Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Sainte-Baume et Sainte-Victoire

Sainte-Baume et Sainte-Victoire

Circuit 76
Circuit 76

A partir de Marseille, que vous n'aurez pas manqué de visiter, cette virée provençale va vous permettre de longer les superbes calanques de Cassis par la route de la Gineste (D559) avant d'atteindre La Ciotat par le cap Canaille, puis de remonter via Le Castelet et son célèbre circuit Paul Ricard vers les deux superbes massifs de la Sainte-Baume et de la Sainte-Victoire. A cheval sur le Var et les Bouches-du-Rhône, le massif de la Saint-Baume est recouvert d'une forêt exceptionnelle, remarquable par sa double orientation. Au nord, la végétation correspond aux forêts que l'on trouve quelques centaines de kilomètres plus haut (hêtres, houx, ifs, érables, tilleuls) ; au sud, la végétation reste plus typiquement méditerranéenne (pins, arbousiers, chênes verts). Cette forêt recouvre 140 ha à une altitude comprise entre 680 m et 1 000 m. Considérée comme une " relique ", cette forêt est aujourd'hui classée en Réserve biologique domaniale. On n'y abat des arbres que pour assurer sa régénération. A l'ouest du circuit, la Sainte-Victoire culmine à 1 011 m au pic des Mouches, sommet des Bouches-du-Rhône. Elle contraste avec la face nord, plus douce, descendant en plateaux vers la Durance. La route permet de faire le tour du massif en commençant par le versant nord avant de revenir par le sud, après Aix (dont la visite est incontournable). La Sainte-Victoire offre de multiples points de vue, notamment sur la croix de Provence, haute de 17 m, qui domine la partie occidentale de la montagne. Celle-ci doit en partie sa renommée à Cézanne qui, natif d'Aix, représenta des dizaines de fois cette montagne qui le hantait. S'il a rendu célèbre sa silhouette, d'autres peintres ont été attirés par la montagne Sainte-Victoire. Picasso est enterré dans le parc du château de Vauvenargues, qu'il avait acheté à la fin de sa vie. Les terres de ce château abritent également un circuit renommé, mais peu adapté à la moto, le circuit du Grand Sambuc. A savoir : du 1er juin au 30 septembre, l'accès aux massifs forestiers des Bouches-du-Rhône est réglementé par arrêté. Le niveau de danger " feu de forêt " (orange, rouge ou noir) est déterminé chaque jour pour chaque massif forestier, au plus tard à 18h pour le lendemain. Le niveau noir indique qu'aucune circulation n'est autorisée dans le massif considéré.

Pour plus d'informations, voir le site : www.myprovence.fr/enviedebalade

Sainte-Baume et Sainte-Victoire
Sainte-Baume et Sainte-Victoire
MarseilleHaut de page

Adulée par les uns, décriée par les autres, Marseille, deuxième ville de France par sa population (850 000 habitants intra-muros), et également la plus vieille ville de l'Hexagone. Elle fut fondée au VIe siècle av. J.-C. par des marins grecs sous le nom de Massalia. C'est une ville qui monte et descend au gré de ses quartiers, entourée de pinèdes, de roches calcaires et de garrigues. Bien que naturellement orientée vers la mer, c'est aussi une cité culturelle très riche qui fut Capitale européenne de la Culture en 2013 et qui, à cette occasion, créa ou enjoliva plusieurs sites majeurs. Ainsi, tout au bout de la célèbre Canebière, son Vieux-Port a fait l'objet d'une importante restructuration et est devenu semi-piétonnier. A voir en particulier lors d'un court séjour : la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, construite sur la colline du même nom ; la cathédrale Sainte-Marie-Majeure, dite de la Major (1852 et 1893) dans le quartier de la Joliette ; l'abbaye Saint-Victor, sur le Vieux-Port, et dont les parties les plus anciennes datent du XIe siècle ; le fort Saint-Jean, dont la tour carrée fut construite dès le XVe siècle et qui abrite notamment le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM) ; le Musée d'Histoire de Marseille ; le palais Longchamp (1862), où se trouvent le Muséum d'histoire naturelle et le Musée des Beaux-Arts ; le Musée des docks romains ; le château Borély, qui accueille le Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode ; la Corniche, qui longe la mer au sud du Vieux-Port, bordée à l'est de villas du XIXe, et où on trouve le marégraphe (1883)... Si vous avez le temps, allez jusqu'au château d'If, cette forteresse érigée par François Ier entre 1527 et 1529, restée célèbre grâce au roman d'Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, au centre de la rade de Marseille. Avant de quitter la ville, n'omettez surtout pas de passer par les calanques de Marseille, au sud de la ville, derrière le massif de Marseilleveyre. Celles de Sormiou et Morgiou sont les plus proches. Vous ne regretterez assurément pas ce détour, même si un peu de marche s'avère nécessaire.

La Calanque de Sormiou, aux environs de Marseille
La Calanque de Sormiou, aux environs de Marseille

L'arrivée sur Cassis par la route de la Gineste est toujours une merveilleuse surprise. La baie de ce petit port de pêche, dominé par le puissant cap Canaille, se découvre soudain alors qu'on la domine. Ce site d'une grande beauté est empreint d'une majesté paisible.

Un port tout en charme et couleurs
Un port tout en charme et couleurs
Calanques of Cassis.
Calanques of Cassis.
A voir / A faireHaut de page
La route des Crêtes vers La Ciotat

En sortant de Cassis, n'hésitez pas à vous aventurer sur la route des Crêtes : vous y découvrirez une vue à couper le souffle ! Belvédères et parkings aménagés égrènent ce parcours sur une quinzaine de kilomètres : à l'est, vous plongerez sur la baie de La Ciotat protégée par le bec de l'Aigle et la calanque de Figuerolles, située dans un paysage de roches rouges dominant une plage de galets. La vue est ici époustouflante et tire votre regard jusqu'à Toulon et la presqu'île du cap Sicié. A l'ouest, c'est le massif des Calanques qui prédomine, avec l'île Riou et l'île Maïre, la pointe sud de Marseille.

La CiotatHaut de page

La Ciotat possède un littoral séduisant et varié, avec son splendide golfe d'Amour, ses falaises et ses calanques. Malgré son développement lié aux chantiers navals depuis le XVIe siècle, elle a conservé son authenticité, ses rues piétonnes et ses placettes. Le coeur de la ville abrite un patrimoine architectural d'une grande richesse, en particulier ses édifices religieux.

Les falaises de La Ciotat

Les variantes de la nature sont réunies ici avec un littoral doux et séduisant à l'est, et des falaises colossales et fascinantes à l'ouest du splendide golfe d'Amour. Les falaises soubeyrannes sont les plus hautes falaises maritimes d'Europe (394 m) et le profil du bec de l'Aigle se dessine tout le long du littoral, accompagnant le randonneur à perte de vue. Cette majesté de roches plonge dans une mer bleue intense, et laisse place à des découpes somptueuses, comme ces chères calanques du Mugel et de Figuerolles où baignade, plongée et randonnées se muent en rêve méditerranéen. Vers l'est, les nombreux vallons aux noms romanesques sont autant d'invitation à la promenade : vallon des Brusquières, des Ténèbres, de Mallombre, de L'Hermite...

Le CastelletHaut de page

Fondé en 950 pour se protéger des barbares, le village s'est fortifié à l'époque médiévale et garde encore aujourd'hui de nombreux vestiges et remparts. On y accède par deux portes fortifiées  : le grand portail, au sud, et le portalet, à l'est. Au sommet du village se dresse l'ancien château, occupé en partie de nos jours par l'Hôtel de Ville. En haut du village, un balcon de pierre accessible par une poterne, le " Trou de Madame ", permet d'admirer le panorama des vallées environnantes. A l'ouest du château, l'église Saint-Sauveur, construite au XIIe siècle, possède des embrasures en forme de créneaux. Les petites ruelles tortueuses sont occupées aujourd'hui par de nombreux artisans et artistes, et par des galeries de peinture.

Saint-Maximin-la-Sainte-BaumeHaut de page

Troisième tombeau de la Chrétienté, Saint-Maximin est de nos jours un gros bourg provençal, mais son principal attrait, qui mérite à lui seul le déplacement, est la magnifique basilique qui fut édifiée, selon la tradition provençale, sur la crypte de sainte Marie-Madeleine, ensevelie en ce lieu au Ier siècle de notre ère. La basilique est considérée comme le plus grand édifice gothique de toute la Provence.

VauvenarguesHaut de page

Sur le versant nord de la montagne Sainte-Victoire, le village se trouve dans la vallée de l'Infernet, à la sortie des gorges. Le château de Vauvenargues, qui fut la dernière demeure de Picasso, abrite le circuit automobile du Grand Sambuc. Attention : le village est fermé à la circulation pendant la période estivale.

Aix-en-ProvenceHaut de page

Fondée sur les hauteurs, Aix porte un nom romain, Aquae Sextiae (aquae pour les eaux thermales et sextiae pour le consul Sextius). Il fut raccourci en Aquis, puis Aïs en provençal. Les thermes d'eaux chaudes sont en connus dès le Ier siècle avant J.-C., et aujourd'hui, la douceur de vivre provençale se retrouve dans les ruelles, placettes et, bien sûr, les nombreuses fontaines d'Aix. Au coeur de la ville, le cours Mirabeau donne une idée de la richesse aixoise. Long de presque 500 m, il est le trait d'union entre le quartier Mazarin, au sud, et la vieille ville commerçante, au nord. C'est également l'un des lieux les plus fréquentés et animés d'Aix. Appréciez ses terrasses ombragées, les façades de ses maisons et ses quatre fontaines, harmonieusement réparties d'un bout à l'autre. Plus loin, allez parcourir les rues piétonnes autour des places Richelme, puis de l'Hôtel de Ville. Remontez ensuite vers la cathédrale Saint-Sauveur, en n'hésitant pas à vous perdre dans les nombreuses ruelles. En arrivant à proximité du palais de l'Archevêché, ne ratez pas les différents hôtels particuliers de la rue Gaston-de-Sapora.

Les fontaines d’Aix

Au départ, les fontaines tenaient un rôle utilitaire. Elles trouvèrent leurs lettres de noblesse au XVIIe siècle en devenant un véritable ornement du paysage urbain. On en compte une quarantaine à Aix. Voici quelques-unes des plus célèbres. La plus ancienne est la fontaine Espéluque (XVe siècle), installée depuis 1756 sur la nouvelle place de l'Archevêché. D'ouest en est, le cours Mirabeau nous en offre quatre : la fontaine de la Rotonde, édifiée en 1860 par Théophile de Tournadre ; la fontaine des Neuf-Canons, construite en 1691 par Laurent Vallon ; la fontaine Moussue, construite en 1667 par l'architecte Fossé, d'où coule une eau chaude ; et la fontaine du Roi René. La fontaine de la Rotonde est la plus imposante, et c'est aussi la première à avoir une vasque en fonte. Ses trois statues (Justice, Agriculture et Beaux-Arts) rappellent les principales activités de la cité. Elle marquait, par le passé, l'entrée de la ville moderne. Au coeur du quartier Mazarin se trouve la fontaine des Quatre Dauphins, magnifique témoignage de l'art baroque, elle date de 1667 et fut sculptée par Jean-Claude Rambot.

Place Hôtel de Ville : sa tour et son beffroi
Place Hôtel de Ville : sa tour et son beffroi
En cas de panneHaut de page

La plupart des magasins et concessionnaires motos se trouvent en périphérie sud-ouest d'Aix-en-Provence.

Le TholonetHaut de page

Situé dans la haute vallée de l'Arc, Le Tholonet offre une vue imprenable sur la Sainte-Victoire. Cézanne affectionnait particulièrement ce lieu pour sa palette de couleurs. Les traces de l'artiste se retrouvent au château, au relais, et à la sortie du village où se dresse une stèle à son effigie, au pied du moulin. N'oubliez pas non plus de faire un crochet par le barrage construit par François Zola, père du célèbre écrivain. Pour terminer sur une note fruitée, Le Tholonet produit le remarquable vin de Palette.

Saint-ZacharieHaut de page

Ce village aux seize fontaines possède une église du XIe siècle contenant la célèbre relique " Lou San Sabatoun ", le Saint Soulier de la Vierge.

Réparations hors circuitHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté