Le guide : FRANCE À MOTO : Escapade en Haute-Garonne et dans le Gers

Escapade en Haute-Garonne et dans le Gers

Roadbook circuit E
Roadbook circuit E

Que dire en voulant décrire ce circuit, si ce n'est qu'il est déjà, rien qu'à la lecture de la carte, la promesse d'une balade inoubliable ? Vous vous apprêtez en effet à traverser les paysages magnifiques de la Haute-Garonne et du Gers, riches en histoire et en choses à voir. Si Toulouse et Auch sont les villes que vous prendrez certainement le plus de temps à visiter, il serait dommage de passer sous silence les innombrables autres places qui vous attendent : Lectoure, Condom, Montréal, Eauze, Lupiac, Barran, Saramon, pour n'en citer qu'une partie, ont toutes quelque chose d'exceptionnel à vous offrir. Quant à la route, c'est un régal : ni trop droite ni trop virevolteuse, elle offre des panoramas sublimes d'un bout à l'autre, sans une once de monotonie à l'horizon. Ne pas hésiter à prévoir deux jours, voire davantage, pour profiter de tout ce que vous offre cette boucle de quelque 360 km.

Escapade dans le Gers
Escapade dans le Gers
ToulouseHaut de page

Toulouse, la ville rose, bien connue par ses murs de briques foraines revêtus, est une cité très attachante. Il faut la visiter et se laisser aller à flâner dans les méandres de ses rues ou en suivant la Garonne et le canal du Midi. La ville offre bien des avantages et des agréments avec ses nombreux points d'intérêt, des musées aux hôtels particuliers de la Renaissance, de ses terrasses ensoleillées à ses parcs et jardins verdoyants. Parmi les monuments incontournables, on citera la basilique Saint-Sernin, le Capitole et sa place, l'ensemble conventuel des Jacobins, l'hôtel d'Assézat... Pour ce qui concerne les musées, on recommandera le musée d'art moderne et contemporain les Abattoirs ou encore le musée des Beaux-arts les Augustins. A savoir également que l'usine Airbus, située à Blagnac, se visite.

Allées Jean-Jaurès vues des toits depuis les Galeries Lafayette
Allées Jean-Jaurès vues des toits depuis les Galeries Lafayette
La Garonne à Toulouse
La Garonne à Toulouse
En cas de panneHaut de page
LectoureHaut de page

Ancienne ville gallo-romaine, évêché et résidence des comtes d'Armagnac, c'est l'une des plus anciennes cités du Gers. Son enfant du pays est le maréchal Lanne. La ville est connue pour son bleu de Lecoutre (pigment). La plante dont est extrait le pigment est le pastel. La production est destinée à l'usage des beaux-arts, de la décoration et de l'industrie textile. A voir : la cathédrale Saint-Gervais et son musée d'Art sacré, la fontaine de Diane, la tour du Bourreau et les hôtels du XVIIIe siècle. Avec un peu de temps, vous pouvez allez visiter le musée archéologique à l'hôtel de ville.

Son patronyme vient du latin " condatomagus " et du cours d'eau qui traverse la ville, et pas de l'autre nom du préservatif. L'ancienne cité épiscopale, qui fut plaque tournante de l'Armagnac avec les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle puis la création du port en 1839, abrite quelques joyaux, comme la cathédrale Saint-Pierre et son cloître du XVIe siècle. A voir également, le musée de l'Armagnac dans les anciennes écuries de l'évêché  et les vieux hôtels XVIIIe siècle (hôtel de Polignac, hôtel de Cugnac). Ne pas quitter Condom sans effectuer une promenade en bateau sur la Baïse, qui permet de découvrir l'histoire de la rivière et celle du négoce de l'armagnac. En mai a lieu le festival des Bandas.

MontréalHaut de page

Ce village est le parfait exemple de bastide construite au XIIIe siècle. Fondée en 1255 par le comte de Toulouse, c'est d'ailleurs l'une des premières bastides gersoises. Avec, à proximité, la villa gallo-romaine de Séviac et ses magnifiques mosaïques et le site de fouilles paléontologiques de Béon, Montréal-du-Gers est un des endroits à ne surtout pas manquer dans le département.

Elusa fut capitale de la Novempopulanie durant toute l'époque romaine. Après avoir lutté contre l'envahisseur, elle acquit un statut de droit romain jusqu'aux invasions normandes. En 1985, alors que les fondations d'un bâtiment commercial étaient creusées, on trouva un fabuleux trésor représentant 120 kg de pièces d'or et de bijoux datant du IIIe siècle après Jésus-Christ. Depuis 2014, la Domus de Cieutat et le musée archéologique : le Trésor d'Eauze forment avec la villa gallo-romaine de Séviac (Montréal, à 15 km au nord-est) un pôle d'intérêt archéologique majeur. A voir également : la cathédrale Saint-Luperc, construite avec les vestiges de la cité gallo-romaine, la maison de Jeanne d'Albret (Xe siècle) et les vieilles maisons à colombages.

Lupiac est un des plus vieux castelnau du Sud-Ouest. Il était jadis fortifié et on peut encore y admirer des maisons à couverts aux énormes piliers de bois. Sur la place centrale du village de Lupiac, vous pourrez également admirer la première statue équestre de d'Artagnan, bronze monumental de la sculptrice Daphné Du Barry. Le château de Castelmore, lieu de naissance de d'Artagnan, n'est qu'à quelques kilomètres au nord-ouest de la ville. Il ne se visite pas.

La vie de d'Artagnan

Devenu la figure emblématique de la Gascogne après avoir été immortalisé par Alexandre Dumas, Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan est né entre 1611 et 1615 au château de Castelmore, à cotéde Lupiac. Après être parti chercher fortune à Paris, il devient cadet au régiment des gardes (1640). Par la suite, il sera successivement mousquetaire du roi (1644), lieutenant aux gardes françaises, (1652), capitaine-lieutenant de la compagnie du roi (1667) et gouverneur de Lille (1672). Maréchal de camp au siège de Maastricht, il y est tué le 25 juin 1673. Le lieu de sa sépulture est resté inconnu.

Peyrusse-GrandeHaut de page

Peyrusse-Grande possède de belles maisons médiévales et son église est une des plus anciennes du Gers. Elle date peut-être de l'époque carolingienne ou, au moins, du début du Xe siècle.

BassouesHaut de page

Bassoues possède un patrimoine d'exception : outre le donjon qui domine l'ensemble, la place centrale est magnifiquement entourée d'arcades et de façades à colombages, la rue principale traverse une splendide halle dont la charpente ne laisse pas indifférent, sans oublier le clocher, les deux tours, le puits et les panoramas environnants. En face du village se trouve une fontaine miraculeuse portant le même nom que la basilique : il paraîtrait que son eau soigne efficacement toutes les maladies de peau.

Malgré les ravages des guerres de religion, le village a gardé une bonne partie de son caractère médiéval, A voir : les maisons à colombages, les remparts, la sublime tour-porte mais aussi l'incroyable collégiale au curieux clocher tors. A 4 km de là, à l'ouest, se trouve le château de Mazères. Il fut un long moment la résidence d'été des archevêques d'Auch.

Auch, préfecture du Gers, capitale de la Gascogne, est divisée par le Gers en deux parties distinctes : la rive droite, moderne et active, et la rive gauche, cité ancienne élevée en amphithéâtre sur un éperon rocheux. L'antique Elimberris était la capitale des Auscii (peuple celtibère de l'Aquitaine avant l'occupation romaine). Elle occupait la haute ville, sur la rive gauche du Gers. Lorsque Rome conquiert la région en 56 avant J.-C., c'est sur la rive droite qu'est fondée Augusta Auscorum. Au moment des grandes invasions barbares, la ville est pillée et la population se réfugie sur l'oppidum. A partir du XIe siècle, la ville médiévale s'étoffe autour de la cathédrale Sainte-Marie et du château des comtes d'Armagnac. Sous leur protection, Auch devient une ville tranquille et prospère sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XVIIIe siècle, l'intendant d'Etigny la dote d'un urbanisme digne du rang finalement acquis de capitale administrative. Les édiles d'Auch poursuivront cette oeuvre au XIXe siècle et particulièrement sous le Second Empire. A voir en parcourant la ville : la cathédrale, l'escalier monumental, la tour d'Armagnac et d'innombrables monuments, statues qui révèlent le riche passé de la ville. Ne pas manquer la visite du Musée des Jacobins.

Saramon est un coin du Gers paisible et agréable offrant la beauté de sa place à couverts, des maisons anciennes et de son église tout à fait singulière aux deux clochers.

Malgré les nombreuses destructions et épidémies qui touchèrent la ville par le passé, Samatan offre au visiteur de très agréables découvertes. Sur la place de l'hôtel de ville, une grande fontaine de 1843, qui servait d'abreuvoir, a été classée Monument historique en 1993. A quelques pas de la belle église Saint-Jean-Baptiste, sur la place Belleforest, se trouvent une statue de l'écrivain du même nom, né à Samatan au XVIe siècle, et de superbes maisons anciennes à colombages du XVIIe siècle.

A la fin du XVIe siècle, Muret comptait encore sept ports, cinq hôpitaux, deux moulins et cinq établissements religieux... De tout cela ne demeure pas grand-chose aujourd'hui. Mais les témoignages qui subsistent justifient une incursion dans le vieux centre. En longeant la Louge au nord, on passe au pied des ruines du château. Des berges de la Garonne, on aperçoit les vestiges du vieux pont de bois. Les anciens remparts de la cité médiévale sont également visibles ; ils dominent un espace vert aménagé. A voir aussi la place du Mercadar, ancienne place aux Herbes (XIe), la maison natale de Clément Ader (au n°19 de la rue). Enfin, il ne faudra pas manquer de visiter l'église Saint-Jacques (XIIe), remarquable pour son clocher gothique toulousain du XIVe siècle et son orgue XVIIIe siècle, classée Monument historique.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis