Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : La Côte d'Opale et son arrière-pays

La Côte d'Opale et son arrière-pays

Des faubourgs ouest de Dunkerque au Crotoy, la Côte d'Opale déroule ses plages de sable blanc, ses falaises de craie, ses dunes et ses marais. Les trois grandes villes côtières de ce parcours sont Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche de France en termes de ventes, Calais, qui accueille le tunnel sous la Manche et constitue la plus importante liaison maritime d'Europe vers la Grande-Bretagne, et Dunkerque, fief de la métallurgie et des industries. Pour les jolis paysages, c'est davantage du coté de sud et sud-ouest de ce circuit qu'il faudra regarder. Entre Boulogne et Calais, arrêtez-vous à la station balnéaire de Wimereux, dans les jolis villages de pêche d'Audresselles ou de Wissant, et admirez les nombreuses villas anglo-normandes typiques du début du siècle. En cours de route, ne manquez pas la vue des superbes falaises de Cap-Gris-Nez et Cap-Blanc-Nez. A partir de Calais, prenez la direction de Dunkerque, que vous traverserez rapidement avant de faire une petite incursion en Belgique par De Panne et Veurne. Prenez ensuite la direction de Saint-Omer. Aux portes de la ville, vous traverserez le marais audomarois et sa réserve naturelle qui abrite une faune et une flore exceptionnelles. Allez visitez la Coupole (ou, plus loin sur la route, le blockhaus d'Eperlecques), un gigantesque bunker souterrain conçu par les Nazis, en 1943-1944, pour stocker, préparer et lancer les fusées V2. Revenez vers la côte au travers du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, sur des routes agréables et relativement droites, avec une alternance de champs et de massifs boisés.

La Côte d'Opale et son arrière-pays
La Côte d'Opale et son arrière-pays
Circuit 17
Circuit 17
Circuit 17 b
Circuit 17 b
Boulogne-sur-MerHaut de page

Ville d'Art et d'Histoire dont l'origine remonte à l'époque romaine, Boulogne est aujourd'hui le premier port de pêche français et la première plate-forme européenne de transformation des produits de la mer. La cité est divisée en trois zones distinctes : la haute ville encore appelée vieille-ville, la basse ville et le front de mer. En 1943 et 1944, les quartiers populaires proches du port (notamment le quartier Saint-Pierre) ont presque entièrement été rasés par les bombardements, ce qui explique l'architecture typique de l'après-guerre qui les caractérise à présent. A voir dans la vieille ville : les fortifications médiévales et leur pièce maîtresse, le château comtal qui abrite les collections du musée de Sainte-Beuve, le beffroi qui est l'ancien donjon du premier Château des comtes de Boulogne, l'hôtel de ville et sa salle des gouverneurs, la basilique Notre-Dame de Boulogne et sa crypte. Enfin, ne ratez pas la visite de Nausicaá, le centre de la mer.

Le cap Gris-Nez et la baie de Wissant
Le cap Gris-Nez et la baie de Wissant

La ville actuelle résulte de la réunion, en 1885, des deux cités mitoyennes de Calais et de Saint-Pierre, la première bourgeoise et l'autre ouvrière. De ce passé, la ville se retrouve aujourd'hui scindée en deux parties. La première, nommée Calais Nord, est près des quais, où se situe le centre-ville avec ses restaurants et ses brasseries aux noms anglais, ses hôtels et ses magasins de souvenirs. Il s'agit de la ville originelle. De l'autre côté de la voie ferrée, Calais Sud, l'ancien Saint-Pierre, où semble se dérouler une vie plus locale et plus laborieuse. Connue pour ses six bourgeois qui remirent, en 1346, les clefs de la ville au souverain anglais Edouard VII, après un siège de 11 mois, Calais devint, au XIXe siècle, un grand centre textile, et inaugura, en 1821, la première ligne du continent desservie par un paquebot à vapeur. De nos jours, le tunnel sous la Manche, l'Eurostar et les autoroutes A16 et A26 ont fait d'elle la capitale du Transmanche, porte de France et de l'Europe continentale. Calais est toujours une ville portuaire de première importance qui se place deuxième port mondial de voyageurs et quatrième port de commerce de France. Malgré des destructions importantes pendant les deux guerres mondiales (la ville fut détruite à 90 % lors de la seconde), la cité peut se vanter aujourd'hui de posséder des monuments exceptionnels.

Calais.
Calais.
GravelinesHaut de page

Perçue par certains comme hostile à cause de sa centrale nucléaire, la ville de Gravelines est une ville où il fait bon vivre. Comme d'autres villes des alentours comme Bergues, Gravelines est également connue pour ses fortifications : celles du Pré carré de Vauban qui fut nommé gouverneur de la ville en 1706.

Vue aérienne de Gravelines
Vue aérienne de Gravelines
DunkerqueHaut de page

Les origines de Dunkerque remontent au VIIe siècle. Achetée aux Anglais par Louis XIV en 1662, la patrie de Jean Bart est aujourd'hui une place industrielle importante, avec ses chantiers navals, ses raffineries, son port (3e port de commerce en France) qui peut accueillir des navires géants de 300 000 à 450 000 tonnes. Dunkerque souffrit beaucoup pendant la guerre, puisque les bombardements la détruisirent à peu près à 90 %.

L'histoire de Bergues est liée à celle de Saint-Winoc. Pourtant, la fondation de la cité remonte à l'époque gallo-romaine, bien que faisant partie de la Belgique. Ce n'est vraiment qu'au VIIe siècle que Bergues prit son identité " française ", puisque saint Winoc y créa une paroisse. Après les durs affrontements de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, elle dut subir quelques changements qui la conduisirent à devenir cette petite ville si tranquille des Flandres rendue célèbre par le film de Dany Boon : Bienvenue chez les Ch'tis.

Vue aérienne de Bergues
Vue aérienne de Bergues
Saint-OmerHaut de page

C'est l'évêque Audomar, fondateur au VIIe siècle de l'abbaye Saint-Bertin, qui donna son nom à la région et à la ville. Au IXe siècle, face aux invasions normandes, les premiers Audomarois défendent la butte sur laquelle est installée l'église (qui deviendra collégiale puis cathédrale) en l'entourant d'une enceinte de terre et de bois. Ce n'est qu'au Xe siècle que le comte de Flandre fait élever une motte castrale dans cette enceinte qui se transforme en ville commerçante. Au XIXe siècle, l'abbaye Saint-Bertin, située au pied de la ville, n'est plus que ruines, et la cathédrale est devenue le seul pôle religieux important de la commune. Bien que gravement touchée par les deux guerres mondiales, Saint-Omer reste de nos jours une des villes les plus touristiques du Pas-de-Calais.

L'histoire d'Arques se rapproche de celle de Saint-Omer sur de nombreux points, notamment la participation des abbés Bertin et Omer à son développement. Capitale de la cristallerie, elle a acquis une réputation égale à celle de Baccarat. Une tradition ancienne et aujourd'hui faisant appel à des techniques modernes. 80 % de la production est exportée. Cette industrie locale est la première au monde pour la verrerie de table.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté