de célébrer la réouverture de cette route. À cette occasion, on a fait un rallye depuis le circuit de F1 à Laguna Seca jusqu'à Morro Bay vers San Luis Obispo. On était dans des voitures qui dataient de 1934 à 2018 et moi j'étais dans une Citroën 2 chevaux de 1978 avec mon chauffeur. Il s'appelait Bill Young et il avait 80 ans ! On s'est raconté nos vies sur la route et ce sont des souvenirs inoubliables. "

En dehors de la Californie, quel autre voyage vous a marquée récemment ?

Kim : " J'ai beaucoup aimé le Rwanda. J'y suis allée en février dernier en partenariat avec Visit Rwanda. C'était donc 25 ans après le génocide. C'est vraiment un des pays qui m'a le plus marquée, car je me suis rendu compte à quel point on pouvait avoir plein de préjugés à l'égard d'un pays, par rapport à son histoire. Et je ne m'attendais pas du tout à ce que j'ai trouvé sur place. C'est un pays où les gens sont très ouverts, très positifs, avec un vrai sens de l'innovation. J'ai bien sûr découvert les beaux paysages du Rwanda et je suis allée voir les gorilles, mais ce sont surtout les gens qui m'ont touchée. Ils étaient très authentiques et avec un vrai esprit d'initiative, car ils font tout pour avancer et régler les problèmes de leur pays par eux-mêmes, sans trop attendre d'aide de l'extérieur. J'ai trouvé cela très intéressant et on devrait en prendre de la graine en Europe ! "

D'autres destinations vous ont charmée ?

Kim : " Cela fait 6 ans que je vis au Royaume-Uni et j'y ai noué une histoire d'amour avec l'Irlande notamment. J'aime beaucoup la Suisse bien sûr, tout d'abord parce que je suis suisse (rires) et que c'est la maison, mais aussi parce que les paysages sont vraiment beaux. Mais un des derniers voyages qui m'a vraiment marquée dernièrement c'est le Japon. Je suis allée dans l'île du sud, Kyushu, dans le cadre d'un partenariat avec le gouvernement japonais et cela a été un dépaysement total plein de magie. La Laponie finlandaise que j'ai visitée à l'automne passé m'a également beaucoup plu et je me souviens encore des plongeons dans l'eau froide en pleine nature après le sauna ! Une sacrée expérience. "

Mais comment avez-vous réussi à fédérer plus de 110 000 fans autour de votre compte Instagram ?

Kim : " Cela fait très longtemps que je suis sur Instagram, quasiment depuis les débuts. Comme j'ai commencé à développer mon compte Instagram quand je me suis installée à Londres, j'ai noué des amitiés avec beaucoup d'instagrameurs sur place, car je ne connaissais personne. Et eux-mêmes avaient déjà une importante communauté et ils ont commencé à me suivre. C'est ainsi que j'ai commencé à augmenter mon nombre de followers, puis j'ai été de plus en plus suivie et ma communauté a continué à grandir après. "

Vous avez seulement 26 ans et pourtant vous signez de nombreux contrats avec des organismes et des marques pour votre compte Instagram, comment avez-vous acquis un tel savoir-faire ?

Kim : " J'ai de la chance, car ma mère et mon beau-père avaient un magasin de piscines en Suisse, j'ai grandi dans le magasin et dès l'âge de 13 ans je tenais le magasin moi-même ! Je pense que c'est là que j'ai acquis les techniques du marketing et que j'ai appris à vendre. Je pense aussi que tout est basé sur le relationnel et l'aspect humain, le networking. Je vais à beaucoup d'évènements et de soirées, cela aide beaucoup. "

Suivez le compte Instagram de Kim en cliquant ici

Retrouvez l'intégralité de l'interview en écoutant le podcast de l'entretien ici.