Hiva Oa fascine et retient les âmes les plus fortes, au-dessus du roulement incessant de l'océan Pacifique et à l'ombre des montagnes sculptées par l'éternité. Terre élue par Paul Gauguin et Jacques Brel, réceptacle de leurs derniers instants, c'est une terre chiffonnée, un brouillon crayonné à l'emporte-pièce par une puissance supérieure. " Dans ces îles où la solitude est totale, j'ai trouvé une sorte de paix ", disait le grand Jacques.

Abandonnez stress, strass et paillettes. Partez sur les traces du " peintre coquin " (comme disaient les Missionnaires), humez l'air authentique de ces vallées perdues, abreuvez-vous de l'hospitalité éclatante de ces habitants aux traits d'esprit saillants. Hiva Oa, tout comme Nuku Hiva, ne peut laisser indifférent, et doit figurer sur l'agenda de tout voyageur.

Le navigateur espagnol Mendaña, qui découvrit l'île par un dimanche de 1595, fut peu inspiré ce jour-là, puisqu'il la baptisa " Dominica ". Plus tard, on lui attribua - heureusement - le nom de Hiva Oa " poutre faîtière ".

Deuxième île de l'archipel par sa taille, elle est le centre administratif et économique du groupe Sud des Marquises. Un relief torturé, des crêtes aiguisées, de profondes et luxuriantes vallées et des pics démesurés, voilà ce qui constitue la physionomie de cette île relativement importante, de 40 km de long sur 10 km de large, étirée dans le sens est-ouest. Les points culminants de l'île, Temetiu (1 276 m) et Feani (1 126 m), dominent la baie mythique de Taaoa, formant une vaste cuvette au fond de laquelle se niche le village d'Atuona.

Hiva Oa est l'île la plus fertile et la plus arborée des Marquises. Les pâturages y alternent avec de grandes forêts de banians, de manguiers et de papayers surplombant la mer. Au nord, au bout des vallées qui déchirent l'île de part en part, les petits villages de Hanamenu, Hanaiapa, Hanatekuua, Hana-paaoa, Anahi, Motuua, Nahoe, Eiaone et Puamau regroupent les 2 243 habitants (recensement de 2017) qui ont choisi de vivre au rythme de la nature, à l'écart de la ville et de ses folies.

Ces petits hameaux qui rassemblent parfois moins de 50 personnes semblent n'être en rien affectés par le temps qui passe, tant la quiétude de l'endroit est relaxante.

Les habitants y vivent paisiblement de la pêche à la langouste, de la récolte du coprah et de la chasse à la chèvre (consommée sur place...). À l'est, l'île s'allonge jusqu'au cap Matafenua, extrême rocher de Hiva Oa. Non loin de là, les derniers petits villages de Hanaupe et Hekeani ne sont accessibles qu'en bateau et offrent une vue imprenable sur Motane et Tahuata, toutes proches.

Hiva Oa est si riche qu'il paraît dérisoire d'y énumérer les multiples attraits. Notons tout de même le musée Segalen-Gauguin, la maison du Jouir, le cimetière du Calvaire, le site archéologique de Tohua Upeke à Taaoa, celui d'Iipona et ses immenses tikis, les plus grands du Territoire, les pétroglyphes de Tehueto, les églises multicolores des villages éloignés, les plages de sable noir, les cascades, les sites de plongée...

Les lieux incontournables d'Hiva Oa

Organiser son voyage à Hiva Oa

Photos d'Hiva Oa

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

TAHITI - POLYNÉSIE

Guide TAHITI - POLYNÉSIE

TAHITI - POLYNÉSIE 2018/2019

16.95 €
2018-07-11
552 pages
Avis