Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Le Pays basque

Le Pays basque

Circuit 93
Circuit 93

La Côte basque commence à Biarritz, au sud de l'Adour, avec de belles plages de sable fin dans le prolongement de la côte landaise. A partir de Saint-Jean-de-Luz, les longues étendue sablonneuses laissent la place à des falaises de 30 m à 50 m de hauteur, entrecoupées de petites criques. C'est alors la magnifique corniche basque qui s'étend sur une quinzaine de kilomètres en direction d'Hendaye, dernière ville du Pays basque français avant la frontière espagnole. A l'est, passé Urrugne et les grands axes routiers, les paysages vallonnés cèdent peu à peu la place à la montagne et à des sommets plus importants, tel la Rhune, qui culmine à 900 m et est bien connue pour son petit train touristique qui relie le col de Saint-Ignace (109 m), sur votre route, à son sommet. Le circuit continue son chemin dans la vallée jusqu'à Saint-Jean-Pied-de-Port via plusieurs jolis villages, tels Sare, Espelette (renommé pour ses piments) ou Itxassou. La D918 est assez large est roulante et se déroule tel un tapis en suivant la Nive. Arrêtez-vous à Saint-Jean-Pied-de-Port pour une première halte. De retour sur selle, préparez vous à une virée dans les hauteurs par les D301 et D18. La boucle proposée passe par plusieurs cols à plus de 1 000 m dans un environnement montagnard exceptionnel. En fin de boucle et de retour dans la vallée, reprenez la D933 jusqu'à Saint-Palais. Bifurquez sur la D11 jusqu'à Arraute-Charrite et prenez les petites routes pour rejoindre La Bastide-Clairance. Pensez éventuellement à la visite des grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya toutes proches. Après une dernière pause à La Bastide-Clairance, reprenez la route vers Hasparren que vous traverserez rapidement pour rejoindre la Route impériale des Cimes. Cette route qui présente de très beaux panoramas sur la chaîne des Pyrénées fut un chemin stratégique pour les troupes de Napoléon Ier durant la guerre d'Espagne. Bayonne, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz sont de très belles villes qui font l'objet d'un engouement touristique exceptionnel. Attention aux bouchons et au monde sur les plages ! En montagne, pensez que les pluies sont fréquentes en été et que les orages peuvent éclater soudainement.

Le Pays basque
Le Pays basque
Saint-Jean-de-LuzHaut de page

Située aux portes de l'Espagne, ouverte sur l'Océan, Saint-Jean-de-Luz a toujours eu un rôle historique et a été très tôt le domaine des pêcheurs, dont elle protégeait les bateaux. La commune a plusieurs fois connu les assauts de la nature, si bien qu'il ne subsiste qu'une partie de la ville historique. D'où la construction, au début du XIXe siècle, de digues constituant un " seuil de garantie ". A voir, à partir du boulevard Victor-Hugo (qui est l'axe principal de la ville) : les halles du XIXe siècle, agrandies en 1925 ; le port de pêche traditionnel ; la promenade Jacques-Thibaud ; et, dans l'ancien quartier de la Barre, les rues Mazarin, de la Baleine et de la République. Après être passé devant le casino, redescendez la rue Saint-Jacques pour rejoindre l'église Saint-Jean-Baptiste (XVe siècle), rue de l'Eglise, qui vit le mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriche. Terminez la balade sur la place Louis-XIV face à l'Hôtel de Ville. Vous y verrez de belles demeures, comme la maison Lohobiague-Enea, dite maison Louis XIV (1643), ou la maison Joanoenia, dite maison de l'Infante (fin XVIe siècle).

La ville a longtemps été riche et prospère grâce à la pêche à la baleine. D'ailleurs, sur les armoiries de la ville, les harpons symbolisent ce passé glorieux. La vie de la cité, située à l'extrémité sud de la Côte basque, a été rythmée par des différends fréquents avec la commune d'Urrugne et le reste de l'Espagne. L'arrivée du chemin de fer en 1864 a été le véritable salut d'Hendaye, lui apportant la prospérité grâce à l'essor commercial, puis, très vite, à une politique touristique.

Ascain est un autre exemple de joli village typiquement labourdin et basque. L'eau et la montagne constituent le double attrait de ce bourg de 3 200 habitants, traversé par la Nivelle et dominé par trois sommets : le Bizkarzun, l'Esnaur et Larrun dit la Rhune (905 m). Vous embrassez le bourg d'un coup d'oeil depuis la place du fronton : l'église, ravissante, bien assise sous son clocher-donjon (1626), les rues bordées d'hôtels-restaurants, et la Rhune au fond.

A voir / A faireHaut de page
A la découverte de la Rhune

Une excursion bien sympathique à partir du col de Saint-Ignace, à 3,5 km d'Ascain, sur votre itinéraire.

EspeletteHaut de page

Hier forteresse et seigneurie rattachée au royaume de Navarre, aujourd'hui bourg du Labourd de 2 000 habitants, Ezpeleta (" lieu planté de buis ") est un village coquet dont le tourisme a modifié ces dernières décennies l'économie, agricole à l'origine. En effet, Espelette a acquis une réputation mondiale pour ses fameux piments rouges séchant sur les façades des maisons. Espelette sait séduire par un environnement charmeur : un habitat typique constitué de maisons blanches, fleuries et soignées, aux boiseries vertes ou rouges, éparpillées autour de sa belle église, et une nature intacte autour, puisque le bourg est étagé sur un mamelon avec, au loin, le mont Urzumu (216 m), l'Ereby (583 m), l'Artzimendi (936 m), l'Ezcondray (550 m), et le Mondarain (749 m) ; et, au sud, par temps clair, la Rhune et ses 905 m d'altitude.

Cambo-les-BainsHaut de page

Cambo-les-Bains est une station thermale, prisée pour son climat particulièrement doux. Le bourg est marqué par le passage du poète Edmond Rostand qui vécut dans sa superbe villa, Arnaga, classée aux Monuments historiques et aux Musées de France. Dans le village ancien, le Bas-Cambo, on verra les vieilles maisons aux façades blanchies à la chaux et éclairées de boiseries rouge sang, le lavoir et le pont romain.

A voir / A faireHaut de page
Saint-Jean-Pied-de-PortHaut de page

C'est la dernière étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et le centre vital de la basse Navarre. Des millénaires d'histoire ont façonné la capitale, Saint-Jean-Pied-de-Port, souvent appelé la " petite Venise basque ", lui donnant la force de se maintenir et de rester authentique. C'est, en grande partie la présence du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui aura permis la christianisation de la région, l'architecture et l'art religieux se confondant à loisir. On découvre de beaux exemples d'art roman dans la ville, avec le portail de l'ancienne église Sainte-Eulalie (aujourd'hui maison de retraite) et l'église de Saint-Jean-le-Vieux, mais aussi d'art gothique, à l'église Notre-Dame-de-Saint-Jean-Pied-de-Port.

La Bastide-ClairenceHaut de page

C'est au roi de Navarre, en 1312 (qui deviendra par la suite roi de France sous le nom de Louis X le Hutin) que l'on doit la création de la ville neuve, Bastida de Clarenza, de fait une véritable bastide, au plan architectural classique. Ainsi, autour de l'axe central reliant l'ancien port à l'église, les bâtis et les jardins sont construits en perpendiculaire et possèdent tous la même dimension. Chaque nouvel habitant recevait à son arrivée un îlot d'habitation, appelé plaza, sur lequel il était chargé d'édifier sa maison et un espace-jardin, appelé cazalot. On constate aussi que rues et ruelles transversales coupent l'ensemble des bâtiments à angle droit ; quant à la rue principale, elle s'ouvre sur la place des Arceaux.

Bayonne, sous-préfecture des Pyrénées-Atlantiques et capitale du Pays basque, bénéficie d'un exceptionnel patrimoine architectural. Elle est également la plus ancienne ville taurine de France. Des remparts qui protègent la ville depuis plus de quinze siècles à la magnifique cathédrale classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, c'est dans les ruelles des vieux quartiers que l'on sent battre son coeur historique : ses anciens canaux, ses caves, son cloître, son château vieux, et ses maisons hautes, étroites, ornées de volets et de pans de bois colorés, sont autant de choses à découvrir. Deux musées remarquables sont à signaler : le musée Bonnat, qui conserve plus de 5 000 oeuvres (peintures, sculptures, dessins, objets d'art), et le Musée basque, fondé en 1922, qui présente de nombreux objets expliquant l'histoire et les traditions de la société basque. Au-delà de la visite de la ville, on ne saurait parler de Bayonne sans évoquer son excellente gastronomie et ses deux spécialités : le jambon et le chocolat.

Il n'est pas toujours facile de se repérer à Anglet, tant la cité est étendue. De fait, on pourrait dire qu'Anglet a plusieurs coeurs de vie : le centre‑ville traditionnel, qui a gagné ses galons de ville à part entière, la troisième de la côte avec près de 40 000 habitants, une pépinière d'artistes qui en ont fait le cocon de l'art contemporain ; une université et un aéroport ; mais aussi ses hectares de forêt et les 4 km et demi de littoral. Une belle diversité à apprécier selon ses goûts et le moment où l'on investit cette station balnéaire aux multiples visages qui, en une poignée d'années, a tourné la page du passé et s'est notamment impliquée dans le développement durable.

BiarritzHaut de page

Destination phare marquée à jamais par le passage de l'impératrice Eugénie et des grands de ce monde, Biarritz a toujours été l'une des villes les plus accueillantes de France. De l'église orthodoxe à la chapelle byzantine, de la villa médiévale au style Art déco du casino municipal, le patrimoine architectural est exceptionnel. Depuis la création, en 1997, de la ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager), 830 immeubles ont pu être classés et de nombreux travaux de restauration engagés. Parmi les musées à découvrir, on peut citer le Musée de la Mer, le musée Asiatica (art oriental), le Musée historique et le musée Planète Chocolat.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté