Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Le Mont Pilat

Le Mont Pilat

Circuit 61
Circuit 61

Le Pilat est un massif de moyenne montagne qui s'étend au sud-est de Saint-Etienne et dont le point culminant est le crêt de la Perdrix (1 432 m). Le circuit que vous allez parcourir est relativement court (moins de 200 km) mais suffisamment intense pour satisfaire les plus exigeants. Il ne comporte pour ainsi dire que des virages et de nombreux cols, dans des paysages où alternent vallées riantes et forêts profondes. En limite sud du tracé, la vallée de la Déôme (ou Deume) accueille les principaux bourgs que vous traverserez : Saint-Sauveur-en-Rue, Bourg-Argental et Saint-Julien-Molette. Plus loin, à la limite est du Parc naturel, Pélussin surplombe la vallée du Rhône, dans laquelle vous ferez une brève incursion par Chavanay, avant de remonter progressivement en altitude. Alors que les forêts de sapins et les hêtraies dominent sur les hauteurs et le versant nord, les sommets du Pilat, appelés crêts, sont couverts de landes et offrent de magnifiques panoramas sur les Alpes et le Massif central. Le point de vue le plus intéressant se situe au crêt de l'oeillon (1 370 m), accessible par une petite route à partir du col du même nom. Toujours à proximité du col de l'oeillon, ne manquez pas de vous rendre au site des Trois Dents. Les pics qu'on y trouve (trois en particulier) forment un ensemble magnifique et une belle plate-forme d'observation. En passant au Bessat, vous croiserez la route de la Jasserie (D8.6), qui permet de rejoindre la table d'orientation du crêt de la Perdrix. Dans les derniers kilomètres de l'itinéraire, en périphérie de Saint-Etienne, allez jeter un oeil au gouffre d'Enfer, un barrage construit sous Napoléon III et dont les alentours sont un lieu de promenade très populaire pour les Stéphanois.

Le Mont Pilat
Le Mont Pilat
Saint-EtienneHaut de page

Peuplée de 180 000 habitants, Saint-Etienne est la deuxième commune de la Région Rhône-Alpes derrière Lyon. Elle est établie sur le Furan (difficilement visible), au pied du mont Pilat. Déjà réputée au Moyen Age pour son artisanat de coutellerie, la ville le devint également, au XVIIIe, pour la fabrication de rubans. La Manufacture royale d'Armes s'y établit en 1764, et les premières grandes industries de la rubanerie après 1772 (une cinquantaine d'entreprises et 3 000 personnes travaillent encore dans ce secteur dans la région stéphanoise). L'exploitation du charbon lors de la révolution industrielle permit un développement économique rapide de Saint-Etienne autour de deux grandes entreprises : la Manufacture d'armes (1862), dont est issu le fusil actuel de l'armée française, et l'entreprise Manufrance (1885), spécialisée dans la production de fusils de chasse mais aussi de machines à coudre, de bicyclettes, de matériel de pêche, et dans la vente par correspondance. Dans les années 1970, la ville connut une importante chute économique, puis démographique, du fait de la crise minière. La Manufacture d'armes résista aux difficultés jusqu'en en 2001, date de la fermeture définitive de ses bâtiments. Une partie fut reconvertie en Cité du Design (2009). Pour sa part, la société Manufrance a été reprise dès 1985. Si la vente par correspondance continue, les bâtiments initiaux ont été transformés en pôles tertiaire et d'enseignement. On y trouve, entre autres, le Planétarium et l'Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne. Un magasin de vente Manufrance est toutefois établi au centre-ville. Une visite rapide de la ville se concentrera essentiellement dans les quartiers Vieille-Ville et Saint-Jacques-Chavanelles, tous deux limitrophes et au coeur de la cité stéphanoise. A voir dans le quartier Vieille-Ville : la place du Peuple et la tour de la Droguerie (XVIe) ; la maison François Ier (XVIe) et la Grand-Eglise (XVe), place Boivin ; l'hôtel particulier de Jullien-Chomat de Villeneuve (XVIIe), rue Gambetta (occupé par le musée du Vieux Saint-Etienne) ; l'église Sainte-Marie (XIXe), rue Elise-Gervais ; la place Jean-Jaurès et la cathédrale Saint-Charles (XXe). A voir dans le quartier Saint-Jacques-Chavanelles (l'ancien quartier des armuriers) : la place Neuve ; la rue Denis-Escoffier, avec son groupe de maisons du XVIIe ; la maison Feugerolles, composée d'un très bel escalier et loggia du XVIIIe siècle. Les inconditionnels du ballon rond pourront rejoindre le quartier Carnot-Le Marais, afin de visiter le stade Geoffroy-Guichard, le lieu mythique où " les Verts " et Dominique Rocheteau firent vibrer les foules, il y a déjà presque 40 ans, et se rendre au Musée des Verts, inauguré en décembre 2013.

Saint-Genest-MalifauxHaut de page

Saint-Genest-Malifaux abrite quelque 3 000 habitants, ainsi que des maisons en granite et des anciennes fermes rénovées qui confèrent tout son charme à cette bourgade, perchée à 1 000 m d'altitude. On notera la présence de sites touristiques, parmi lesquels la Font Ria, une source sacrée, le château du Bois daté de 1583, le château de Pérusel de 1856, l'église du XVe siècle et, plus moderne, l'espace culturel Jules Verne.

Bourg-ArgentalHaut de page

Situé au fond d'une vallée verdoyante, Bourg-Argental est un agréable village du Parc du Pilat qui a su préserver son patrimoine historique et naturel. Quelques bâtisses datent du XIIe siècle et la maison du Châtelet, qui abrite l'office de tourisme et des salles d'exposition, a été construite sur la base des anciennes fortifications du bourg. Il ne reste cependant que des ruines du vieux château. L'église Saint-André, édifiée en 1854, possède un beau portail roman du XIIe siècle.

Saint-Julien-Molin-MoletteHaut de page
A voir / A faireHaut de page
PélussinHaut de page

Sur le versant ensoleillé du Pilat, à quelques 500 m d'altitude, cette charmante petite ville médiévale, chef-lieu de canton et peuplée de 3 500 habitants, mérite un arrêt. Le village est constitué de trois étages successifs qui s'étirent le long de la route et peuvent donner lieu à une balade à pied. Avec l'élevage des chèvres, l'économie est ici principalement dominée par l'arboriculture.

ChavanayHaut de page

Au pied du Pilat, au bord du Rhône, bordé par les coteaux plantés de vignes de grands crus (condrieu et saint-joseph), Chavanay est un charmant village le long de la D1086. Promenez-vous à travers les ruelles moyenâgeuses de ce petit bourg pour aller jeter un oeil aux tours, au vieux moulin désaffecté dont les meubles sont encore visibles, sans oublier l'église du XVIIe siècle récemment restaurée. A voir également : la chapelle du Calvaire (XVIIe-XVIIIe siècles), située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et la Madone d'Izeras, haute de 17 m, et surplombant un panorama magnifique.

Réparations hors circuitHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté