Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : De Colmar au Mont Sainte-Odile

De Colmar au Mont Sainte-Odile

Circuit 35
Circuit 35

Lassé de la plaine d'Alsace ? La Route des Vins est vue et revue ? A partir de certaines villes ou villages de la vallée, offrez-vous une balade dans les hauteurs vosgiennes. A vous les cols et les forêts de sapins. La mise en bouche commence par la très belle route D415 en direction du village de Bonhomme, dont vous délaisserez le col pour le moment. Après avoir bifurqué au village et franchi le col des Bagenelles, poursuivez jusqu'à Sainte-Marie-aux-Mines. Traversez rapidement la ville (qui possède néanmoins un passé historique très riche du fait de ses anciennes mines d'argent) et reprenez la grimpette par le col du Haut de Ribeauvillé. De retour en plaine, à Ribeauvillé, suivez la Route des Vins jusqu'à Andlau. De là, gravissez à travers bois la superbe route menant au mont Saint-Odile via le village du Hohwald. Malgré la beauté des lieux et du monastère qui s'y trouvent, on se rappellera qu'ici, en 1992, un Airbus A320 s'écrasa en plein hiver dans la forêt, faisant 87 victimes, et qu'il fallut plusieurs heures aux secouristes pour les atteindre. Prenez le temps de visiter le monastère dédié à sainte Odile, patronne de l'Alsace, et d'admirer la vue sur la plaine du Rhin. Après une belle descente vers la vallée de l'Ehn, remontez sur la route des crêtes que vous suivrez jusqu'au col d'Urbeis (certains pourront faire un détour par le camp du Struthof, ancien camp de concentration et haut lieu de mémoire, à Natzwiller, sur la D130 en direction de Schirmeck). Du col d'Urbeis, nouvelle descente dans une autre vallée (proche de celle de la Meurthe, assez industrialisée), à Provenchères-sous-Fave, avant de remonter à partir de Bertimoutier vers le col de Mandray, Plainfaing et d'atteindre, finalement, le célèbre col du Bonhomme, marquant la limite du Haut-Rhin et des Vosges. De très beaux virages vous attendent ensuite, notamment à partir du lac Blanc, jusqu'à Munster et vous assurent une très belle fin de balade. Si vous ne l'avez pas encore fait, visitez Colmar et son centre historique.

De Colmar au Mont Sainte-Odile
De Colmar au Mont Sainte-Odile

Élue meilleure destination européenne 2018, Colmar est une ville prospère typiquement alsacienne, trop paisible peut-être pour certains de ses habitants qui souhaiteraient que la belle endormie sorte un jour de sa torpeur. Son centre-ville ressemble à un musée à ciel ouvert. Classée parmi les plus belles villes de France, c'est donc tout naturellement que Colmar attire été comme hiver des milliers de touristes qui apprécient son unité architecturale. Ses maisons à colombages bigarrées, dont certaines semblent se tordre sous le poids d'une longue histoire tourmentée, ses bâtiments de style Renaissance et son musée Unterlinden en font une cité attractive que certains considèrent comme le coeur de l'Alsace. C'est aussi ici, à mi-chemin entre la porte nord (Marlenheim) et la porte sud de la Route des Vins (Thann) que la culture viticole s'exprime le plus ouvertement. À ne pas manquer : la Maison des Têtes, le Koifhus, la Petite Venise, et les marchés de Noël pour faire le plein de magie. Colmar est la ville natale d'Auguste Bartholdi (1834-1904), le sculpteur a qui l'on doit notamment la statue de la Liberté de New York et le Lion de Belfort.

AmmerschwihrHaut de page

Une ville tellement opulente au XIVe siècle qu'elle appartenait à trois souverains. L'Empereur, le seigneur de Ribeaupierre et le seigneur de Hohlandsberg... Des clichés pris avant la Seconde Guerre mondiale montrent que le village n'avait rien à envier à Riquewihr. Les violents bombardements de 1944 détruiront la majeure partie d'un magnifique patrimoine. Un imposant crucifix de 1606 a été épargné par les bombes, il est conservé aujourd'hui en l'église Saint-Martin. La cité viticole est réputée pour son fameux Kaefferkopf, terroir classé grand cru depuis 2007.

Vignoble à Ammerschwihr.
Vignoble à Ammerschwihr.
KaysersbergHaut de page

Kaysersberg qui signifie le mont de l'Empereur selon son étymologie germanique était un important point de passage vers la Gaule. Aujourd'hui, ce petit village charmant, conserve une bonne place aux côtés de ses deux principaux concurrents Riquewihr et Ribeauvillé. Kaysersberg vous séduira par son église de grès rouge, sa petite fontaine, son pont fortifié datant de 1514 et sa rue principale pavée. Le donjon du château impérial de Kaysersberg surplombe la ville. Des randonnées sont possibles pour le découvrir. La ville natale du docteur Albert Schweitzer est également une petite cité active qui conserve, protégée par ses nombreux remparts, de beaux vestiges du passé : l'Hôtel de Ville Renaissance, l'église Sainte-Croix avec en particulier un beau portail roman et à l'intérieur un superbe retable sculpté du XVIe siècle.

Sainte-Marie-aux-MinesHaut de page

Bien que la ville doive son nom aux anciennes mines d'argent de la région, ce ne fut pas sa seule source de richesse. En effet, à partir du XVIIIe siècle, face au déclin des mines, la filature du coton apporta une nouvelle prospérité à la ville et à la vallée. A la fin du XIXe siècle, plus de 25 000 personnes étaient employées dans la confection textile, et ce, jusqu'à 80 km à la ronde. Toutefois, confrontées à une importante crise économique, les usines textiles durent fermer leurs portes dans les années 1960 et 1970, entraînant du même coup une forte hémorragie démographique. Aujourd'hui, les revenus les plus importants de la ville sont issus de l'exploitation forestière.

RibeauvilléHaut de page

Au Moyen Age, la cité fut le siège des Ribeaupierre, une puissante seigneurie à l'origine de l'édification des trois châteaux forts : le Saint-Ulrich - le plus imposant -, le Girsberg - le moins bien conservé -, et le Haut-Ribeaupierre - le plus élevé. Sur leur éperon rocheux, ces ruines, majestueuses, dominent fièrement la cité médiévale. Le panorama y est merveilleux. Pour sa part, le centre hisorique de Ribeauvillé arbore de très belles maisons, un Hôtel de Ville XVIIIe siècle, la tour des Bouchers, et un beffroi du XIIIe siècle avec une belle horloge, plus tardive. L'église du couvent est de style gothique tardif - 1473 - et l'église Saint-Grégoire, de style gothique elle aussi, renferme un bel orgue et le caveau des seigneurs de Ribeaupierre.

Le HohwaldHaut de page

Station climatique de moyenne montagne, Le Hohwald est un joyau naturel, un havre de paix et de détente. Facilement accessible depuis la route des Vins, le mont Sainte-Odile ou le Champ du Feu, il est le point de départ idéal de nombreuses promenades bucoliques, le lieu rêvé pour une villégiature paisible. Ceci sans oublier son grand ensoleillement et son bon air pur. Très apprécié le week-end par les Strasbourgeois, il dispose de nombreuses pistes de ski de fond ainsi que de 120 km de sentiers balisés à travers la prairie et la forêt. Il offre également un panorama unique.

En provenance du Hohwald, il n'est pas nécessaire de rejoindre Ottrott pour accéder au mont Sainte-Odile, intérêt majeur sur le territoire de la commune.

A voir / A faireHaut de page
Le mont Sainte-Odile

Culminant à une altitude 763 m, le mont Sainte-Odile est célèbre pour son monastère du VIIe siècle, extrêmement bien conservé, et ses pèlerinages. A proximité, on trouve également les vestiges d'une ancienne muraille, le " mur païen ", d'une longueur totale de 11 km. Par temps clair, la vue sur la plaine d'Alsace s'étend jusqu'à la Forêt-Noire, à une cinquantaine de kilomètres de là.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté