Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Monts et Coteaux du Lyonnais

Monts et Coteaux du Lyonnais

Voici le temps de glisser des coteaux de la Saône à ceux du Rhône. Cet itinéraire n'emprunte que peu de zones réservées aux vignobles (localisés ici à l'ouest de Villefranche, et entre Villefranche et l'Arbresle), et privilégie les jolies routes qui suivent la montagne, avec quelques cols et de magnifiques vues sur la vallée. Au départ de Villefranche, le circuit passe par deux boucles au travers des monts du Beaujolais avant de plonger dans la vallée de la Turdine et Tarare, qui fut un centre textile renommé au XIXe siècle pour ses voiles de mousseline. A quelques kilomètres au sud, et après une belle montée vers Affoux, vous passerez à proximité de la tour Matagrin, située au sommet du mont Boussuivre (1 004 m). Par beau temps, on y bénéficie d'une vue superbe qui s'étend jusqu'aux Alpes et au mont Blanc. Puis la route redescend sur le flanc de la montagne qu'elle va suivre jusqu'à Saint-Symphorien-sur-Coise, à l'extrémité du circuit. Sur le chemin du retour, qui vous réserve quelques beaux virages jusqu'après le col de la Luère, ne manquez pas de vous arrêter au signal de Saint-André (934 m), à proximité de Saint-Martin-en-Haut. S'il n'est pas le point le plus haut des monts du Lyonnais, le signal de Saint-André en est sans conteste l'un des plus beaux points de vue. A partir de La Rivoire, proche de l'Arbresle, vous atteindrez la zone nord du vignoble. La route est alors assez directe jusqu'à Villefranche.

Monts et Côteaux du Lyonnais
Monts et Côteaux du Lyonnais
Circuit n°60 - Monts et Coteaux du Lyonnais
Circuit n°60 - Monts et Coteaux du Lyonnais
Villefranche-sur-SaôneHaut de page

Située à 35 km au nord de Lyon, Villefranche-sur-Saône est, avec une population de 34 000 habitants, la principale ville du Beaujolais, d'où son appellation non officielle de Villefranche-en-Beaujolais. Sa création date du milieu du XIIe siècle (1140). Parmi les lieux intéressants à visiter : les cours et maisons Renaissance qui bordent la rue Nationale (signalées par des bornes), l'ancien Hôtel-Dieu, qui héberge également l'office de tourisme, et la collégiale Notre-Dame-des-Marais. Le quartier nord de la ville permet de découvrir les vestiges des anciens remparts. La fête des Conscrits se déroule chaque année, le dernier week-end de janvier.

Ce village médiéval, classé parmi les Plus Beaux Villages de France, est en grande partie classé aux Monuments historiques depuis 1947. De son passé médiéval, il a conservé l'ancienne chapelle du château, la porte fortifiée de Nizy et une tour-donjon d'où l'on jouit d'un panorama exceptionnel sur la vallée d'Azergues.

Chef-lieu de canton avec près de 11 000 habitants, Tarare se présente comme la porte d'entrée méridionale du Beaujolais vert. Ville ouvrière, elle n'a rien perdu de cette atmosphère qui la caractérisait si bien au milieu des années 1970, époque où la cité était alors élevée au rang de capitale mondiale du rideau. Après une période sombre liée à l'effondrement du marché du textile, " la cité du voile " développe aujourd'hui le tourisme vert tout en vantant ses atouts patrimoniaux classés, comme la tour de la prébende des Martins, ou la visite de la brasserie Ninkasi, établie dans d'anciens bâtiments industriels remarquablement rénovés.

En cas de panneHaut de page
Saint-Martin-en-HautHaut de page
LentillyHaut de page

Le centre du bourg est dominé par une tourelle, vestige du château fort de Lentilly, bâti vers 1210 et dont le blason est devenu celui de Lentilly. D'autres châteaux se dressent sur le territoire de la commune : celui du hameau de Cruzol (XIVe siècle) classé Monument historique, mais aussi ceux de Malatray et du Poirier. Ce dernier hameau était jadis traversé par la route des diligences qui venaient de Lyon pour rejoindre la Loire.

En cas de panneHaut de page

Les réparateurs moto les plus proches se trouvent à Dardilly, à 10 km à l'est de Lentilly et de ce tracé, à coté de l'A6. En voici quelques-uns parmi eux.

LachassagneHaut de page

Lachassagne appartint d'abord aux barons d'Oingt, vassaux des Comtes du forez. Vers 1220, Dalmas d'Oingt a vendu Lachassagne à son voisin Guy de Marzé de Varennes. La famille de Marzé conserva Lachassagne jusqu'en 1585, date à laquelle Claude de Marzé vendit à François Benoît, bourgeois de Lyon et plus tard échevin, le château de Lachassagne et toutes ses dépendances, avec les privilèges de trois foires par an. Le 30 octobre 1662, Lachassagne passa aux mains de Pierre Dassier, écuyer, conseiller et secrétaire du roi. Par lettres patentes de Louis XIV, il obtint la création d'une quatrième foire à Lachassagne, qui fut érigé en baronnie en août 1672. Le Baron Pierre d'Assier rendit foi et hommage le 31 mai 1673. Les terres de Lachassagne se transmirent de génération en génération aux descendants de Pierre d'Assier. Aujourd'hui à Lachassagne, vous pourrez voir, le clos du Château, 62 hectares clos de murs ouvert six week-ends pendant l'été, l'église Saint-Pierre avec en fin d'année sa crèche de Noël, et profitez des circuits pédestres et vtt du village et alentour.

Réparations hors circuitHaut de page
La Saône à Lyon
La Saône à Lyon
Lyon.
Lyon.
Pont Wilson.
Pont Wilson.
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté