A deux pas de la frontière avec la Pologne, traditionnellement considérée comme la porte occidentale du pays, la ville de Brest occupe une place particulière dans l'histoire biélorusse étant liée aux étapes principales, parfois tragiques, de son histoire. A l'intersection des fleuves Bug et Moukhavets, la ville est mentionnée pour la première fois dans les Chroniques anciennes en 1019 sous le nom de Berestje, probablement issu de beresta (" écorce de bouleau ") ou berest (" orme "). Dans les documents du XVIe siècle, elle figure comme Berest ; du XVIIe au début du XXe siècle elle s'appelle Brest-Litovsk ; de 1921 à 1939, Brest-sur-le-Bug, et à partir de septembre 1939 elle devient Brest. Depuis toujours en position frontalière et stratégique, elle apparaît dès le début comme ville-forteresse et au cours de son histoire, a été le théâtre de nombreuses batailles sanglantes dont l'invasion des Mongols en 1241 et l'attaque des chevaliers Teutoniques en 1379.

D'abord russe, ensuite polonaise, en 1319 Brest est conquise par le prince Ghédimin et rattachée au grand-duché de Lituanie. En 1390, c'est la première ville biélorusse à recevoir le droit de Magdebourg. Brest devient ainsi un important centre commercial et artisanal. Dans les années 1550, le duc Mikolaj Radziwill le Noir ouvre à Brest le premier atelier typographique sur le territoire biélorusse, où, en 1563, il fait imprimer une Bible en polonais. En 1569, Brest rejoint l'Union polono-lituanienne. Lors d'un concile ecclésiastique de 1596, les Églises catholique et orthodoxe arrivent à trouver un terrain d'entente en signant la célèbre Union de Brest qui détermine la création de l'Église uniate. De nouveaux affrontements bouleversent la ville dans la seconde moitié du XVIe siècle, notamment la guerre soviéto-polonaise et la guerre du Nord. Fortement endommagée, c'est seulement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que la ville connaît un nouvel essor économique en devenant le principal port sur le Bug. En 1795, la ville passe à l'Empire Russe. Après la guerre de 1812 avec l'armée napoléonienne, le tsar décide de construire une forteresse pour mieux protéger la frontière occidentale. Ainsi, en 1836, débute l'édification de la fameuse forteresse de Brest, symbole de la ville. En 1918, la Russie et l'Allemagne signent le traité de paix de Brest-Litovsk selon lequel Brest revient à la Pologne jusqu'à sa répartition en 1939, à la suite du pacte Molotov-Ribbentrop. Brest passe donc à l'URSS et devient la première ville à la frontière allemande. Cette position géographique lui a coûté cher. Au moment de l'attaque des troupes allemandes le 22 juin 1941, la ville est envahie et complètement rasée. Elle reste occupée jusqu'à la riposte de l'armée soviétique le 28 juillet 1944. Depuis, c'est le 28 juillet que la ville célèbre sa fête.

Brest représente aujourd'hui un important centre industriel et le principal poste-frontière pour ceux qui arrivent en voiture de l'Europe occidentale. De ses presque mille ans d'histoire n'ont survécu que quelques dizaines de constructions dont les plus anciennes datent du début du XVIIIe siècle. Néanmoins, la ville est très agréable et mérite sûrement une halte, au moins pour visiter son imposante forteresse, symbole de Brest, de l'histoire biélorusse et des évènements tragiques qui ont marqué le XXe siècle en Europe.

Les lieux incontournables de BREST (БРЭСТ)

Organiser son voyage à BREST (БРЭСТ)

Photos de BREST (БРЭСТ)

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

BIÉLORUSSIE

Guide BIÉLORUSSIE

BIÉLORUSSIE 2018/2019

15.95 €
2017-10-18
240 pages
Avis