Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : De la route Napoléon à la vallée du Var

De la route Napoléon à la vallée du Var

La route qui traverse les Alpes depuis Cannes jusqu'à Grenoble, et qui fut l'itinéraire de l'ex-empereur lors de son retour de l'Ile d'Elbe à la reconquête de son trône, porte le nom de route Napoléon. Avec la départementalisation de beaucoup de nationales, la RN85, qui eut longtemps le privilège d'être la seule à suivre la célèbre route, s'en est trouvé morcelée. On parle à présent de D2085 de Cannes à Grasse, de D6085 et D4085 de Grasse à Castellane, de D4085 de Castellane à Barrême, de N85 et de D1085 de Barrême à La Saulce, et uniquement de N85 du sud de Gap à Grenoble. Ce circuit vous propose, dans son premier tiers, de suivre la partie qui relie Grasse à Castellane (et donc la D6085 !), puis de vous faire bifurquer vers le nord en longeant le lac de Castillon pour rejoindre Saint-Julien-du-Verdon. De là, la D202, puis la D10 vous mènent via le col de Félines à la très jolie cité d'Entrevaux et à sa citadelle. A partir de Puget-Théniers, le tracé amorce le retour par une superbe boucle dans l'arrière-pays niçois, via Goursegoules puis par les gorges du Loup, à quelques kilomètres de Grasse.

De la route Napoléon à la vallée du Var
De la route Napoléon à la vallée du Var
CastellaneHaut de page
Le lac de Castillon

Long de 8 km, le lac de Castillon recouvre 500 ha. Une partie, au sud, est une zone strictement réservée à la Marine nationale. Dans ce secteur, deux barrages sont installés, le barrage de Castillon et celui de Chaudanne. Les sports nautiques sont autorisés sur la partie restante. Les voies d'embarquement sont situées à Saint-Julien-du-Verdon et à Saint-André-les-Alpes. Les baignades sont surveillées.

A voir / A faireHaut de page
Le Roc et Petra Castellana

Lors des invasions sarrazines qui ébranlèrent la Provence au IXe, les habitants de la ville, qui se situait alors dans la vallée, se réfugièrent sur le rocher qui la surplombe afin d'y bâtir une place forte. Le site prit le nom de Petra Castellana (du latin " castellana "   : castrum, château fort, et " petra "   : bâti sur la pierre). A partir de la fin du XIe siècle, les habitants de Petra Castellana redescendirent dans la vallée, plus propice aux cultures et aux échanges commerciaux, abandonnant progressivement le rocher dont les bâtiments tombèrent en désuétude. Des vestiges de cette seconde cité, il ne reste que peu de choses, si ce n'est la chapelle Notre-Dame-du-Roc (XIe-XIXe), dédiée à la sainte patronne de Castellane, qui est aujourd'hui un lieu de pèlerinage très fréquenté.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté