Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Les gorges du Cians et de Daluis

Les gorges du Cians et de Daluis

Circuit 73
Circuit 73

De Thorame-Haute, suivez la D955 qui vous mène à Saint-André-les-Alpes. Rejoignez ensuite le lac de Castillon puis Demandoix, où vous bifurquerez vers l'ouest sur la D102. La route devient très étroite et vous ne devriez rencontrez que peu de monde jusqu'à Puget-Théniers. Les gorges de Cians sont à 8 km par la D6202. Dans la première partie, ou gorges inférieures, la route tortueuse suit d'immenses murailles dominées par des sommets de près de 2 000 m. Après le village de Rigaud, vous entrez dans les gorges supérieures. Les parois, très irrégulières et parsemées de cascades, contiennent de nombreuses fissures. La route longe parfois le torrent, puis s'élève vers des points de vue grandioses. Arrivé à Beuil, vous pouvez, au choix, vous arrêter ou pousser votre monture jusqu'à Valberg, voire Guillaumes. Dans tous les cas, prenez le temps d'une halte pour souffler avant de reprendre votre route par les gorges de Daluis. Parallèles aux gorges voisines du Cians mais presque moitié moins longues, ces gorges ont été creusées par le Var dans le même schiste rouge. Une ligne de tramway y fut construite entre 1910 et 1923 afin de relier le pont de Gueydan (où passe la ligne Nice-Digne) et Guillaumes, et fonctionna jusqu'en 1929. Ceci explique la présence de plusieurs tunnels étroits et rectilignes, ainsi que celle, en amont des gorges, du pont de la Mariée, initialement baptisé pont du tramway. Vers la fin des gorges, environ 4 km avant Daluis, jetez un oeil au curieux rocher ruiniforme à l'apparence de tête de femme surnommé la " gardienne des gorges ". De retour sur la N202, suivez la route sur quelques kilomètres jusqu'à la très belle D908 qui vous ramènera, via Annot et le col de la Colle-Saint-Michel, à votre point de départ.

Les gorges du Cians et de Daluis
Les gorges du Cians et de Daluis
Thorame-HauteHaut de page

Ce petit village montagnard de 200 habitants est situé dans la vallée du Haut Verdon, à 1 150 m d'altitude. Plusieurs commerces, hôtels et restaurants dans le village et les alentours permettent d'en faire une bonne base de départ, ou d'arrivée, pour une longue et belle balade dans la région.

Saint-André-les-AlpesHaut de page

Saint-André-les-Alpes se trouve en bordure nord du Lac de Castillon et son barrage, avec une eau d'un bleu vert lumineux. Juchée à 900 m d'altitude, la petite commune est également l'une des portes des gorges du Verdon et du parc naturel régional du Verdon.

Saint-Julien-du-VerdonHaut de page

Ce village était perché sur un promontoire impressionnant avant 1947, date de la construction du barrage de Castillon. La montée des eaux du lac en a fait une presqu'île et une grande partie du territoire de la commune est à présent définitivement immergé.

Puget-ThéniersHaut de page

Puget-Théniers, peuplée de 1 800 habitants, fait figure de petite capitale régionale, au confluent du Var et de la Roudoule. Au XIXe siècle, de nombreuses petites fabriques faisaient vivre la ville : tanneries, mégisseries, tissages de draps, moulins à huile et à farine. Après un déclin inexorable, l'ouverture de la route et de la voie ferrée ont redonné un deuxième souffle à Puget-Théniers qui mise davantage sur le tourisme que sur l'industrie pour assurer son avenir. La vieille ville se trouve sur la rive droite de la Roudoule. Une balade permet d'observer les curieuses enseignes dans la pierre, et les vestiges des remparts dont il ne reste qu'une porte. A voir aussi, le ghetto de la rue Gisclette, qui était fermée la nuit à chaque extrémité. Les anneaux qui servaient à tendre les chaînes chaque soir sont encore là. A noter que le bâtiment du XIXe siècle qui abrite l'ancienne sous-préfecture fut la maison natale de Louis-Auguste Blanqui.

Le village de Beuil est très représentatif du style architectural local, avec ses maisons en pierres sèches, aux toits en bardeaux de mélèze, ses petites ruelles secrètes, ses granges traditionnelles. Les rues étroites possèdent de nombreuses arcades, dont celle de la reine Jeanne, d'où partaient les passages secrets qui menaient au château du seigneur. Aujourd'hui, essentiellement tourné vers le tourisme et les sports d'hiver, Beuil possède un domaine de 90 km de ski alpin, en commun avec son voisin Valberg, ainsi qu'un réseau de ski de fond et nordique.

Valberg est une station touristique essentiellement active en hiver, qui développe progressivement des activités d'été, sous l'étiquette de station verte d'altitude. Son intérêt principal réside, pour le motard de passage, dans les différents services qu'elle propose (essence, alimentation, etc.).

Péone possède une architecture médiévale montagnarde typique de la région. De hautes maisons à colombages, des passages voûtés, des escaliers anciens et des cadrans solaires. Ces ruelles minuscules vous mèneront jusqu'au pied des Pénitents, de magnifiques reliefs ruiniformes de cargneule sculpté par l'érosion.

GuillaumesHaut de page

Situé au confluent du Var et du Tuébi, ce village, habité depuis les temps les plus reculés, constitue un point stratégique. Il fut l'objet de combats incessants entre la France, la Savoie, la Sardaigne, le comté de Provence et les troupes espagnoles. Au cours des siècles, le village de Guillaumes a changé souvent de souverains. Il a été maintes fois conquis, pillé, incendié, démantelé, rançonné. Ce n'est que depuis 1860 que le village a retrouvé une paix durable et une relative prospérité. Baladez-vous dans le village ancien, principalement dans la rue Bérenger avec ses trois portes et dans la rue du Viguier où l'on trouve la maison du Roy, lieu de résidence du gouverneur militaire, un ancien moulin à huile de noix, la maison Barety. L'église Saint-Etienne, d'origine lombarde, construite au XIIe siècle, fortifiée et massive avec des fenêtres très étroites, a été appelée à jouer un rôle défensif. Remarquez le clocher lombard à pointes de diamant. Les niches du choeur sont ornées de boiseries dorées.

Au bord du Vaïre, sur la voie romaine qui reliait Nice à Digne, a été établi ce gros bourg, cité de caractère à double allure : celle des Alpes et celle de la Provence. Dans ces rues, entre ces maisons enduites à la chaux, avec greniers et remises, souffle un parfum provençal. On se promène dans la rue Basse et la rue Grande, rue qui s'ouvre sur une porte fortifiée du XIVe siècle, puis monte jusqu'à l'église à la fois romane et Renaissance. Juste à côté, l'ancien Hôtel de Ville. Au XIXe siècle, la ville sort de ses murs avec ses places, ses résidences aux allures piémontaises, ses propriétés et villégiatures de notables. Le village est entouré des fameux grès d'Annot, d'étranges groupements de rochers chaotiques aux poses inattendues, arcs entiers ou coupés.

Réparations hors circuitHaut de page
Digne-les-BainsHaut de page
En cas de panneHaut de page
Grasse.
Grasse.
En cas de panneHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté