Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Les monts du Forez

Les monts du Forez

Les monts du Forez sont à cheval sur les départements de la Loire, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme. Ce circuit vous permet de les parcourir dans leur ensemble tout en visitant les principales villes qui les ceinturent, à savoir Vichy, Ambert, La Chaise-Dieu et Thiers. Les Hautes Chaumes et leurs jasseries constituent sans aucun doute l'attrait le plus important des monts du Forez. Les Hautes Chaumes sont de vastes plateaux qui apparaissent à partir de 1 200 m. Ils culminent à Pierre-sur-Haute, à 1634 m d'altitude, le point le plus élevé du massif. Les jasseries sont des petites constructions traditionnelles aux toits en chaume ou en tuiles, dont l'étage supérieur servait de grenier. A la fois habitation, étable et fromagerie, elles étaient bâties à proximité des lisières forestières et des sources. C'est de ces jasseries qu'est originaire la fameuse fourme. Avec la révolution agricole et la fin des transhumances, leur exploitation fut peu à peu abandonnée à partir des années 1960. En traversant les Hautes Chaumes, prenez le temps de vous arrêter au col de Béal, une trentaine de kilomètres avant d'arrivée à Ambert. La vue y est vraiment très belle. Attention à bien choisir votre équipement avant de vous aventurer dans la région : le climat est assez rude et la pluviométrie élevée. De plus, vous ne trouverez que peu de points de ravitaillement pour votre machine sur les nombreuses petites routes que vous allez emprunter.

Les monts du Forez
Les monts du Forez
Circuit 58
Circuit 58
Circuit 58 b
Circuit 58 b

Vichy, deuxième ville de l'Allier après Montluçon, abrite une population de 26 000 habitants. C'est une cité thermale connue depuis l'Antiquité, dont les eaux furent remises à la mode à partir du XVIIIe siècle. Si de nombreux personnages ont participé au développement de Vichy, c'est principalement Napoléon III qui, à partir de 1861, décida de la construction de nombreux bâtiments de prestige. De nos jours, si les congrès l'emportent sur le thermalisme, la ville continue néanmoins d'accueillir chaque année 12 000 curistes, alors que le centre hospitalier demeure le principal employeur de l'agglomération. On peut à cela souligner le succès, jamais démérité, des eaux minérales de Vichy (sources Vichy Célestins et Vichy Saint-Yorre), connues et exportées dans le monde entier, et l'importante image apportée par L'Oréal et ses fameux laboratoires de Vichy. De son passé relativement récent, la ville a conservé un bel éventail architectural. Second Empire avec le palais des congrès-Opéra (1865), le parc d'Allier Napoléon III, et les chalets impériaux ; Belle Epoque, avec le hall des Sources (1903), la galerie couverte métallique du parc des Sources (1900), le centre thermal des Dômes, le pavillon des Célestins, et de belles villas et palaces (Aletti Palace, Astoria Palace, etc.) ; Art déco, avec le centre culturel Valéry Larbaud et la nouvelle église Saint-Blaise (1931), qui jouxte l'ancienne église où se trouve la statue de Notre-Dame des Malades, vierge noire miraculeuse datée du XIVe siècle.

Façades - Vichy
Façades - Vichy

Cette petite sous-préfecture, aujourd'hui peuplée de 7 000 habitants, a longtemps été renommée pour ses papeteries. Entre le XVe et le XVIIe siècle, la pâte à papier était produite par plus de trois cents moulins dans la région. Au moment de la Réforme, la ville fut l'un des principaux centres de développement des nouvelles idées. La prise d'Ambert par les Huguenots en 1574 et la terrible répression qui suivit marquèrent fortement la région. A partir du XVIIIe siècle, les métiers du tissage et la fabrication de chapelets succédèrent progressivement aux papeteries. De nos jours, un des moulins de la commune produit toujours une papeterie de luxe. Dans un autre domaine d'activité, la fourme d'Ambert, sans doute l'un des plus vieux fromages de France, continue d'être produite à raison de milliers de tonnes par an. La vieille ville mérite qu'on s'y attarde, pour ses maisons à colombages et à pans de bois mais aussi pour sa mairie ronde, unique en Europe.

La Chaise-DieuHaut de page

La Chaise-Dieu, petite commune de 700 habitants, est située sur un plateau granitique appartenant au Parc régional du Livradois-Forez. Entourée de forêts de conifères et de pâturages, l'ancienne capitale seigneuriale s'est développée en contrebas de la célèbre abbaye. L'enceinte fortifiée a disparu, ainsi que les églises paroissiales. Demeurent les maisons des officiers de justice et des bourgeois, admirablement bâties en granit, qui forment un ensemble de grand caractère. Un festival musical de renommée mondiale se déroule chaque année fin août, regroupant des milliers de mélomanes.

Vollore-villeHaut de page

Située aux portes du Parc naturel du Livradois-Forez, Thiers, capitale de la coutellerie, s'est développée sur la rive ouest de la Durolle. La ville s'étage en gradins avec un contraste frappant entre son coeur de ville médiévale, aux rues étroites sinueuses et pentues, et sa ville nouvelle aérée qui s'étend dans la plaine, en direction de Vichy et Clermont-Ferrand. La cité était à l'origine groupée autour de l'église du Moutier. C'est au VIe siècle qu'elle est dotée d'un deuxième édifice, l'église Saint-Genès. Au XIVe siècle, Thiers devient bourbonnaise par alliance. Elle est agrandie et embellie, et connaît un regain d'activité important grâce à la coutellerie, la papeterie, la tannerie et la fabrication de cartes à jouer. Avec la Révolution disparaissent les marchands et les industries, excepté la coutellerie, qui va bientôt conquérir tous les marchés. A la fin du XIXe siècle, de véritables usines s'installent sur les rives de la Durolle. A voir en priorité dans le vieux centre et aux alentours : le musée de la Coutellerie et l'église Saint-Genès, la vallée des usines et le centre d'interprétation de l'usine du May, le château de la Chassaigne (4 km à l'ouest du centre-ville).

A voir / A faireHaut de page
La vallée des Usines

Haut lieu de la production artisanale et industrielle du XIVe au XXe siècle, la vallée des Usines est aujourd'hui un site emblématique de la ville, que l'on peut découvrir par un sentier pédestre longeant la Durolle, du pont de Seychalles à l'îlot Navarron et l'Orangerie, avec plusieurs variantes possibles. Au fil de la vallée, découvrez notamment les quartiers Saint-Jean et du Moutier, les jardins de l'ancien hôpital mais aussi le Creux de l'Enfer, une ancienne coutellerie qui abrite aujourd'hui le centre d'art contemporain, et l'usine du May. A l'issue de ce parcours, les six principaux quartiers couteliers de la cité n'auront plus (ou presque plus) de secrets pour vous.

En cas de panneHaut de page
Clermont-FerrandHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté